Politique locale | Valenton | 18/04/2014
Réagir Par

Violente polémique PCF – PS à Valenton

PC - PS MesallianceEntre la déclaration de la maire PCF réélue de Valenton, Françoise Baud, au Conseil municipal d’installation du 29 mars, sa lettre aux habitants du 5 avril et le communiqué réponse du PS Val de Marne, l’heure est aux règlements de comptes post-électoral violent à Valenton.

Francoise BaudDans ses déclarations au Conseil municipal comme dans sa lettre aux habitants, la maire de Valenton fustige à la fois Metin Yavuz, seul candidat d’opposition et Cécile N’Soga, candidate socialiste qui n’a finalement pas réussi à déposer de liste.

Concernant Metin Yavuz, la maire dénonce l’obtention « en un temps record » à Valenton par ce dernier d’un appartement auprès du bailleur social Opievoy dont le président Romain Colas est  vice-président PS du Conseil général de l’Essonne et maire de Boucy-Saint-Antoine, alors que Metin Yavuz possède déjà une maison à Crosnes dont il était, jusqu’à récemment,  conseiller municipal PS de la majorité. La maire accuse également l’ex-PS de ne pas avoir été un candidat sans étiquette, Metin Yavuz étant d’une part soutenu par l’UMP et accueillant sur sa liste des Metin Yavuzex-socialistes comme Ana Tarrinha (qui avait souhaité se présenter aux primaires PS). « Je ne souhaite pas répondre à ces attaques, commente Metin Yavuz. La maire n’a communiqué que là dessus pendant toute la campagne. Les Valentonnais ont d’autre préoccupations et je n’ai pas envie de surenchérir. »

Concernant Cécile N’Soga, qui n’a pas pu déposer sa liste dans les temps, elle est qualifiée de mauvaise perdante après avoir été « abandonnée en rase campagne par le PS« . Pour Françoise Baud, cette « opération casse-pipe pour N’Soga » était destinée à prendre Valenton via une OPA inamicale associant PS et UMP.  Cécile N’Soga n’en est pas moins exemptée de reproches, considérée comme « aveuglée par son ambition déçue et son anticommunisme » au point d’imputer son échec « au maire et aux employés communaux » avec des « accusations abracadabrantes ». La mise au point n’est pas seulement verbale. La maire indique avoir décidé de poursuivre Cécile N’Soga en justice pour diffamation et souhaite obtenir des excuses publiques envers les agents communaux et elle-même.

Face à ses accusations associées à quelques commentaires sévères contre le Président et son Premier ministre PS et le rappel factuel des déconvenues électorales du PS, la fédération socialiste du Val de Marne a à son tour sorti sa plume.  Dans un communiqué de ce jour, elle  regrette cette « charge violente et disproportionnée » contre Cécile N’Soga ainsi que « plusieurs membres du Parti socialiste en Essonne, dont l’un des vice-présidents du Conseil général« . « Dans des propos mêlant tout et n’importe quoi, reprenant des rumeurs et faits non vérifiés, Françoise Baud dresse un portrait fantasmatique du Parti socialiste, totalement irréaliste, et grossièrement mensonger« , poursuit le communiqué. Et de dénoncer  que  la maire « se félicite des défaites de la gauche à L’Hay-les-Roses et Limeil-Brévannes », sans s’en étonner, «  la maire de Valenton  ayant refusé toute union de la gauche avant même le début de la campagne, contre l’avis même de la Fédération PCF du 94. »

La Fédération PS du Val-de-Marne appelle  Françoise Baud à laisser « son sectarisme » de côté « pour se consacrer à sa ville, et à ses propres problèmes internes qui la font dériver totalement vers l’extrême-gauche » et ajoute se réserver le droit d’attaquer en justice l’édile si elle  « continue de poursuivre de sa haine les camarades du Parti socialiste ». Enfin le PS 94 demande au PCF 94 de condamner ces propos. « Pas question de retirer une ligne indique-t-on à la mairie de Valenton, tout est vrai. »

Cécile Nsoga vltCécile n’Soga, elle, préfère voire devant, reconnaissant la situation compliquée et conflictuelle qui a régné au sein même du PS à l’occasion de ces municipales (voir article de l’époque), entre les anti-Yavuz de la section n’habitant majoritairement pas la ville, les pro Yavuz qui l’ont rejoint, une autre ex-PS qui a rejoint la majorité PCF, Fadela Soufi… « Au final, il n’y avait que 4 PS au sein de ma liste de 33 noms. Localement, c’est un énorme gâchis pour le PS« , évalue la militante. Concernant le conflit juridique en cours, Cécile N’Soga maintient qu’il y a eu des erreurs administratives de la part de la mairie qui l’ont empêchée de mener sa liste au bout même si elle s’est faîte retoquer une première fois par le tribunal. Deux de ses co-équipiers ont également déposé un recours juridique contre l’élection. « Mais je n’ai aucune rancœur, la maire de Valenton m’a installée au lieu de m’effacer. Aujourd’hui, j’ai créé une équipe, et dès la rentrée, nous sortirons notre magazine local d’information », annonce Cécile N’Soga.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement
et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

3 commentaires pour Violente polémique PCF – PS à Valenton

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *