Politique locale | Val de Marne | 03/04/2015
Réagir Par

Conseil départemental du Val de Marne: c’était la première séance…

Conseil départemental du Val de Marne: c’était la première séance…
Publicité

Conseil departemental Val de Marne 2 avril 2015Ambiance festive et combative ce jeudi 2 avril, en cette matinée d'installation du nouveau Conseil départemental du Val de Marne, quelques jours après le second tour des élections. Dans les tribunes, anciens élus et parlementaires de tous bords étaient venus en rang serré

apprécier cette première séance de la nouvelle assemblée riche en jeunes poulains. C’est du reste un doyen exceptionnellement jeune, Jean-Daniel Amsler, même pas 70 ans, qui a ouvert la séance, secondé du benjamin Julien Weil, à peine âgé de 27 ans. Dans la rotonde, l’alternance homme-femme derrière les pupitres, comme des convives autour d’une table, donnait un tableau inédit.

L’élu UMP de Sucy-en-Brie a introduit la séance dans la concorde, rappelant les analyses convergentes de la droite et de la gauche sur des dossiers comme les transports publics avec le projet Orbival (dont le tracé a été repris par le Grand Paris Express), les précautions vis-à-vis de l’exploitation du gaz de schiste, l’avenir du département. « Notre assemblée a su travailler positivement dans l’intérêt général et dans le respect », a souligné Jean-Daniel Amsler.

S’en est rapidement suivie l’élection du président. Sans surprise, se sont présentés aux suffrages Olivier Capitanio, conseiller départemental UMP de Maisons-Alfort, qui a obtenu 22 voix, et Christian Favier, président sortant et conseiller PCF de Champigny-sur-Marne qui a obtenu 28 voix. En toute logique puisque la gauche a remporté 14 cantons et la droite 11, conférant chacun un binôme d’élus homme-femme.

 

 

Le principal de cette séance d’installation, qui s’est étendue de 10 heures à midi, a consisté, avant l’élection des 15 vice-présidents, en une longue série de déclarations de politique générale de chaque groupe politique. « C’est toujours aussi long ? Il faudrait minuter les temps de parole« ,  s’exclame un parlementaire dans les tribunes.

Côté PS, Abraham Johnson raille les « accords de façade » de la droite et du centre et légitime l’alliance à gauche  « Nous assumons d’autant mieux au sein de notre majorité les divergences de nos sensibilités politiques – notamment sur le plan national- que nous faisons bloc dans notre territoire pour protéger et défendre la population qui le compose », insiste l’élu. Parmi les anciens conseiller généraux socialistes de l’assemblée à qui il rend hommage, le président du groupe socialiste et républicains n’oublie pas Pierre Coilbault, ancien maire de l’Haÿ et ancien vice-président de l’assemblée départementale, exclu du PS pour avoir soutenu la candidate dissidente Brigitte Tironneau, également ancienne conseillère générale.

Seul élu EELV, Daniel Breuiller regrette l’absence de Jacques Perreux, battu par le PCF à Vitry, et qui avait porté de longues années le festival de l’Oh! « Oui mais c’était lui ou nous!« , entend-on réagir à la tribune. Le maire d’Arcueil insiste sur la nécessité de disposer d’élus verts. « Il n’y a pas beaucoup de progrès écologiques lorsqu’il n’y a pas d’écologistes dans les assemblées », insiste-t-il en appelant au scrutin à la proportionnelle. Pour poursuivre son action au sein du nouveau Conseil départemental, l’élu EELV demande à pouvoir constituer un groupe à deux avec Christine Janodet (Gauche citoyenne), en modifiant le règlement intérieur. Une demande à laquelle se déclarent favorable le groupe Front de Gauche et le président du Conseil départemental.

Après avoir félicité le président ré-élu dans la « tradition républicaine« , Olivier Capitanio, président du groupe UMP, lance le happening de la matinée en expliquant que la droite est majoritaire dans le département, faisant l’addition des voix de cette dernière au second tour, par rapport à celles de la gauche, et indiquant que la gauche n’a donc plus de légitimité dans le département. « 52% des voix, la majorité c’est nous », brandissent alors en choeur l’ensemble du groupe UMP et apparentés.  « La majorité des Val de Marnais s’est faîte voler sa victoire », insiste Olivier Capitanio tandis que les huées répondent des rangs de la gauche. Et de poursuivre en dénonçant un rabibochage de façade tendant à la mascarade entre le PS et le PCF.

Elus droite Pancartes Conseil departemental 2 avril

« La gauche sait se rassembler lorsqu’elle se donne d’autres objectifs que l’austérité, le recul des services publics et des droits humains! », rétorque Pascal Savoldelli, président du groupe Front de Gauche, invitant d’urgence à revoir les baisses de dotations de l’Etat. Et l’élu de s’en prendre ensuite aux médias, coupables à ses yeux « d’un anticommunisme qu’on croyait révolu », préférant accorder leurs « faveurs » au FN. « Les articles évoquant le FN ont représenté 44 %de l’information politique des médias écrits!« , tonne l’élu d’Ivry-sur-Seine.

Dominique le Bideau, présidente du groupe des centristes et indépendants, a pour sa part demandé à l’exécutif de s’attaquer en priorité à l’emploi, sans « mesurette« , et de répartir les aides de manière équitable entre les villes, avant de conclure sur la responsabilité de l’élu.

Réélu à la présidence du département pour la cinquième fois depuis 2001, Christian Favier a remercié les élus de gauche de leur confiance renouvelée, saluant au passage la présence de Gaston Viens, premier président historique du Conseil général,

Gaston Viens

et répondu avec ses propres calculs à la droite concernant les voix de la gauche et de la droite au second tour. « Votre calcul ne tient pas car au second tour, la gauche n’était pas présente dans tous les cantons. » Et de détailler sa propre addition donnant un rapport de forces inverse. « Et si l’on projette les résultats dans les anciens cantons, on reste également majoritaire à 26 élus contre 23. »

500 places en crèche de plus

Concernant la feuille de route 2015-2021, le président annonce 500 places de crèches supplémentaires, l’élargissement à tous les retraités non imposables de la carte améthyste à 35 euros à partir de septembre 2015,  le lancement d’un plan de transition énergétique d’ici la fin de l’année, la poursuite du développement de logements sociaux, de l’aménagement du territoire… En termes de démocratie locale, le président évoque l’instauration de conseils cantonaux, dotés de moyens nécessaires à leur fonctionnement, pour associer les habitants aux décisions. Concernant les 500 places en crèches, leur déploiement s’effectuerait via la création de 8 à 9 crèches départementales en complément des 76 existantes, échelonnées de 2016 à 2021 après une phase de diagnostic pour déterminer les zones qui en ont le plus besoin.

C’est en fin de séance qu’a été procédé à l’élection du reste de l’exécutif, désormais quasi-paritaire avec 7 vice-présidentes et 8 vice-présidents en plus du président. Leurs attributions seront détaillées lors de la prochaine séance qui se tiendra le jeudi 16 avril.

Voir article détaillé sur liste des 15 vice-présidents.

Liste des 50 conseillers départementaux

 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

15 commentaires pour Conseil départemental du Val de Marne: c’était la première séance…
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi