Education | Val de Marne | 26/05/2014
Réagir Par

Rythmes scolaires: 4 villes auraient rendu leur copie

Publicité

Manifestation Rythmes scolaires 12 fevrierLa mise en oeuvre des nouveaux rythmes scolaires dans le Val de Marne donne décidément du fil à retordre. Selon un communiqué commun des syndicats SNUipp-FSU 94, SNUDI-FO 94 et SUD Education 94, la directrice départementale des services académiques aurait indiqué lors d'une Commission administrative paritaire départementale (CAPD)du 20 mai, que seulement quatre communes avaient à cette date maintenu leur projet : Créteil, Cachan, Alfortville et Arcueil.

Les villes ont officiellement jusqu’au vendredi 6 juin pour pour déposer leur projet faute de quoi le préfet pourrait imposer l’organisation correspondant à celle initiale du décret de Vincent Peillon, à savoir une réduction quotidienne de 3/4 d’heures en contrepartie d’une matinée d’école le mercredi matin. Cette menace portera-t-elle ses fruits? Pour l’instant, un certain nombre de communes continuent de réclamer un report de sa mise en application, insistant sur la question du financement des activités péri-scolaires. D’autres communes ont malgré tout inscrit la nouvelle organisation au budget 2014.

Manifestation des enseignants et parents le 4 juin

Du côté des enseignants, les syndicats sus-cités ont d’ores ont lancé un appel à manifester le mercredi 4 juin à 14 heures devant l’Inspection académique, juste avant la date limite de réponse des villes, pour protester contre la réforme. « Le maintien de l’égalité de traitement des écoles et des enseignants du département est contradictoire avec la définition de rythmes locaux et de calendriers spécifiques que les décrets Peillon et Hamon mettent en oeuvre », justifient-ils dans leur communiqué.

Les deux fédérations nationales de parents d’élèves, FCPE et PEEP, ont également décidé d’appeler à manifester aux côtés des syndicats, chacune de leur côté. La PEEP du Val de Marne vient d’envoyer un courrier au préfet pour s’inquiéter des « pressions de l’Etat sur les communes » pour imposer la réforme , rappelant les difficultés organisationnelles (pour recruter les animateurs en nombre suffisant, les financer, trouver des locaux pour accueillir les activités…). La FCPE qui tenait son congrès départemental ce samedi 24 mai, a aussi décidé de s’associer au mouvement de grève. Au-delà des questions matérielles, les parents d’élèves s’inquiètent des inégalités territoriales qui pourraient résulter de la municipalisation des activités péri-scolaires imposées aux villes.

CDEN de validation finale le 19 juin

En termes de calendrier, le CDEN (Conseil départemental de l’Education nationale) qui actera définitivement de l’organisation des rythmes scolaires dans le Val de Marne à la rentrée 2014 est fixée au jeudi 19 juin, date à laquelle les organisation syndicales indiquent avoir décidé de déposer un préavis de grève commun.

Rythmes scolaires : rappel du contexte
Publié en janvier 2013, le décret du ministre de l’Education nationale Vincent Peillon (voir le détail du décret, sa genèse et les comparaisons avec les autres pays) prévoyait le retour à une semaine de 5 jours (mercredi ou samedi travaillé) en septembre 2013 ou en septembre 2014, selon le choix des communes. En 2013, aucune ville du Val de Marne n’a souhaité franchir le pas dès la rentrée 2013.  Dans son discours de politique générale, le nouveau Premier ministre Manuel Valls a annoncé un assouplissement du décret. Ce décret a été publié le jeudi 8 mai. Il permet notamment de regrouper les activités périscolaires de la ville sur une seule demi-journée ou bien de réduire les semaines de cours en rattrapant sur les vacances d’été, à condition de conserver un minimum de huit demi-journées de cours par semaine dont cinq matinées. (Voir tous les articles sur ce sujet)
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi