Publicité
Publicité : Les Trophées du Territoire CCI 94
Education | Val-de-Marne | 27/04/2014
Réagir Par

Rythmes scolaires : les maires UMP-UDI-Modem réclament un nouveau sursis

Rythmes scolaires : les maires UMP-UDI-Modem réclament un nouveau sursis

Manifestation Rythmes scolaires 12 fevrierAlors que 23 maires UMP, UDI et Modem du Val de Marne avaient écrit en novembre 2013 à Jean-Marc Ayrault, ancien Premier ministre, pour réclamer la suspension de la mise en oeuvre du décret sur les rythmes scolaires, les 26 maires de ces mêmes partis, élus ou réélus en mars 2014, ont à nouveau adressé un courrier commun au nouveau Premier ministre, Manuel Valls, pour demander un sursis.

Les élus formulent trois requêtes : la suspension de la mise en oeuvre du décret, l’ouverture d’une concertation avec l’Association des maires de France et la garantie aux communes d’une compensation intégrale et permanente des dépenses qu’elles engageront pour mener à bien les activités périscolaires.

Rythmes scolaires : rappel du contexte
Publié en janvier 2013, le décret du ministre de l’Education nationale Vincent Peillon (voir le détail du décret, sa genèse et les comparaisons avec les autres pays) prévoyait le retour à une semaine de 5 jours (mercredi ou samedi travaillé) en septembre 2013 ou en septembre 2014, selon le choix des communes. En 2013, aucune ville du Val de Marne n’a souhaité franchir le pas dès la rentrée 2013, et même celles qui avaient décidé de le faire (Fresnes et Cachan) ont laissé tomber,parfois quelques minutes avant le vote de ce changement en Conseil municipal, suite à la mobilisation des parents et enseignants.  Dans son discours de politique générale, le nouveau Premier ministre Manuel Valls a annoncé un assouplissement du décret. Un texte actuellement soumis aux organisations syndicales pourrait donner lieu à un nouveau décret début mai, qui permettrait de regrouper les activités périscolaires de la ville sur une seule demi-journée ou bien de répartir les 864 heures de cours obligatoires en empiétant sur les vacances d’été, à condition de conserver un mininum de hui demi-journées de cours par semaine dont cinq demi-journées.

Outre l’aspect financier pour les communes, les maires s’appuient sur le refus d’une majorité de la communauté enseignante et des parents d’élèves de mettre en oeuvre les nouveaux rythmes et pointent des effets négatifs constatés dans des communes ayant déjà mis en place la réforme comme le manque d’animateurs qualifiés pour encadrer les nouvelles activités, l’absence de locaux spécifiques permettant l’organisation des activités périscolaires ou encore la fatigue liée au lever matinal de la demi-journée d’enseignement supplémentaire notamment pour les plus petits inscrits en maternelle.

Télécharger le courrier adressé par les 26 maires

Les élus, qui avaient indiqué qu’ils se réservaient le droit de ne pas appliquer le décret s’ils n’étaient pas entendus, lors de leur premier courrier, ne mettent plus d’ultimatum mais réitèrent leur demande: “Dans le cas où l’Etat refuserait la compensation financière intégrale et permanente, nous demandons alors de laisser le libre choix à chaque commune de décider en fonction des situations locales de l’application de la réforme sur leur territoire.”

Alors que toutes les villes étaient sensées préciser la manière dont elles mettraient en oeuvre les nouveaux rythmes avant le 31 janvier 2014, 16 communes sur les 47 du Val de Marne avaient rendu leur copie, avait indiqué le préfet du Val de Marne début février tandis que le chiffre de 7 avait été avancé quelques jours plus tôt en CAPD (Commission administrative paritaire départementale). La campagne des municipales désormais terminée et la préparation de la rentrée 2014 devant suivre son cours, le calendrier de mise en oeuvre devrait s’accélérer. Reste à voir quelles villes continueront concrètement à refuser la mise en oeuvre du décret et comment ce refus sera-t-il reçu par l’Education nationale.

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour Rythmes scolaires : les maires UMP-UDI-Modem réclament un nouveau sursis
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi