Gouvernance | | 22/12/2015
Réagir Par

Gilles Carrez – Patrick Ollier : duel LR Est-Ouest pour présider la métropole du Grand Paris

Gilles Carrez – Patrick Ollier : duel LR Est-Ouest pour présider la métropole du Grand Paris

Les choses se précisent concernant la présidence de la métropole du Grand Paris. Cette nouvelle instance qui sera officiellement créée au 1er janvier 2016, sera en charge de l’aménagement du territoire, de la construction de logements, du développement économique, culturel et de l’environnement,

au niveau de Paris, des trois départements de la petite couronne (92, 93 et 94) et de quelques communes limitrophes du 78, 91 et 95, soit Au total, 131 communes et 7 millions d’habitants sur 11,9 millions d’habitants franciliens (60% de la population de la région Ile-de-France). Composé de 209 membres, essentiellement des maires, le Conseil métropolitain élira son président lors de son installation le 22 janvier prochain.

Concernant la couleur politique de ce président, le suspense est ténu. La droite est clairement majoritaire et la gauche a déjà fait savoir qu’elle ne jouerait pas les arbitres. C’est donc au sein des élus LR, UDI, Modem et divers droite, que se jouera l’élection. A l’intérieur de cette majorité, les trois-quart des élus sont LR, et il fait donc peu de doute que c’est donc un LR qui aura la présidence.

Jusqu’à récemment, les noms de quatre candidats LR circulaient. Celui de Nathalie Koscisusko-Morizet, députée de l’Essonne, présidente du groupe LR au Conseil de Paris et au gouvernement durant toute la mandature de Nicolas Sarkozy. Celui de Patrick Ollier, vice-président de Paris Métropole (qui a manqué de peu sa présidence fin 2014), ancien ministre des relations avec le parlement de fin 2010 à mai 2012, et député-maire de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Celui de Jacques J-P Martin, premier président de Paris Métropole et maire LR de Nogent-sur-Marne, et celui de Gilles Carrez, député-maire du Perreux-sur-Marne, président de la Commission des finances à l’Assemblée nationale.

Début décembre, les quatre candidats ont déjeuné avec Nicolas Sarkozy, président du parti. Avant même le clash entre l’ancien président de la République et NKM, la candidature de cette dernière suscite la réserve. Parmi les obstacles qui lui sont opposées : le fait que l’élue soit présidente du groupe d’opposition LR au sein du Conseil de Paris, et ce pour deux motifs. D’une part car la métropole du Grand Paris, rassemblant des maires de tout bord, a davantage vocation à fonctionner comme une intercommunalité s’appuyant sur des constats partagés et non pas comme une communauté de plein exercice avec une opposition et une majorité. L’approche politique issue des relations entre NKM et Anne Hidalgo au Conseil de Paris risquait donc de brouiller un peu les approches. D’autre part Anne Hidalgo, maire PS de Paris,  a encouragé une présidence de la métropole exercée par un maire de banlieue, bien que disposant de 62 élus sur les 209 membres. Finalement, NKM est sortie d’elle même de la course à l’issue de l’élection régionale d’Ile-de-France après la victoire de Valérie Pécresse à  la région, laquelle a qualifié la métropole de “contresens historique et une aberration administrative et économique” lors de son discours au Conseil régional d’installation le 18 décembre.

De son côté, Jacques JP Martin, pressenti pour être le président du futur T10, second territoire le plus important de la métropole, a également indiqué que cette tâche se suffirait à elle-même et qu’il se satisferait d’une vice-présidence technique.

Restent donc deux candidats députés-maires, Patrick Ollier et Gilles Carrez. D’un côté l’Ouest parisien, de l’autre l’Est. D’un côté le vice-président de Paris Métropole, qui défend la gouvernance partagée n’opposant pas un camp à l’autre, et la défense d’une “métropole duale” à la fois “stratège” pour s’inscrire “dans la compétition française, européenne et internationale” et “de proximité” et de coordination avec les communes et les territoires. De l’autre côté, le candidat de la bonne gestion financière.  “Nous allons nous retrouver dans une situation paradoxale dans laquelle la métropole sera dépouillée de tout pouvoir en 2016 mais bénéficiera de e transferts fiscaux et financiers considérables. Il va falloir veiller à ce que ce transferts ne se fassent pas au détriment des territoires et villes et c’est un travail très technique“, explique le président de la Commission des finances. Pour l’instant, le consensus n’a pas encore été trouvé pour dégager un finaliste, mais il reste jusqu’à début janvier pour s’accorder, faute de quoi, un vote devrait être organisé au sein du mouvement. L’objectif, de toutes façons, est de ne présenter qu’un seul candidat LR lors de l’installation du Conseil métropolitain le 22 janvier.

Dans ce contexte où une seule tête LR ne devrait être mise aux voix le 22 janvier, et où la gauche n’entend pas jouer les arbitres, la candidature déclarée de Philippe Laurent, ancien président de Paris Métropole et maire UDI de Sceaux, et les rumeurs concernant celle d’André Santini, ancien ministre, ancien président du Conseil de surveillance de la Société du Grand Paris et député-maire UDI d’Issy-les-Moulineaux, semblent avoir peu de chances d’aboutir.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
7 commentaires pour Gilles Carrez – Patrick Ollier : duel LR Est-Ouest pour présider la métropole du Grand Paris
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi