Publicité
Publicité : Fête des solidarités
Education | Accueil Val de Marne (94) Val de Marne | 05/09/2015
Réagir Par

13 ouvertures ou réouvertures de classes : les déçus et les soulagés

13 ouvertures ou réouvertures de classes : les déçus et les soulagés
Publicité

Comme à chaque rentrée scolaire, quelques dizaines de directeurs d’écoles, instituteurs et parents d’élèves sont venus réclamer audience à la Direction départementale de l’Education nationale à l’occasion de la réunion d’ajustement de rentrée (Ctsd, comité technique spécial départemental qui décide d’ouvrir ou fermer des classes) pour demander des ouvertures ou réouvertures, pointage de rentrée à l’appui.

Alors que le nombre d’élèves continue de croître dans le département, une trentaine de demandes ont été présentées.

« A l’école Paul Langevin de Villejuif. 191 élèves se répartissent dans 7 classes, soit plus de 27 élèves par classe alors que le classement REP (Réseau d’éducation prioritaire) limite les effectifs à 25.  C’est inadmissible et incompréhensible », s’agace une mère de famille qui a consacré sa demi-journée à ce rassemblement matinal. « On ne comprend pas pourquoi une classe a été fermée cet été alors qu’on savait déjà qu’on accueillerait 20 élèves de plus au minimum« , ajoute Marie-Laure, institutrice. Les parents d’élèves de cette école regrettent également la perte de la décharge complète de la directrice de l’établissement alors que « l’école est au milieu d’un quartier sensible où 70% des familles vivent en dessous du seuil de pauvreté et où le besoin de relation avec la directrice est énorme. »

Même combat du côté d’Henri Barbusse, à Ivry-sur-Seine, dont les représentants demandent l’ouverture de deux classes, une en maternelle et une en élémentaire. « En CE2, 29 élèves composent les classes !  Je pensais pourtant que le classement REP signifiait des moyens particuliers, s’exclame une mère de famille. Avec ses 8 classes, l’établissement n’est plus en mesure d’absorber les hausses d’effectifs d’année en année, d’autant plus que 23 élèves devraient arriver, en octobre, après la livraison de logements à Ivry-Plateau… Il nous faut ces deux classes car même une ne suffirait pas« , ajoute-t-elle. « 26,5 élèves par classe en maternelle, 24,5 en élémentaire : on est en droit de se demander à quoi sert encore d’être classé en zone d’éducation prioritaire !« , pointe le maire PCF d’Ivry-sur-Seine, Philippe Bouyssou, dans un communiqué. Le député MRC de la circonscription, Jean-Luc Laurent, a également envoyé un courrier pour plaider la cause de l’école, avec celle de Marcel Cachin à Vitry.

 

 

A l’école Anatole France, école en REP au cœur du quartier Balzac de Vitry-sur-Seine, les enseignants et parents réclament une ouverture de classe pour récupérer la décharge de la directrice alors que l’école compte 224 élèves répartis en 8 classes, soit une moyenne de 28 élèves par classe. « Nous avons vraiment besoin d’un poste supplémentaire« , insiste une institutrice.

« Les seuils d’effectif d’élèves par classe, au lieu de garantir une limite,  ont perdu progressivement de leur sens pour devenir de simples ‘repères’ ! », dénonce Luc Bénizeau, délégué Snudi-Fo.

Ce vendredi, il n’y a pas que les écoles en réseau d’éducation prioritaire qui ont fait le déplacement. Des parents d’élèves de l’école maternelle la Ferme de Monsieur, à Mandres-les-Roses, font aussi partie du cortège. Avec 161 élèves pour 5 classes, dont 4 en double-niveau, la petite école compte en moyenne 32,2 élèves par classe, calculent les parents. « Et en primaire, les effectifs vont de 29 à 31. C’est inadmissible, d’autant plus que 70 logements sont livrés avant la fin de l’année scolaire », ajoute un parent d’élève.

8 ouvertures, 5 annulations de fermeture

Au final, 13 ouvertures et annulations de fermetures seront accordées et une annulation d’ouverture sera aussi annoncée, comme suit :
Annulation de fermetures
École maternelle Françoise Dolto à Fontenay-sous-Bois
École maternelle Michelet à Fontenay-sous-Bois
École maternelle Henri Barbusse à Ivry-sur-Seine
École maternelle La ferme de Monsieur à Mandres-les-Roses
École maternelle Paul Langevin à Villejuif
Mesures d’ouvertures
École élémentaire Lamartine à Gentilly
École maternelle Les coquelicots à Fresnes
École maternelle Paul Langevin à Limeil-Brévannes
École maternelle Charles Péguy à Maisons-Alfort
École maternelle Paul Doumer au Perreux-sur-Marne
École maternelle Olympe de Gouges au Plessis-Trévise
École élémentaire Les merles à Villecresnes
École maternelle Marcel Cachin à Vitry-sur-Seine
Annulation d’ouverture
École maternelle Louis Pasteur à Fontenay-sous-Bois

Soulagements et déceptions

De quoi réjouir les uns et désoler les autres. « C’est un vrai soulagement« , commente Yann Menguy, vice-président de la section locale de la FCPE de Mandres-les-Roses. « Une nouvelle encourageant », pour le maire LR de Villejuif, Franck Le Bohellec. A Ivry-sur-Seine, Henri-Barbusse ne se réjouit qu’à moitié. A Bonneuil-sur-Marne, Romain Rolland et Eugénie Cotton n’ont pas eu gain de cause. « La fermeture de classe entraîne des effectifs supérieurs à 25 élèves par classe dans plusieurs sections. C’est trop ! Ce quartier cumule beaucoup de difficultés sociales, les familles monoparentales y sont nombreuses. La demande est d’autant plus légitime que bien que nous soyons en REP, d’autres actions relevant de la responsabilité et des financements de l’État ont subi des pertes de moyens ces derniers temps : RASED, décharges de direction, formation des enseignants, santé scolaire, programme de réussite éducative. Concernant l’école Eugénie Cotton, ce n’est que le changement administratif de prise en compte de l’effectif de l’ULIS en plein mois d’août qui entraîne la non ouverture de la nouvelle classe d’autant plus nécessaire que des familles vont continuer à emménager dans les nouvelles constructions » regrette Patrick Douet, maire PCF de Bonneuil, dans un courrier à la directrice d’Académie.  Déception également à Anatole France, Vitry-sur-Seine. « On n’a rien obtenu du tout, on est extrêmement déçu, se désole l’institutrice qui avait été plaider à l’Inspection le matin-même. Il nous reste plus qu’à diffuser le message aux parents d’élèves. »  Déception également au groupe scolaire Saint-Exupéry à Villeneuve-Saint-Georges ou encore à Maurice Thorez et Joliot-Curie à Champigny-sur-Marne. Chez les déçus, la mobilisation devrait se poursuivre avec des occupations dès lundi, de nouveaux courriers, pétitions et rassemblements.

Inquiétudes sur les effectifs d’enseignants

Au-delà des tensions sur le nombre de classes, les inquiétudes portent aussi sur les effectifs d’enseignants. « Des dizaines de postes sont restés vacants et ont du être pourvus par des remplaçants dès la rentrée. Cela va déclencher des problèmes à retardement dès qu’il y aura des absences car les remplaçants seront déjà affectés à l’année sur des postes. Il faut absolument débloquer les recrutements sur les listes complémentaires », prévient Luc Bénizeau. Une audience a été demandée sur cette question et un rassemblement est d’ores et déjà prévu devant le rectorat ce mercredi 9 septembre à 14 heures.

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Un commentaire pour 13 ouvertures ou réouvertures de classes : les déçus et les soulagés
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi