| Accueil Val de Marne (94) Orly | 30/12/2015
Réagir Par

Des centaines de citoyens ont rendu un dernier hommage à Gaston Viens

Des centaines de citoyens ont rendu un dernier hommage à Gaston Viens
Publicité

Plus de 600 personnes se sont rendues ce mardi 29 décembre au cimetière d’Orly pour assister aux obsèques de Gaston Viens, décédé lundi 21 décembre à l’âge de 91 ans. Résistant, maire de la ville de 1965 à 2009 et premier président du Conseil général du Val-de-Marne à sa création, en 1967, l’homme a marqué son époque. 

Compagnons de résistance, élus, citoyens, préfet… la foule était nombreuse pour accompagner Gaston dans cette ultime demeure. »Orly, c’est lui. Il a presque tout fait ici. Si on n’aime pas Gaston Viens, on ne peut pas aimer Orly. Même ce cimetière, c’est lui qui l’a construit ! » se souvient Gwendoline, qui vit depuis 22 ans à Orly.

obsèques-gaston-viens

C’est sur les paroles de Jean Ferrat que le cortège s’est d’abord rassemblé, avant une série d’hommages. « C’est lui qui m’a appris le métier. Je lui dois tout en politique« , témoigne, très émue, Christine Janodet, l’actuelle maire de la ville.  Yann Viens, sa femme,  a rappelé ce pour quoi son mari avait fait le choix de la politique : « pour rendre plus douce la vie des Orlysiens » .

Gaston Viens a ensuite été inhumé dans l’intimité familiale, après une Marseillaise ait résonné. Des registres de condoléances sont installés à l’entrée du cimetière et permettent à tous d’y laisser un mot de souvenir ou de soutien pour les proches de Gaston Viens.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi