Société | Accueil Val de Marne (94) Ormesson-sur-Marne | 17/09/2015
Réagir Par

A Ormesson, les 11 logements qui devaient accueillir les réfugiés resteront vides

A Ormesson, les 11 logements qui devaient accueillir les réfugiés resteront vides

Sur les lits: draps, couettes et serviettes de bain étaient déjà posés. C’est dans une petite résidence de 13 appartements, au fond du parc de Maison d’accueil spécialisé (MAS) d’Ormesson-sur-Marne que 18 réfugiés devaient s’installer ce mercredi 16 septembre, puis 2 autres en fin de semaine.

11 des 13 logements y sont vides. 2 sont déjà habités. Alors que le gouvernement avait mobilisé la semaine dernière tous les organismes susceptibles de proposer des solutions d’hébergement, le groupe SOS, entreprise sociale qui compte 12 000 salariés et 330 établissements, avait identifié les logements vides dont elle disposait dans son parc et proposé notamment ces appartements. Après une visite sur le terrain, la résidence avait été retenue pour accueillir des réfugiés. Située au fond du parc de la MAS, qui accueille 46 adultes handicapés, la résidence se trouve à quelques centaines de mètres des bâtiments d’accueil.

residence MAS

Décidé au niveau national, cet accueil n’a pas fait l’objet d’une discussion avec la ville et la nouvelle, apprise par le bouche à oreille (la MAS est située sur la parcelle voisine de la mairie), a suscité la colère de la maire LR d’Ormesson, Marie-Christine Ségui, voir article d’hier, qui considérait que sa ville n’a pas les moyens accueillir des réfugiés et s’interrogeait sur la pertinence de cet accueil à proximité de la résidence pour personnes handicapées. Dès mardi soir, l’opération était annulée.

« Toute la France s’est émue devant Intouchable mais lorsqu’il s’agit de le faire en vrai… »

Directeur MASEmmanuel Moungnanou-Babola, directeur de la MAS, regrette que cet accueil n’ait pas pu se faire, sans pour autant jeter la pierre à la maire, comprenant le courroux suscité par la non concertation dès lors que la ville doit ensuite gérer une partie de l’accompagnement (places dans les écoles…). Le directeur rejette en revanche la crainte de voir se rencontrer des personnes handicapées et des réfugiés. « La résidence étant au fond du parc, nous aurions pu cloisonner les secteurs dans un premier temps, et progressivement développer les échanges. Car les personnes handicapées sont aussi des personnes citoyennes. Elles font partie de la société,  regardent la TV et y voient des réfugiés. Pourquoi ne pourraient-elles pas leur parler? Dans leur quotidien, elles sont déjà en contact avec une pluralité des communautés à travers le personnel qui s’occupe d’elles, fait leur toilette… Toute la France s’est émue en regardant le film Intouchable, mais lorsqu’il s’agit de le faire en vrai, ça ne marche pas« , regrette le directeur.

En interne, tout le monde s’était mobilisé pour cet accueil, dès que la direction du groupe leur avait demandé de mettre à disposition les appartements. « Nous nous sommes dépêchés de tout débarrasser et nettoyer, et  avons mis à disposition tous les accessoires de première nécessité« , reprend le directeur en montrant les tuyaux de douche encore dans leur emballage et les tasses de café prêtes au déjeuner d’accueil. « Tant pis, peut-être pour une prochaine fois! »

Marie-Christine Segui Ormesson sur Marne« Je me réjouis de la décision commune de monsieur le préfet du Val-de-Marne et du président de l’association en charge de la Maison d’accueil spécialisée (ndlr : le groupe SOS) d’abandonner le projet d’hébergement de migrants au sein de  la MAS, réagit de son côté, Marie-Christine Ségui dans un communiqué. Même si les négociations que nous avons eues tout au long de la journée d’hier ont été tendues et parfois un peu âpres, je remercie les autorités de l’Etat qui ont finalement compris l’impossibilité d’Ormesson de pouvoir accueillir des migrants sur son territoire. »

Alexandre PallaresLe Front National, qui compte un élu dans la ville, n’a pas manqué l’occasion de réagir dans un communiqué : « Même si l’opération semble avoir été annulée, il avait été prévu d’installer plusieurs dizaines de migrants à Ormesson-sur-Marne. Ceci était probablement un ballon d’essai avant d’imposer chez nous, comme partout, l’installation de migrants et la submersion de notre ville jusqu’ici plutôt préservée. Madame Ségui, les derniers Conseils municipaux l’ont montré, compte se soumettre à l’injonction de construire des logements sociaux et de bétonner notre commune. Cela créera une pompe aspirante et un signal qui entraînera fatalement l’arrivée de l’immigration massive à Ormesson« , déclare Alexandre Pallares.

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Cet article est publié dans avec comme tags , , ,
19 commentaires pour A Ormesson, les 11 logements qui devaient accueillir les réfugiés resteront vides
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi