Education | Val de Marne | 08/10/2015
Réagir Par

Elections de parents d’élèves : les remplacements des enseignants au coeur des enjeux

Elections de parents d’élèves : les remplacements des enseignants au coeur des enjeux

Nombre d’élèves par classe, remplacement effectif des professeurs dans le second degré, élèves sans affectation, rythmes scolaires, réforme du collège, respect des valeurs de la République… Voilà quelques sujets majeurs de préoccupation dans les écoles, à la veille des élections de parents d’élèves de ces 9 et 10 octobre. Entretien avec les représentants Val-de-Marne des deux fédérations nationales, la Fcpe et la Peep.

Ces vendredi 9 et samedi 10 octobre, se tiennent les élections de parents d’élèves dans toutes les écoles, collèges et lycées. Au quotidien pendant toute l’année, ces représentants relaient les problèmes constatés sur le terrain et font des propositions à l’occasion de toutes les instances officielles de concertation où ils siègent, du local au national.

Ouvertures de classe au compte-goutte après la rentrée

Myriam Menez2En cette rentrée 2015, deux sujets préoccupent particulièrement les deux fédérations : le nombre d’élèves par classe et les affectations effectives des professeurs au collège et lycée. « Il est dommage de ne pas obtenir les ouvertures de classe avant la rentrée car cela bouscule l’organisation et c’est pénalisant pour les enfants, surtout ceux de maternelle, plus fragiles », regrette Myriam Menez, présidente de la Peep Val-de-Marne. « Les effectifs restent importants dans les classes, de la maternelle au lycée, et les parents finissent par s’y habituer, constate également Giles Poletti, secrétaire général de la Fcpe Val-de-Marne. Cette année, il y a encore moins de places pour les élèves de moins de trois ans. Et la sélection des établissements en Rep (Réseau d’éducation prioritaire) ne s’est pas faite à l’avantage des écoles. On n’est parti d’un chiffre prescrit au niveau national et non des besoins réels pour établir la liste. En outre, on ne comprend pas bien ce que cela change parfois. Certains établissements en Rep ont moins de moyens que d’autres qui ne le sont pas. »

Il manque encore des professeurs

Gilles PolettiAutre point de préoccupation : les affectations réelles de tous les enseignants. « Au second degré, il y a encore des  enseignants qui manquent, en particulier en Français, Anglais et mathématiques, alors que nous sommes à la veille des vacances de la Toussaint, relève Myriam Menez. Au collège Pissaro de Saint-Maur-des-Fossés par exemple, il manque un professeur de Français depuis la rentrée, à Louis Blanc, c’est un professeur d’Anglais et à Jean Moulin de la Queue-en-Brie c’est un professeur d’arts plastiques. Le rectorat fait ce qu’il peut et l’on comprend bien qu’on ne peut pas mettre n’importe qui devant les enfants mais cela résulte d’un manque d’anticipation dans le recrutement les années précédentes. » Des enseignants non affectés mais aussi des élèves. « Il y a encore beaucoup d’élèves sans affectation. Les chiffres de SOS  rentrée restent en deçà de la réalité car tous ne se signalent pas. Il y a eu un vrai manque d’anticipation par rapport au baby-boom des années 2000« , s’accorde Gilles Poletti.

Le combat toute l’année pour que les profs absents soient remplacés

Après le temps de la rentrée, ce-sont les remplacements effectifs des enseignants qui constitueront une préoccupation croissante des parents. « Dans le premier degré, lorsque l’enseignant n’est pas remplacé, on ne sait pas trop quoi faire des enfants, souvent dispatchés au fond de la classe d’autres enseignants. Au second degré, les absences non remplacées sont moins gênantes pour la garde mais posent problème pour les examens, surtout lorsque cela dure plusieurs mois! Pour nous, c’est un sujet de mobilisation prioritaire« , pointe Gilles Poletti. « Nous menons une vraie bataille sur le remplacement des enseignants, explique aussi Myriam Menez. Nous faisons remonter tous les cas au rectorat. Chaque vendredi, je fais un point auprès du rectorat sur les problèmes qui m’ont été remontés, pour obtenir au moins une explication. »

Rythmes scolaires : inquiétude sur les tarifs des activités périscolaires

Concernant les grandes réformes nationales, la mise en place des rythmes scolaires reste un gros sujet. « Beaucoup de parents restent mécontents et ne voient pas l’intérêt  de cette réforme un an après. Ils s’inquiètent aussi des hausses de tarifs ou du passage au payant des activités péri-scolaires. Dans certains cas, la mise en place des activités périscolaires a entraîné une hausse du prix de l’étude traditionnelle, par alignement« , souligne Myriam Menez. « Les activités proposées restent inégales entre les villes, avec par endroit de la simple garderie, dans d’autres des activités payantes, constate Gilles Poletti. Nous continuons à dire que les choses n’ont pas été faîtes comme il faut. Les 2 heures d’école supprimées en 2008 n’ont pas été restituées. »

La réforme du collège : besoin de sortir du flou

Nouvel enjeu cette année : la réforme des collèges. « Nous n’avons pas encore pris position officiellement sur cette réforme mais pensons qu’elle contient à la fois des choses intéressantes et préoccupantes. L’interdisciplinarité et la part d’autonomie peuvent être constructives mais il y a risque que certains établissements fassent des choses formidables et d’autres les pires. Ce que nous craignions est que s’instaure une logique de compétition et la remise en question du collège unique. D’accord pour un peu d’autonomie mais priorité à une Education nationale », plaide Gilles Poletti.  « Cette réforme du collège génère une grande angoisse chez les parents car on entend tout et n’importe quoi dessus. Pour l’implication des parents dans le collège, il y a un enjeu pour travailler sur le fond avec les équipes des collèges, concernant notamment les EPI (Enseignements pratiques interdisciplinaires)« , note Myriam Menez.

D’autres questions mobilisent les fédérations au quotidien, comme « la sécurité dans les établissements, plus de transparence dans les PEDT (projet éducatif territorial) », cite Myriam Menez, « le respect de la laïcité , du vivre ensemble, de l’égalité entre filles et garçons », note Gilles Poletti.

Parent élu : un statut peu reconnu

Bien qu’ils s’investissent au jour le jour dans les écoles, ne comptant pas leur temps dans les réunions avec les enseignants, les parents, les élus, depuis les conseils d’école, de classe,  de discipline, conseils d’administration des établissements, commission cantine, hygiène, commission d’appel pour passer dans une classe supérieure, réunions au rectorat et au ministère pour les fédérations nationales,  faisant remonter des plus petits problèmes de verrou cassé dans un toilette, stressant pour les enfants, aux crises graves, et impliqués dans l’organisation de la kermesse comme dans la réflexion sur la politique d’éducation, les parents élus ne se sentent pas toujours reconnus dans leur mission, souvent considérés comme des enquiquineurs par les villes dès lors que les problèmes dépassent le choix de la couleur de la guirlande pour la fête de fin d’année. « Il n’y a par exemple pas de statut de l’élu pour les parents d’élèves, mêmes ceux qui siègent dans les instances académiques et les réunions de concertation nationale« , regrette Myriam Menez, qui s’inquiète aussi de la tendance des parents à créer des listes indépendantes qui n’ont qu’un rayon d’action limité à l’échelle de leur école, sans représentativité au niveau national. Pour les têtes de listes isolées, c’est au contraire l’indépendance vis-à-vis de fédérations considérées comme politisées, qui motive. « Il y a peu d’information sur ces élections. Et même les résultats à l’échelle départementale, nous avons parfois du mal à les obtenir« , atteste de son côté Gilles Poletti.

L’ élection de parents d’élèves est en tout cas l’une des rares ouvertes à tous les parents, quelque soit leur nationalité. Elles se tiennent ces vendredi 9 ou le samedi 10 octobre, en fonction des établissements scolaires, à l’exception dans le département de 9 écoles d’Alfortville qui ont vu la date reportée suite à des problèmes lors de la mise sous plis.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Un commentaire pour Elections de parents d’élèves : les remplacements des enseignants au coeur des enjeux
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi