Gouvernance | Accueil Val de Marne (94) Grand Paris | 19/10/2015
Réagir Par

10 villes sur 47 du Val-de-Marne disent oui aux territoires de la Métropole

10 villes sur 47 du Val-de-Marne disent oui aux territoires de la Métropole

Beaucoup de communes ont déjà réuni leur Conseil municipal pour s’exprimer sur les futurs périmètres de la métropole du Grand Paris. Après des mois de discussions entre élus et gouvernement, et de calculs compliqués

pour trouver un découpage qui réponde aux 300 000 habitants minimum, qui reste dans les frontières départementales pour éviter des complications administratives et rassurer les présidents des conseils départementaux, et qui accorde aux partis politiques la majorité dans un ou plusieurs territoires, les douze projets de décrets d’EPT (Etablissement public territorial) qui ont été soumis aux 131 communes de la future Métropole du Grand Paris pour avis consultatif de leur Conseil municipal ont peu de probabilités d’évoluer.

En vert, les villes qui ont voté pour, sans réserve. En rouge, toutes les autres.

Conscientes de la valeur symbolique de cet avis, les communes ne l’en ont pas moins mis en scène. Les municipalités du Haut-Val-de-Marne (sauf Boissy), de Saint-Maur et de Limeil ont symboliquement voté contre le même jour, après avoir fait une photo de groupe. Les communes de l’Actep se sont pour leur part accordées sur une délibération commune pour dire non. A Bonneuil-sur-Marne, le Conseil municipal extraordinaire consacré à cette consultation a été ouvert à la participation orale du public, pour marquer le coup. A Valenton encore, la ville avait organisé une votation citoyenne invitant les habitants à choisir pour le territoire voisin de celui proposé dans le décret. Un pari tenu puisque 2871 votants sur 2873 ont suivi la proposition de la ville. 

Dans le territoire T11, seules les communes de Créteil, Alfortville et Boissy-Saint-Léger ont voté pour. Bonneuil a refusé de prendre position. Voir la délibération. Le Haut-Val-de-Marne, sauf Boissy, le Plateau briard et Limeil-Brévannes ont voté contre. »Nous sommes à la fois contre sur le fond et sur la forme. Nous étions favorables à ce territoire tout en actant le souhait de Valenton et Villeneuve-Saint-Georges de ne pas en faire partie et celui de Saint-Maur-des-Fossés d’en être », motive Jean-Claude Gendronneau, maire LR de Santeny et président de la CA du Plateau briard, qui déplore également les règles de gouvernance qui ne permettent aux petites communes de n’avoir qu’un seul représentant, et le même, au Conseil métropolitain et Conseil territorial, sans suppléant. « En outre, le Conseil qui devait être à droite s’est retrouvé à gauche sur un claquement de doigt entre les cartes qui nous avaient été présentées et celles qui ont été proposées ensuite« , poursuit l’élu. Président de la CA du Haut-Val-de-Marne, Jean-Jacques Jégou (Modem), défend également la logique d’un territoire comprenant Plaine centrale, Haut Val-de-Marne, Plateau briard et Saint-Maur, sans intégrer de force Valenton et Villeneuve-Saint-Georges. « Nous allons être reçus à Matignon à ce sujet mais ne nous faisons aucune illusion », mentionne l’ancien sénateur-maire du Plessis-Trévise.
Dans le territoire T10, les communes de l’Actep ont toutes voté contre, l’association d’élus de l’Est parisien s’étant retrouvée découpée entre une partie dans le T10 et une autre dans le T9 en Seine-Saint-Denis. Saint-Maur a aussi voté contre, qui voulait rejoindre le T11. Seule Maisons-Alfort, qui avait demandé à figurer dans le T10 aux côtés de l’Actep, a voté pour. « Nous sommes solidaires des autres villes de l’Actep mais ne pouvions voter contre après avoir demandé à rejoindre ce territoire », motive Olivier Capitanio, premier maire-adjoint LR  de la ville.
Dans le territoire T12, Le Kremlin-Bicêtre a voté oui. Sont également favorables au territoire Arcueil, Cachan, Fresnes et même Villejuif où les quatre courants de la majorité municipale ont trouvé un consensus en faveur du territoire T12. Le Conseil municipal extraordinaire doit se tenir cette semaine. L’opposition municipale devrait en revanche voter contre.
Thiais a voté contre en raison de la taille du territoire. (Voir délibération). L’Haÿ-les-Roses également, pour des raisons de périmètre et de gouvernance. Voir délibération. Rungis a également voté contre à l’unanimité, qui aurait souhaité un territoire autour du pôle d’Orly. »C’est un découpage politique et non territorial« , commente Raymond Charresson, maire SE de la ville. A Gentilly, la ville a pris acte du projet de territoire,  émis un avis défavorable à l’exclusion de Valenton et Villeneuve-Saint-Georges et émis un avis favorable à la fixation du siège à Vitry. Une délibération supplémentaire a demandé que chaque ville puisse siéger au bureau du Conseil de territoire. Choisy-le-Roi a également délibéré en réclamant l’intégration de Villeneuve-Saint-Georges et Valenton comme condition sine qua non d’acceptation du territoire. A Villeneuve-le-Roi encore, le Conseil municipal s’apprête à voter contre. « On rajoute deux couches au millefeuille territorial avec dessaisissement des communes », pointe Didier Gonzales, maire LR de la ville.

En résumé, seulement 10 villes sur 47 ont ou s’apprêtent à voter favorablement aux projets de Conseils de territoire.

A lire aussi : métropole du Grand Paris mode d’emploi

teritoires villes

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags
8 commentaires pour 10 villes sur 47 du Val-de-Marne disent oui aux territoires de la Métropole
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi