Publicité
Logements | Val de Marne | 18/01/2015
Réagir Par

Chiffres : taux de logements sociaux dans le Val de Marne ville par ville

Cité Alexander Fleming Bonneuil sur Marne 20 fevrier 2012 Photo 94 Citoyens 1Le Val de Marne compte en moyenne de 30,40% de logements sociaux sur son territoire, mais ce taux varie beaucoup d’une commune à l’autre, de 1,80% à Ormesson-sur-Marne à 76,90% à Bonneuil-sur-Marne (photo). 

Ci-dessous les taux ville par ville au 1er janvier 2013, selon les chiffres de la Drihl, Direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement). Sur les 47 communes du département, 26 sont au-dessus des 25% de logements sociaux imposés par la loi SRU (solidarité urbaine) et 19 en-deçà. Deux villes,  Ablon-sur-Seine et de Villeneuve-le-Roi n’ont pas été chiffrées par la Drihl, n’étant pas concernées par les obligations de la loi SRU en raison de contraintes d’inconstructibilité. La ville médiane (c’est à dire que la moitié des villes ont un taux supérieur et l’autre moitié un taux inférieur)  est L’Haÿ-les-Roses avec 28,30% de logements sociaux.

A lire aussi :  4 079 logements sociaux supplémentaires en 2013 dans le Val de Marne
Villes du Val de Marne en constat de carence, qu’est-ce que cela change?
Détail des zones de loyer médian par ville du Val de Marne
Mobilisation des terrains de l’Etat en Val de Marne, où en est-on?

Source : DRIHL (télécharger le document officiel Ile de France)

Commune Taux de logements sociaux  01/01/2013
Ablon-sur-Seine nc
Villeneuve-le-Roi nc
Bonneuil-sur-Marne 76,90%
Valenton 66,00%
Orly 59,80%
Gentilly 54,80%
Arcueil 47,50%
Alfortville 44,30%
Créteil 44,20%
Chevilly-Larue 42,60%
Champigny-sur-Marne 39,50%
Ivry-sur-Seine 39,50%
Cachan 39,00%
Villejuif 38,70%
Villeneuve-Saint-Georges 38,50%
Vitry-sur-Seine 38,10%
Le Kremlin-Bicêtre 36,20%
Boissy-Saint-Léger 35,80%
Choisy-le-Roi 35,10%
Fresnes 33,20%
Fontenay-sous-Bois 32,70%
Thiais 28,90%
Villiers-sur-Marne 28,90%
L’Haÿ-les-Roses 28,30%
Limeil-Brévannes 28,20%
Joinville-le-Pont 27,20%
Chennevières-sur-Marne 25,40%
La Queue-en-Brie 25,40%
Charenton-le-Pont 24,20%
Maisons-Alfort 23,60%
Saint-Maurice 23,20%
Sucy-en-Brie 20,50%
Le Plessis-Trévise 18,80%
Rungis 18,70%
Bry-sur-Marne 15,00%
Noiseau 14,10%
Mandres-les-Roses 12,60%
Nogent-sur-Marne 11,90%
Saint-Mandé 10,90%
Marolles-en-Brie 9,90%
Villecresnes 9,60%
Santeny 9,50%
Le Perreux-sur-Marne 8,80%
Vincennes 8,60%
Saint-Maur-des-Fossés 7,00%
Périgny-sur-Yerres 5,50%
Ormesson-sur-Marne 1,80%
27 commentaires pour Chiffres : taux de logements sociaux dans le Val de Marne ville par ville
  • Plus les villes sont ancré à gauche (voir à gauche de la gauche) plus le taux de logements sociaux explosent.

    à Gauche on sait faire venir son électorat, puisque l’on sait que les quartiers dit populaire avec donc un fort pourcentage de logement sociaux, votent massivement à Gauche/Extrême gauche.(une simple lecture de résultats électoraux par bureaux de vote, donne la preuve irréfutable)

    Il faut certes des logements sociaux, mais c’est comme la bonne bouffe ou l’alcool, il faut y aller avec modération.

    • Je suis d’accord, je pense aussi que l’on pourrait voir que les villes les plus sociales sont les plus endettés, il y aurait-il un lien?

      Mais bon, toutes les villes ne communiquent pas sur leur endettement.

  • Quand on pense que cette droite continue de se soustraire à la loi de la République, et qu’elle préfère payer des amendes (alors qu’elle pleure qu’on l’étrangle financièrement…) plutôt que de satisfaire à ses obligations légales en consacrant une part de ses efforts au logement social locatif…
    Tout le monde constate l’envolée des prix du foncier et de l’immobilier neuf, ainsi que les restrictions apportées par les banques aux prêts bancaires afin de permettre l’accession à la propriété de ceux qui en auraient les moyens, et qui le souhaiteraient…
    Il ne reste donc que le locatif et le locatif social, puisque le secteur privé met le prix du m² hors de portée de la plupart de nos concitoyens.
    Ces maires hors-la-loi ne devraient pas seulement payer des amendes, ils devraient également être condamnés (avec sanction d’inéligibilité) pour refus d’appliquer la loi. Peut-être comprendraient-ils alors, que le triptyque Liberté-Egalité-Fraternité qui figure au fronton de leurs mairies, n’est pas un simple élément décoratif, mais un principe républicain auquel ils ne sauraient se soustraire…

    • Vous êtes fous de tenir de tels propos.
      Exiger de nos politciens qu’ils respectent la loi !
      Quand on voit, pour le peu que l’on connaît réellement, toutes les magouilles révélées, et donc toutes celles que l’on ne connaît pas, ça fait froid dans le dos.

    • Arrêter de dire des bêtise, voir du n’importe quoi. vous voulez des’expropriations? Vous voulez nous empiler les uns sur les autres ? Vous voulez faire venir votre électorat ?
      Vous n’este déjà capable de mettre en service depuis des décades le Pont de Nogent sur la Marne alors que nous avons payé des impôts pour ?

      Vous et votre urbanisme a outrance, nous sommes a chaque Orage qui devient terrible inondé car trop d’urbanisme. Evidemment vous n’avez subit ce genre de fait cela ne vous touche pas. C’est sur. Les donneurs de leçons ca suffit .

      En province il y a des villages qui se meurent ,pourquoi ne pas construire dans ces villages ce redonnerais une vie. Arrêtez de sururbaniser Paris et sa métropole. A SUFFFIT.

  • Bonjour
    pouvez-vous donner le lien vers le document de la drihl ? Je ne le trouve pas sur leur site, qui renvoie par ailleurs au site de l’observatoire du logement en île de France où l’on trouve bien le nombre de logements sociaux par commune (ici : http://www.ols-idf.org/patrimoine-locatif-social.html ) mais pas le taux.

    Merci !

  • Fontenay-sous-Bois 32,70% est suffisant !

    • Le Maire de Champigny, D Adenot (PC), veut créer jusqu’à 60% de logements sociaux dans les nouveaux quartiers.
      D2jà il veut que les immeubles construis autour des gares du Grand Paris comportent 50% de social, voire plus.
      Bien-sûr il ne dit pas comment financer ces nouveaux immeubles ainsi que les infrastructures qui vont avec (écoles, crèches, routes, canalisation, éclairage, commerces, etc…)

      • Comme tous les autres avec le même genre de programme, à Choisy on a peu près le même , mais dans un proportion moindre…. une explosion des impôts, des plaintes et gémissements perpétuels sur la solidarité et l’égalité oubliant au passage de faire la différence entre l’égalité et l’égalitarisme, ce qui conduit à un départ des solvables vers d’autres cieux et comme à Sevran ou ce brave Stéphane Gatignon du PCF devait aller faire la manche sous la tente, 60% des logements sociaux ce n’est pas une qu’une idéologie c’est des charges ! L’économie tout comme la mutualisation ne sont pas des professions de foi mais une réalité budgétaire … Et tous ces élus n’ont que la culture de la dépense clientéliste et ne comprenne pas qu’il n’y a pas d’argent public mais uniquement l’argent des contribuables …

        • PAs forcément, je viens du 9-3, d’une ville avec un fort taux de HLM, croulant sous les charges et les impôts ma famille et moi sommes partis ailleurs en France, avant que je ne revienne seul pour mes études et un emploi.
          Ayant encore beaucoup d’amis dans le 9-3, j’y ai vu nombres de villes changer, surtout avec l’arrtivée du tramway T5, beaucoup de cités ont été explosées, pour construire à la place des logements neufs en BBS, HQE, on peut acquérir un 4pièces pour 177 000€ (prix 2011, en centre-ville), et l’ancien se revendait autour de 160 000 si très bien situé (T5 et RER).

          Cela attire de nouveaux citoyens.
          Tout comme St-Denis ou St-Ouen avec l’arrivée des tramways, GPE et métros, attirent beaucoup de bobos ne pouvant se loger à Paris.
          D’ailleurs à St-Ouen, le maire coco ou PS a sauté aux dernières élections, remplacé par la Droite. Il n’avait pas vu qu’en virant les gens des HLM, et en mettant à la place des logements bobos, ces derniers ne voteraient pas pour eux.

          D’ailleurs, le maire Coco d’Aubervilliers l’a déclaré il y a peu dans « le point » je crois, il rpéfère construire des bureaux que des logements, car il a peur qu’en mettant des logements attirant des bobos, ils perdent sa place, donc il ne veut pas courir le risque.

          Mais regardez le 9-3, la plupart des villes ont arrêté les HLM, et en détruisent beaucoup, elles ont enfin compris que les HLM n’apportaient rien si on en avait trop.

        • pour votre gouverne choisynouvelles
          Stéphane GATIGNON est élu maire et conseiller régional chez EELV les verts
          et léconomie comme vous citez nous(contribuables) a fait remettre un cheque par létat (madame LAGARDE ) de 208 millions d’euros à mr Bernard TAPIE pour mr TAPIE est remboursé en tant qu’actionnaire pour préjudice moral  »
          lui a compris votre message mais vous pas la subtilité et pour les étiquettes maintenez vous au courant avant de tapoter nerveusement votre clavier

  • L’endettement des villes est, en général, directement proportionnel aux nombres de logements sociaux.Bonjour les impôts locaux .Prenons Bonneuil(source Proxiti 2012)-Par rapport aux 16 977 habitants de Bonneuil-sur-Marne, en 2012 cela représente 1326 € par habitant, soit : 5304 € par an pour une famille de 4 personnes.
    A noter : la valeur moyenne des impôts locaux dans les communes françaises similaires à Bonneuil-sur-Marne était de 847 € par habitant, en 2012.
    A Bonneuil-sur-Marne, en 2012 les impôts locaux par habitant sont donc plus élevés de 56.55 % que pour des communes similaire. Prenons Saint Maur (source Proxiti 2012 ) -Par rapport aux 76 237 habitants de Saint-Maur-des-Fossés, en 2012 cela représente 790 € par habitant, soit : 3160 € par an pour une famille de 4 personnes.
    A noter : la valeur moyenne des impôts locaux dans les communes françaises similaires à Saint-Maur-des-Fossés était de 980 € par habitant, en 2012.
    A Saint-Maur-des-Fossés, en 2012 les impôts locaux par habitant sont donc plus bas de 19.39 % que pour des communes similaires CQFD.

    • C’est évident,
      la précarité ne crée pas de richesse …

      • Ce qui est certain, c’est que la France n’aime visiblement pas sa classe moyenne, encore moins sa classe moyenne vivant seule et sans enfant, mais tend les deux mains à toute la misère du monde ! Conclusion, mieux vaut se ranger dans le moule social voulu par nos politiques, et jouer le jeu de l’assistanat. Un exemple:Ma voisine, sans travail, n’a eu aucun mal à trouver un logement…..deux fois plus grand que le mien, deux fois moins cher, tous frais payés grâce aux multiples aides, elle ne paye pas d’impots (normal, je les paye pour elle….), bénéficie des prix les plus bas sur tous les services publics…..Au final, elle a un pouvoir d’achat supérieur au mien. Et à quoi ça sert ? Augmenter les impôts de ceux qui travaillent, et conforter ceux qui foutent rien et qui auraient tort de se priver. Conclusion….je vais arrêter de travailler et attendre que ça tombe, c’est plus rentable !

        • « Capital » sur M6, avait fait une comparaison entre classe moyenne et « classe pauvre ». Mais ils n’étaient pas assez loin dans les études, ils s’arrêtaient juste aux grosses aides « CAF, APL, enfants… », mais ils ne regardaient pas qu’une famille pauvre ne payait pas d’impôts, avait les transports gratos, avait la cantine gratos, les sorties gratos, certains musées sur Paris et en IdF gratos, etc…
          Alors que la famille moyenne devait s’acquitter de tout cela.

        • Bernard TAPIE ne trouve plus aucun mal pour faire du théâtre il peut se reposer sur un matelas de 208 millions d’euros que vous (et moi) lui avons apporté cela fait combien de loyer type celui de votre voisine ??et mr TAPIE est sorti de prison après 3 mois (au lieu de 6 parce qu’il a bénéficié d’un travail d’intérêt général !!(si) de l’époque puis est allé chercher personnellement ses 889frans de l’époque !! comme l’actionnaire de DUCROS MORY (arcole ) à encaissé les cheques de 200milliond d’euros avant de licencier pres de 2500 salariés dont 363 à LIMEIL BREVANNES
          quels sont à ces deux entités leur pouvoir d’achat et comparez aux nôtres

  • L’aboutissement ultime 100% de logement sociaux, le rêve socialiste !!! Toujours à la recherche du monde meilleur et du prêche de l’absolu, la solidarité, la tendresse, l’amour,
    (le parti socialiste est devenu une église) sauf qu’à la fin cela se termine toujours de la même façon la pleurniche parce que les grandes idées et les infrastructures, il faut les financer et là plus personne n’a de pognon. A l’allure où vont les choses il faudrait doubler ou tripler les impôts locaux et fonciers soit entre 4000 et 6000 euros de locaux pour un T3/T4 et autant de foncier, pour ceux qui payent bien sûr pour les autres la solidarité nationale sans aucune limite ….
    La limite entre l’égalité et l’égalitarisme a été franchis et ….

    • Champigny, le parti coco lors des élections 2014 avait un peu truqué les chiffres lors du conseil municipal, vantant qu’à Champigny, les citoyens ne payaient que 600€ d’impôts ! ! !
      La droite avait expliqué le calcul en conseil municipal :
      54% de la population Campinoise paye des impôts, en moyenne 1200€
      46% de la population n’en paie pas.
      Donc si on met ce chiffre sur 100%, oui, les impôts sont en moyenne de 600€ à champigny !

      Voilà Comment on détourne des chiffres.
      La réalité est que seul un hab sur deux paient des impôts à Champigny, pour un montant moyen de 1200€.
      Cela ne concernait que la taxe d’habitation !
      Si on ajoute le foncier….

  • Il serait intéressant de fournir avec le pourcentage de logements sociaux dans les villes, la part revenant :
    – aux résidences gérées par un office public
    – aux résidences gérées par des sociétés privées.

  • Toute façon les 1,80 de logement sociaux à Ormesson ne pourront pas augmenter car il y a tres peu de terrain dispo que pour des pavillons – Villas et il ne vont comme même pas construire sur des site classé comme le golf , le parc du morbras , le châteaux et ses fermes , le bois ect .. Si ils ne sont pas capables de comprendre sa c’est grave !!

  • Le cadeau pour 2015, sera une augmentation des impôts locaux et 800 logements sociaux . Avec Mme Segui quand on aime, on ne compte pas, c’est le nouveau souffle qui va s’abattre sur Ormesson.

  • Tout d’abord, je rappellerai le sketche de Fernand Raynaud, dans lequel l’ami Fernand demande une augmentation à son patron. Il argumente entre autres que son loyer correspond à la moitié de son salaire. Après moult digressions du patron, Fernand obtient pour réponse qu’on « va lui trouver un loyer moins cher ». C’est la chute de l’histoire et tout le monde rigole.
    Mais à y réfléchir, que fait-on en offrant des logements sociaux si ce n’est acheter la paix sociale, tout en maintenant injustement et abusivement les revenus du travail en dessous de tous les autres revenus.

    Un constat : les pays nordiques, où la disparité des revenus est beaucoup plus faible, le logement social existe très différemment avec un turn-over bien supérieur, personne n’ayant l’ambition d’habiter toute sa vie une barre HLM.
    Autre constat : nous manquons cruellement de logements d’urgence, et nous avons en même temps des logements sociaux vides, sous habités et/ou mal habités.
    Des familles sont logées des décennies dans des logements sociaux, qui dans certaines communes sont devenus le lot de la majorité de la population (voir la statistique dans le 94). D’où l’apparition de ce qu’on appelle les « quartiers », avec tout ce que ça comporte.

    Les travailleurs sociaux que l’on devrait écouter plus souvent que les statistiques, rapportent de nombreux dysfonctionnements comme : un T5 obtenu dans les années 70 pour une famille et désormais à l’usage de deux retraités ravis de leur confort. Leurs enfants ayant à leur tour un logement social trop petit sans pouvoir faire l’échange pour des raisons administratives ou de lieu de travail. Je citerai l’exemple d’un veuf de ma famille qui dispose d’un HLM T3 de proche banlieue dont il paye le loyer minable pour y conserver ses meubles, alors qu’il est accueilli dans une maison de retraite payée par les aides sociales. Des logement HLM Parisiens abritent des familles aux revenus désormais largement supérieurs aux critères d’accès pour quasiment les deux-tiers etc.
    Ce n’est pas la majorité, mais ça fait des milliers de logements en situation d’abus rien que pour l’Île de France.

    Tout ceci alors que d’autres familles ne peuvent pas se lancer dans la vie. N’oublions pas que l’absence de logement décent est aussi un facteur important de chômage.
    J’avais proposé une idée (sur LCP campagne présidentielle de Corinne Lepage en 2002) :
    Ma base de réflexion était la suivante : on ne peut sans traumatisme mettre à la porte des gens qui ne sont plus dans le cadre de l’urgence parce que leurs situations ont évolué et/ou que leurs revenus par leur travail font qu’ils sont désormais hors cadre du logement social. Les majorations de loyers sont insuffisantes pour financer les logements manquants. Ces majorations relatives aux revenus sont par dessus le marché souvent perçues comme injustes, car il faut accepter que par son travail, on finance le loyer du voisin dont on peut penser à tort ou à raison qu’il se laisse un peu aller à la facilité. Le demandeur d’emploi est toujours une victime, et bien que ça arrive, il n’est que rarement sa propre victime : j’évoque donc d’un ressenti qui n’est pas toujours réalité, mais dont il faut néanmoins tenir compte si on tient à la paix sociale.
    Donc une piste : donner le choix à toutes ces personnes qui n’y ont plus leur place, soit de laisser leur logement social à ceux qui sont dans le cadre des aides et se loger normalement, soit de devenir propriétaire de leur logement à un juste prix. Le succès de la vente est quasiment assuré puisque avec les taux d’intérêt actuels pour l’immobilier, le remboursement du crédit est très comparable au montant d’un loyer majoré actuel.
    Par contre, le bailleur social rentre immédiatement dans ses comptes une somme d’argent non négligeable.
    En parallèle, il faut légiférer pour que le produit de la ou des ventes serve exclusivement à la création de logements sociaux ou mieux encore, de logements d’urgence.
    Le crédit en cours supporté par le bailleur social est facilement reconductible sur le nouveau logement.
    Avantages :
    – On crée la mixité sociale dans les immeubles sociaux car à terme on y trouve mêlés des locataires et des propriétaires qui connaissent bien les lieux et se connaissent entre-eux.
    On peut doubler cet avantage si le bailleur social achète des logements à rénover dans des immeubles existants (il y a des milliers de logements quasi à l’abandon qui provoquent des difficultés d’entretien d’immeubles souvent de belle facture, et il n’y a quasiment rien à changer au cadre juridique actuel.
    – L’entretien des immeubles sociaux est désormais assuré par les syndicats de copropriétaires dans lesquels dans un premier temps le bailleur social est majoritaire mais doit cependant respecter les lois en la matière. Le patrimoine bâtis ne peut que s’en trouver mieux.
    J’en veux pour exemple que la presque totalité des maisons Chalandon des années 1970 en location-vente sont encore debout alors que la presque totalité de ces maisons strictement identiques louées par les bailleurs sociaux ont dû être rasées pour raison de vétusté.
    – On attribue des logements neufs ou rénovés aux familles qui en ont un besoin immédiat. Elles savent que ce n’est pas définitif, et adoptent une perspective de vie différente avec l’opportunité d’accéder à la propriété, ce dont elles désespèrent aujourd’hui.
    Quand j’ai émis cette idée, je ne savais pas que ça se mettait en œuvre ponctuellement en Belgique et aux Pays-Bas, et qu’au moins une société privée de HLM Vendéenne proposerait (il me faut encore vérifier l’info) de telles ventes sans pouvoir les imposer, mais avec un succès considérable vu les prix proposés.
    Comme toujours en France on veut adopter la même solution sur tout le territoire et pour tout le monde selon le principe d’Égalité auquel je préfèrerait un principe d’équité bien plus juste et pragmatique. Moyennant quoi, il arrive que tout le monde soit également planté dans une même impasse. Une solution viable dans le Pas-de-Calais peut s’avérer catastrophique en Gironde, par exemple.
    Donc, je proposais de limiter une expérience de ce type à des secteurs géographiques choisis, voir rapidement ce que ça donne et étendre ensuite selon les territoires ?

    En tout cas il va bien falloir changer de trajectoire. À l’origine, le logement social (les HBM loi du 30-11-1894, ça fait 120 ans déjà) avait pour vocation de permettre un logement décent à des gens qui les occupaient généralement pour une période transitoire, acceptant ce logement comme une aide passagère, ne souscrivant pas à un assistanat à durée indéterminée.
    Personne n’est en mesure d’affirmer que le modèle du logement social à la Française, tel qu’il a évolué, soit juste et équitable, ni même qu’il favorise la paix sociale pour laquelle il a été conçu.

    Christian Ouvray

  • Il est evident que sur les communes du val de marne ayant un fort pourcentage de logements sociaux la gauche impose sa griffe.
    Comme le clame Pierrette , à juste titre , ne plus travailler et subsister à coup d’aides devient une technique rodée et que dire des  » familles  » avec moults enfants , qui grâce à un systéme familial dépassé et plus adapté à notre pays vivent avec un confort moderne certain et profitent de leur  » prolifération  » pour payer un loyer ridicule alors que celui qui vit normalement paye plein pot .
    Désolé mais,en matiére de logement,comme en matiére d’impots,ou est la devise égalitaire ?
    Le célibataire doit il,au nom de la solidarité,casquer pour le lapin ,qui,bien souvent,au nom de concepts religieux rétrogades , profite d’une manne et d’un systéme archaique?
    Nous ferions mieux d’aider nos anciens qui,faute de moyens,se retrouvent piégés dans des ensembles urbains ou régnent en maître les dealers sous le regard  » complice »de nos instances municipales qui achétent une paix sociale.
    Et que dire d’investisseurs qui acquiérent un bien au prix de sacrifices financiers et sont confrontés à une mixité propriétaires , locataires, dont les intêrets ne vont pas dans le même sens ………….
    Est il acceptable de vivre au contact de familles bruyantes,sales,dénuées de savoir vivre ensemble,qui pourissent notre quotidien et dégradent nos immeubles et notre environnement …………..
    Mélanger torchons et serviettes n’est , à coup sur , pas acte de garantie de réussite.

  • Il serait intéressant de connaitre le mode de financement de ces logements sociaux (PLAI, PLS, PLUS) et leur proportion par ville.

    Parce qu’on a tendance à se focaliser sur ces grandes barres HLM, mais les logements sociaux ce n’est plus tout à fait ça.
    Il y a rehabilitation de ces anciennes cités affreuses, et l’apparition de nouveaux logements plus modernes et esthétiques changent la donne.
    Tout est je pense une question d’équilibre. Les PLS ne détériorent pas le paysage urbain et servent la mixité sociale.

  • C’est très bien d’avoir fait cette liste, ça nous donne aussi la liste des communes dans lesquelles il ne faut pas investir dans l’immobilier, par la même occasion.

  • Logement sociaux oui mais respecter l’environnement faire du logement social à tout va massacre la vie des habitants, et la qualité de l’environnement des quartiers.
    Bonne journée

  • Créer des logements sociaux est une façon d infantiliser des gens, il faut plutôt remonter le niveau en leur trouvant des Jobs et même bien qualifié. Cela responsabilise les gens et leur donne confiance. C est comme le dicton qui dit qu il faut apprendre aux gens à pêcher et pas tt leur donner. Créer plus de logements sociaux et vous aurez davantage de problème et cela créera la guerre entre la population. Gouvernement qui crée des assistés et donc aussi responsable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *