Grand Paris | | 08/12/2014
Réagir Par

Passe d’armes gauche-droite sur le projet Bercy-Charenton

Passe d’armes gauche-droite sur le projet Bercy-Charenton

Projet Bercy Charenton 2Le projet Bercy-Charenton, apporuvé mi-novembre par le Conseil de Paris et qui prévoit de casser la frontière entre le douzième arrondissement et son noeud ferroviaire, et la ville de Charenton-le-Pont, a suscité une nouvelle passe d’armes entre le président du groupe socialiste de Charenton, Gilles-Maurice Bellaïche, et le maire UMP de la ville, Jean-Marie Brétillon.

C’est Gilles-Maurice Bellaïche qui a lancé les hostilités par un premier communiqué fin novembre. Tout en saluant le projet “ambitieux” de Bercy-Charenton, le conseiller régional et municipal PS y indiquait regretter “que la ville de Charenton n’y prenne pas activement part et reste passive face à l’enjeu que présente ce nouveau quartier” lui reprochant de n’avoir envisagé aucun projet côté Charenton.

Voir le détail du projet Bercy-Charenton

Gilles-Maurice Bellaiche
L’élu socialiste citait ensuite la création de deux équipements publics côté parisien, un nouveau collège et un projet de piscine, regrettant que leur équivalent ne soit pas non plus programmé à Charenton.”Malgré ses promesses de campagne, le maire de Charenton-le-Pont n’envisage de son côté aucune construction de collège sur sa ville alors que les prévisions les plus optimistes annonce la saturation du collège La Cerisaie en 2017 (+ de 800 élèves). Charenton restera la seule ville du Val-de-Marne, de sa strate de population, à n’avoir qu’un seul collège. (…) Bien que la création d’une nouvelle piscine municipale soit plus que nécessaire à Charenton-le-Pont, là encore aucune proposition n’est faite“, détaillait ainsi l’élu municipal d’opposition.

Jean-Marie-Bretillon
En réponse, Jean-Marie Brétillon a fait part de sa “stupéfaction” à la lecture du communiqué, y voyant des “considérations strictement politiciennes” avant de rappeler le travail entamé “de longue date” avec la ville de Paris. “C’était le cas avec Mme Anne Hidalgo lorsqu’elle était maire-adjointe à l’urbanisme. C’est maintenant le cas avec Jean-Louis Missika, son successeur, ainsi qu’avec la maire du 12e arrondissement Catherine Baratti-Elbaz”, précise le maire-conseiller général, indiquant qu’il participera du reste à la prochaine réunion publique de concertation organisée par Paris sur ce projet mercredi 10 décembre.

Les réserves de Jean-Marie Brétillon sur le projet Bercy Charenton

Se félicitant également que le projet ait été étendu jusqu’à la porte de Charenton, l’élu UMP ajoute que le projet doit tenir compte de plusieurs considérations: “les nouvelles conditions dictées par l’étude de la transformation de l’autoroute A4 en boulevard urbain ; les impératifs de la SNCF qui impose sur le territoire parisien une estacade pour que les trains puissent rejoindre la gare d’Austerlitz depuis la gare de Lyon ; les baux de la SNEF qui courent encore sur quelques années ; l’impossibilité pour le propriétaire des terrains, côté Charenton, de continuer à porter des locaux vides alors que le prolongement de la rue Baron Le Roy avait été prévu il y a 7 ans pour être achevé en 2014 ! On en est loin même si ce prolongement demeure la priorité pour Paris ; la volonté de l’Etat d’imposer 60% de logements côté Charenton alors que le terrain se trouve coincé entre l’autoroute A4, le périphérique et les voies de chemin de fer.”

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour Passe d’armes gauche-droite sur le projet Bercy-Charenton
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi