Santé | Villejuif | 29/10/2014
Réagir Par

Paul Guiraud: réaction syndicale au rapport de la Chambre régionale des comptes

Publicité

Paul-GuiraudAlors que la Chambre régionale des comptes a publié hier son rapport concernant la gestion de l’hôpital psychiatrique Paul Guiraud de Villejuif de 2008 à 2012, en concluant dans le sens de l’Igas en faveur d’une nouvelle organisation horaire, le syndicat Sud Santé sociaux réagit dans un communiqué.

L’organisation syndicale s’accorde sur plusieurs points avec le rapport de la CRC pour expliquer la dégradation de la situation financière de l’établissement durant cette période, concernant certaines dépenses comme les surcoûts induits par l’allongement de la durée des travaux de Clamart ainsi que sur l’insuffisance de financement des grands projets. «Nous avions suggéré des insuffisances de financement de projets fortement restructurants pour l’offre de soins francilienne, avec un financement à hauteur de 32 millions alors que les réalisations se sont élevées à 38,6 millions. Nous avions dit la progressive dégradation des paramètres de sécurité financière (marge brute, capacité d’autofinancement) plaçant nos opérations d’emprunt sous contrôle de l’ARS. Nous avions pointé un recours trop anticipé à l’emprunt induisant des frais financiers et générant une trésorerie dépassant les trente millions d’euros, bien faiblement rémunérée en une période baisse des taux d’intérêt. Nous avions enfin questionné sur les mécanismes juridiques et financiers du bail emphytéotique très problématique», rappelle le syndicat qui note également les points nouveaux soulevés par la CRC comme «le retard pris a la contractualisation en pôles et leur caractère encore trop mono-sectoriel».

Désaccord sur les conclusions

Le syndicat tire en revanche des conclusions différentes du fait que la croissance des dépenses de personnel et celle des recettes n’aillent pas au même rythme, conduisant à un déséquilibre financier, alors que le rapport de la CRC recommande une meilleure maîtrise des dépenses de personnel, qui passe notamment par la remise en question de l’accord ARTT. «Nos conclusions sont donc radicalement divergentes de celles des différentes inspections qui se sont succédé sur le site pour porter un message manifestement commun de remise en cause de nos moyens en ressources humaines et de nos organisations de travail, alors même que les conditions dans lesquelles ont été payées des dépenses somptuaires, ou attribués certains marches stigmatisés par l’IGAS ( coaching , baromètre de satisfaction), conditions effectives de recours à certains contractuels dorés ont été subtilement écartées du champ de l’inspection, constituent un scandale, et révèlent un mépris avéré quant à la nécessité pour tout agent public de rendre des comptes sur sa gestion», dénonce le syndicat.

«Nous ne pouvons accepter d’être à nouveau la variable d’ajustement des difficultés de notre institution. C’est le moins que nous devons à nos patients dont les conditions d’hospitalisation sont de plus en plus difficiles», conclut le syndicat.

 

 

paul-guiraud-manif-150joursRéunis en AG, les organisations syndicales ont décidé ce mardi de poursuivre la grève. La nouvelle organisation horaire (de 7h36 au lieu de 8h en contrepartie d’une diminution des journées de RTT) doit rentrer en vigueur samedi 1er novembre.

Voir l’article sur les conclusions du rapport de la CRCTélécharger le rapport dans son intégralité.

Voir les précédents articles sur la situation à l’hôpital Paul Guiraud, qui prend en charge 21 000 adultes en matière de santé mentale dans un bassin de population réunissant 30 communes du sud parisien.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi