Société | Val de Marne | 11/04/2014
Réagir Par

Paroles de citoyens d’Europe, en Val de marne

Paroles de citoyens d’Europe, en Val de marne
Publicité

Micro Trottoir Europe (1)Les élections des députés au Parlement européen se tiendront le dimanche 25 mai. Comment les citoyens perçoivent-ils cette institution ? De manière floue et plutôt insatisfaite, voire frustrée. Derrière le manque d'enthousiasme, percent pourtant des attentes, une envie d'y croire malgré tout, à cette "utopie". Témoignages recueillis à Joinville-le-Pont, Fontenay-sous-Bois, Villejuif et Vitry-sur-Seine.

Microtrottoire Europe (5)Lilia, 21 ans, étudiante Pour un Erasmus des entreprises
« Union Européenne résonne plus comme un mot administratif. On ne sait pas ce qu’elle représente, et ce qu’elle fait pour nous au quotidien. Une des solutions serait de plus communiquer sur son action. Ensuite, il y a un problème de proximité avec les autres citoyens de l’Europe. Ils ont facilité la mobilité des étudiants par le programme Erasmus, mais ensuite il n’y a plus rien pour les salariés. Pourquoi ne pas instaurer d’autres programmes d’échanges au niveau professionnel ? Cela permettrait aussi de développer les liens avec les autres pays. Il faudrait que les hommes politiques se mettent d’accord entre eux. »

Grégory, 36 ans imprimeur Une utopie
« L’Europe c’est le bordel. C’est une belle idée à l’origine, le fait d’être unis, mais il y a beaucoup de choses à revoir. En fait, c’est utopique parce que ça ne suit pas socialement et que je n’ai pas l’impression que l’Europe aide réellement les pays : regardez la Grèce… De plus en plus, chacun se recroqueville dans son pays, mis à part ceux qui quittent le leur pour trouver un meilleur travail ailleurs. Alors concrètement, je ne crois pas que les gens se sentent vraiment européens. Déjà il y a un boulot identitaire à faire en France avant de s’attaquer à l’Europe. Pour faire une digression c’est un peu comme une équipe de foot, si les joueurs sont solidaires et travaillent à gagner ensemble, alors ça marche, et à partir de là, les gens se sentent concernés et s’impliquent. C’est pareil pour l’Europe. Mais les accords entre pays prennent du temps, je pense par exemple à l’écologie et aux accords de Grenelle. Après, bien sûr que cela a aussi ses avantages, comme la facilité des déplacements pour aller trouver des produits moins chers ailleurs. »

Bernard, 68 ans, retraité A quoi bon ?
« Pour moi, l’Europe est avant tout un continent. Après, un ensemble de nations s’y sont associées. Je me sens Européen car nous avons indéniablement des caractéristiques communes au niveau des mentalités, même si chaque nation a un état d’esprit qui lui est propre et qui fait sa particularité. Après, ce ne sont que des hommes au pouvoir, ils n’ont pas toutes les cartes en main. Alors, quel que soit leur bord politique, la situation sera la même. Leurs décisions ne changent rien au quotidien et à partir du moment où ils ont le pouvoir, ils se soucient bien peu du bien être des peuples. »

 

 

Microtrottoire Europe (3)Danielle, 61 ans, institutrice Et la France dans tout ça ?
« Quand je pense Europe, je pense mauvaise politique. L’Union Européenne a une vocation économique, c’est un ensemble de pays qui essaient de mener une politique commune comprenant ouverture des frontières, entraide économique… et militaire aussi il me semble ? Mais le résultat réel, c’est que l’euro a fait monter les prix, que les gens vont et viennent dans n’importe quel pays alors qu’ils n’ont ni la même culture, ni les mêmes valeurs, ni les mêmes richesses. Il y a trop de différences d’un pays à un autre, entre les pays latins et les pays de l’Est notamment, pour en dégager une politique crédible. Par conséquent, je ne me sens pas Européenne, mais c’est peut être aussi parce que je ne voyage pas assez pour cela. Je vois l’Union européenne comme quelque chose en plus qui ne sert pas à grand chose et j’ai du mal à comprendre ce qui nous concerne nous, la France. »

Laurence, 60 ans, agricultrice On ne me demande pas mon avis
« L’Union Européenne a du sens au niveau culturel, mais elle s’est mal construite en raison de pressions de grands groupes financiers, pharmaceutiques par exemple. La commission a des prérogatives sur des problèmes ponctuels mais laisse les problèmes sérieux de côté. Je me sens plus Française qu’Européenne car on ne me demande pas mon avis, ni celui d’aucun citoyen européen d’ailleurs, quand on fait rentrer un nouveau pays. Du coup, on a fait rentrer des pays qui ne sont pas au niveau comme la Bulgarie ou la Roumanie. Les députés européens ont des pouvoirs énormes, plus que les députés nationaux, mais ce n’est pas normal qu’ils décident en fonction de lobbys. A partir de là, je ne vois pas comment on peut aboutir à une harmonie fiscale et sociale… »

Mathieu, 30 ans, délégué régional Juste une entité politique trop vague
« Pour moi, l’Europe, ça sonne négatif. C’est trop de contraintes pour peu d’avantages. L’Union Européenne c’est juste une entité politique trop vague pour que je ressente un quelconque sentiment d’appartenance. La seule identité commune que l’on a avec d’autres pays européens est monétaire. L’union Européenne n’a pas lieu d’être car elle nous oblige à nous plier aux règles de Bruxelles alors que les pays ne vivent pas les mêmes difficultés. On ne peut pas calquer une politique à des pays qui ont des superficies, une économie ou une démographie différente. »

Microtrottoire Europe (1)Catherine, 51 ans, fonction publique Un grand point d’interrogation
« Je me sens citoyenne du monde avant tout. Je ne suis pas contre l’idée de l’Europe mais cela ne me parle pas, et je ne me qualifierai jamais spontanément comme étant Européenne. D’autant que je ne vois pas de culture commune, elle doit être présente mais je ne l’identifie pas. Tout cela est très flou pour moi. J’imagine que c’est utile d’avoir des têtes pensantes qui dirigent l’Europe mais cela doit être très compliqué de trouver des accords alors que les pays ont des fonctionnements parfois totalement différents. Comment font-ils pour s’entendre sur des règles à si grande échelle ? L’Union Européenne, c’est vraiment un grand point d’interrogation pour moi, je ne comprends pas comment ils agissent et mettent en place des actions concrètes. C’est dommage car j’aimerais savoir comment ils s’y prennent et qu’on me donne une lecture simple pour comprendre. »

Roland, 53 ans, assistant commercial Oui à l’Europe, en ne gardant que le meilleur
« L’Europe c’est une unité. Cela permet un rapprochement entre les peuples tout en gardant son identité nationale. On a réussi à obtenir une identité économique qui nous est propre avec l’euro mais politiquement, il reste beaucoup de chemin à accomplir pour que les 27 pays soient d’accord… nous sommes bien 27 n’est-ce pas ? (ndlr : il y en a 28) De toutes façons, l’Europe a grossi trop vite, il aurait d’abord fallu bien s’asseoir à 12. Je suis pro-européen car je trouve que tout cela a du sens, il y a des lois qui sont progressivement appliquées. Je pense par exemple au tarif unique sur les appels émis d’un téléphone portable à un autre au sein de l’Union Européenne, qui devrait bientôt être effectif. Malheureusement, il y a tout un processus qui prends du temps, alors que certaines questions pourraient être réglées plus facilement. J’aimerai qu’ils prennent ce qui marche dans chaque pays de l’Union et qu’ils l’élargissent aux autres. En France par exemple, on est les mieux lotis en terme de sécurité sociale : c’est un système qui devrait être appliqué ailleurs. »

Sonia, 35 ans, avocate Européenne convaincue
« Je suis une européenne convaincue. Depuis quelques années, l’Union Européenne a mis en place des programmes pour favoriser l’unité des pays, par exemple en facilitant la mobilité étudiante et professionnelle. Il faut continuer dans ce sens, car beaucoup de personnes ne connaissent pas les autres pays et se sentent loin d’une citoyenneté européenne. »

Microtrottoire Europe (2)Ali, 62 ans, profession libérale  Les différences n’empêchent pas de partager de belles valeurs
« Je suis Turc, arrivé en France il y a 25 ans. J’ai vu tout cela se mettre en place. De mon point de vu, l’Europe c’est la démocratie. Mais après, les pays d’Europe se sont alliés pour être plus forts économiquement face à d’autres pays comme la Chine ou la Russie. Le problème, c’est que ce sont les lobbies qui commandent et que c’est Angela Merkel qui mène la danse car l’Allemagne est puissante. Les autres pays se plient à ses directives : la Grèce, l’Italie, l’Espagne et même la France maintenant. Concernant l’intégration de la Turquie à l’Europe, je ne suis pas certain que ce soit possible. L’Ouest de la Turquie est très moderne mais l’Est beaucoup moins. Les mentalités sont vraiment différentes et nous sommes un pays musulman. Après, il y a aussi des différences de mentalités ici entre les Basques, les Normands et les Savoyards par exemple. Mais malgré ces différences, cela n’empêche pas les pays d’Europe de partager de belles et grandes valeurs : la liberté, l’égalité… »

Jacqueline, 62 ans, cadre juridique A chaque fois, ce sont des politiques d’austérité qui sont imposées
« Avant j’étais pour l’Union européenne, j’aimais l’idée. Mais maintenant, j’ai changé d’avis car ce n’est pas une Europe sociale. A chaque fois, ce sont des politiques d’austérité qui sont imposées et tous nos droits partent. On n’y a rien gagné. Quand je regarde en arrière, je vivais mieux à 20 ans que maintenant, et pourtant je ne gagne pas mal ma vie. Je suis en train de lire un livre sur l’empire d’Autriche et l’Europe, c’est exactement la même chose : un conglomérat de nationalités, de statuts différents… c’est trop grand, il y a trop de pays. L’union Européenne est devenue un monstre ingérable, voué à l’échec. Quand il y avait 6 ou 7 pays cela marchait, mais maintenant… Au départ, j’y croyais, dans la mesure où ce n’était pas à vocation économique. Cela avait du sens car avant que l’Union Européenne n’existe, on partageait un passé commun, une culture. Mais maintenant, on entre dans l’Union Européenne comme dans un moulin. Si on admet la Turquie par exemple, cela n’aurait plus aucun sens culturellement parlant. »

A lire aussi : 5 minutes pour comprendre le fonctionnement de l’Union européenne et des élections européennes.

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Un commentaire pour Paroles de citoyens d’Europe, en Val de marne
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi