Environnement | Arcueil | 22/11/2015
Réagir Par

Arcueil et Gentilly fêtent leur réseau de géothermie

A une semaine de l’ouverture de la Cop 21, un nouveau réseau de géothermie  a été inauguré ce vendredi 20 novembre à Arcueil et Gentilly, opérationnel depuis le 15 octobre. Long de 13 km, ce réseau se ressource dans le Dogger, une nappe d’eau chaude souterraine

située à 1,6 km de profondeur et d’une température comprise entre 55 et 75 degrés.  Cette eau géothermale, salée et corrosive, chemine en circuit clos et est rejetée dans le dogger au terme de sa course, une fois refroidie. Entre temps, elle a permis de chauffer un autre réseau d’eau propre et non polluante, grâce à des échangeurs thermiques. C’est ce circuit d’eau propre et non salée qui alimente le chauffage urbain et l’eau chaude grâce à 126 points de distribution. Concrètement, le réseau dispose d’une puissance thermique de 48 mégawatts (MW) et il alimente 10 000 équivalent-logements situés pour partie à Gentilly et pour partie à Arcueil, au niveau du Chaperon vert. Le projet s’inscrit dans le cadre des opérations de rénovation urbaine de ce secteur. « Il faut profiter des grandes opérations de rénovation urbaine actuelles pour inclure ce genre de projet : sortir des énergies fossiles est un enjeu écologique évident, et là, tout est local. A quelques jours du début de la COP21, c’est un engagement fort, qui prouve qu’on peut se mobiliser, élus locaux et partenaires « , se réjouit Daniel Breuiller, maire EELV d’Arcueil . Grâce à ce système, 60% du chauffage de ce secteur est issu de la chaleur naturelle du Dogger, les 40% restant correspondent au complément de chauffage au gaz. Pour puiser et rejeter l’eau du Dogger, deux puits ont été creusés à l’emplacement d’un délaissé de l’autoroute A6.

Près de 15 000 tonnes de CO2 rejetées en moins par an

Le résultat : une économie de 14 600 tonnes de CO2 rejetés dans l’atmosphère chaque année, soit l’équivalent de 8 000 voitures.  Totalement renouvelable, la géothermie ne produit ni déchet, ni pollution atmosphérique et n’est pas tributaire des variations de prix des énergies fossiles puisqu’elle est disponible localement. Un détail non négligeable alors que le projet a été initié en 2013, quand le prix du baril de pétrole était au plus haut.  Les usagers bénéficient en outre d’un taux de TVA réduit de 5,5% sur leur facture globale de chauffage pour avoir recours à une énergie renouvelable. La géothermie contribue donc à alléger la facture pour l’utilisateur final. En tenant compte des paramètres de l’année 2014 (prix du baril, taxe…) cette réduction se chiffre à 5%, mais cela peut-être plus important si pétrole et gaz augmentent et une fois le réseau amorti.

40 millions d’euros d’investissement sur 30 ans

Pour monter ce projet, Arcueil et Gentilly se sont appuyés sur le Sipperec, un établissement public qui regroupe une centaine de collectivités en Ile de France et les accompagne sur des infrastructures liées à l’énergie ou au numérique. Après études et appel d’offre, le Sipperec a attribué une délégation de service public de 30 ans à Cofely Réseau , une filiale de Engie. Celle-ci a créé une société dédiée, Argéo.  Un investissement de 40 millions d’euros sur 30 ans, dont 32 millions d’euros pour la mise en place initiale, subventionné en partie par l’Ademe et la région. « C’est la conclusion d’un projet ambitieux initié il y a 4 ans et que le Sipperec a suivi de pas à pas et qui répond à trois besoins : environnementaux, économiques et sociaux », insiste Jacques J-P Martin, président du Sipperec. « Un dispositif concret et réaliste à promouvoir pendant toute la COP21« , ajoute encore Jean-Marie Chaumel, directeur régional adjoint de l’Ademe.

Un chantier de près de deux ans

Pour les riverains des installations, la fin du chantier est un soulagement. Dès janvier 2014, une foreuse de 40 mètres de haut a foré deux puits à 1600 mètres de profondeur. « On habite à 300 mètres de la chaufferie : vous n’imaginez pas le bruit, les embouteillages … Les tractopelles passaient à 2 mètres de notre fenêtre ! » se souviennent deux retraités,  ravis à l’idée de voir désormais diminuer leur facture. « Il faut en passer par là pour moderniser la ville, mais franchement, c’était déjà assez long comme ça« , lâche Robert, habitant du Chaperon Vert depuis 6 ans. « Les gens ont été très patients pendant les travaux : moi-même, je me suis fâchée plusieurs fois ! Mais c’est un équipement remarquable aussi pour le quartier du Chaperon Vert », reconnaît Patricia Tordjman, maire PCF de Gentilly.

Avec plus d’une vingtaine de réseaux puisant leur source dans les eaux du Dogger, le Val-de-Marne est à ce jour le premier département de France en termes de géothermie. Il accueille notamment le plus grand réseau d’Europe à L’Haÿ-Villejuif-Chevilly.

géothermieègentilly-arcueil

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *