Santé | Val de Marne | 16/02/2014
Réagir Par

Quel avenir pour les réseaux de malades du cancer dans le Val de Marne ?

Quel avenir pour les réseaux de malades du cancer dans le Val de Marne ?
Publicité

Complicité féminineComment optimiser les réseaux de santé accompagnant au quotidien les patients du cancer, mieux répondre à leurs objectifs d’épauler les médecins généralistes, pivots de la coordination de la santé, sans oublier les patients eux-mêmes ? La question est brûlante dans le Val de Marne

alors que se prépare la fusion de trois réseaux de santé : Onco Est parisien et Roc Est 94 (dédiés aux malades du cancer) et RSG 4 (gérontologie) pour constituer un seul réseau tri-thématique (oncologie -cancer, soins palliatifs et gérontologie) sur le territoire Est du Val-de-Marne, à savoir 27 communes* représentant un peu plus de la moitié du département.

Rappel du contexte : naissance et évolution des réseaux de santé

Faciliter l’accès aux soins, la prévention, la coordination entre les professionnels de santé et les établissements à propos de pathologies spécifiques, tel est l’objet des réseaux de soins créés suite à la loi du 4 mars 2002 du code de santé publique. Ces réseaux financés par l’Etat via un Fonds d’intervention pour la qualité et la coordination des soins (FIQCS) sont mis en œuvre à la fois par les médecins, les établissements de santé, les institutions sociales et les patients. Ils sont spécialisés dans diverses pathologies (diabète, cancer, handicap, maladies mentales, maladies cardiovasculaires, soins palliatifs, gérontologie…) et sont un peu plus de 700 en France. Leur financement représente un budget annuel d’environ 170 millions d’euros. Suite à une évaluation de ces réseaux réalisée en 2012, des préconisations ont été notifiées la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) en octobre 2012. Elles suggèrent notamment de recentrer l’objet de ces réseaux pour répondre aux enjeux des médecins généralistes, en première ligne concernant la coordination des soins, et d’évaluer de manière plus systématique l’activité des réseaux à partir de critères et d’objectifs prédéfinis. C’est dans ce contexte que chaque agence régionale de santé (ARS) a entrepris de restructurer ses réseaux. En Ile de France, le Val de Marne ne fait pas exception.

Fusionner Onco Est Parisien, Roc Est 94 et RSG 4

Dès 2011, germe un projet de fusion entre les réseaux Onco Est parisien, Roc Est 94 et RSG 4, pour constituer un réseau tri-thématique, cancérologie, gérontologie, soins palliatifs).Un cabinet extérieur planche sur des statuts mais ceux-ci ne conviennent pas à l’ensemble des acteurs, en raison notamment d’une représentativité trop faible des usagers. Les patients du réseau Onco Est parisien ne s’opposent pas à la mutualisation de l’organisation mais s’inquiètent du projet de regroupement au sein du Centre hospitalier intercommunal de Créteil (CHIC). «Actuellement, nous sommes installés dans un petit pavillon à Champigny-sur-Marne, près du centre-ville. C’est très important pour nous de nous retrouver hors de l’hôpital qui est synonyme de traitements lourds, d’attente… explique Annie Jarasse, patiente et porte-parole du collectif des patients. Ce pavillon accueille de nombreuses activités (groupes de parole, conseils diététiques, suivi psy, cours de cuisine, séances de yoga, peinture, théâtre, jardinage…) dont certaines prises en charge par les patients eux-mêmes, et entre 200 et 300 personnes fréquentent ce lieu chaque année. «Nous sommes prêts à quitter ce pavillon ce Champigny mais ne voulons pas nous retrouver à l’intérieur de l’hôpital», reprend Annie Jarasse. En outre, se projeter sur les soins palliatifs ou la gérontologie, tous deux synonymes de fin de vie, n’a rien de réjouissant pour ces patients qui aspirent plutôt à passer à autre chose. Inquiets de ce possible déménagement, les patients du réseau Onco Est se constituent donc en collectif courant 2013 et commencent à protester, alerter les élus et demander audience à l’ARS. Fin décembre 2013, ils obtiennent un sursis inattendu. L’assemblée générale constitutive de la nouvelle organisation mutualisée, prévue le 19 décembre, est ajournée deux jours avant sa tenue. L’association Onco Est, dont le budget annuel d’environ 310 000 euros est financé à 99% par l’ARS, obtient une rallonge jusqu’au 30 avril. Pour précision, le loyer du pavillon de Champigny représente 25 000 euros des 310 000 euros de budget annuel.

 

 

Un nouveau cahier des charges

La question de l’avenir des réseaux n’est pas réglée pour autant. Et vendredi 7 février, l’ARS a publié un appel à candidatures pour constituer un réseau tri-thématique (cancérologie, gérontologie et soins palliatifs) sur 27 communes* représentant 55% de la population du Val de Marne, pour un budget annuel de 700 000 à 900 000 euros. Les dossiers doivent être rendus avant le 28 mars pour une décision fin avril. Le cahier des charges répond aux préconisations de la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) publiées en octobre 2012, qui s’attachent à répondre aux enjeux des médecins. Reste à permettre aux patients de se l’approprier.

Le collectif des patients a RDV avec l’ARS

Le collectif des patients de l’Onco Est parisien, qui milite pour conserver son espace hors hôpital, ne désarme pas et continue d’alerter élus et opinion publique. Le sénateur UMP du Val de Marne Christian Cambon a récemment relayé leur inquiétude à l’occasion d’une question écrite au gouvernement déposée le 30 janvier. Le collectif vient également d’obtenir un rendez-vous avec le directeur départemental de l’ARS, Eric Véchard, ce jeudi 20 février.

*Les 27 communes concernées par le projet de réseau de santé tri-thématique :
Alfortville, Boissy-Saint-Léger, Bonneuil-sur-Marne, Bry-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Chennevières-sur-Marne, Créteil, Fontenay-sous-Bois, Joinville Le Pont, La Queue-en-Brie, Le Perreux-sur-Marne, Le Plessis-Trévise, Limeil-Brévannes, Maisons-Alfort, Mandres-les-Roses, Marolles-en-Brie, Nogent-sur-Marne, Noiseau, Ormesson-sur-Marne, Périgny, Saint-Maur-des-Fossés, Santeny, Sucy-en-Brie, Valenton, Villecresnes, Villeneuve-Saint-Georges, Villiers-sur-Marne.

Liens vers les 3 réseaux de santé concernés
Onco Est parisien
Roc Est 94
RSG 4

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi