Transports | Accueil Val de Marne (94) Grand Paris | 09/06/2015
Réagir Par

Grand Paris Express : innover pour tenir les délais

Grand Paris Express : innover pour tenir les délais

Philippe Yvin President directoire  SGPLe défi est énorme. « Il s’agit de doubler le métro historique », a rappelé Philippe Yvin, président du directoire de la Société du Grand Paris (SGP) en charge de la réalisation du nouveau métro Grand Paris Express, lors de sa venue sur le site de la future gare de Cachan le 29 mai dernier.

« Nous avons réalisé 15 km de prolongement en 15 ans et allons devoir en créer 200 dans les 15 ans qui viennent. Rien que le premier tronçon fait 33 km. Cela n’a jamais été fait en France », pointe le patron de la SGP. Alors que Paris s’apprête à candidater pour accueillir les JO de 2024, il va pourtant falloir tenir les délais. « Les trois aéroports, Orly, Roissy et Le Bourget, ainsi que le Plateau de Saclay devront être reliés en 2024« , insiste Philippe Yvin.

Un défi qui laisse sceptique un certain nombre d’observateurs au vu des habituels retards des grands chantiers et de l’annonce il y a quelques semaines d’un premier retard sur la ligne 15 Sud, dont la mise en service est passé de 2020 à 2022.

A Cachan, les des trois puits d'exploration pour études de la ligne 15 Sud, avec celui de Saint-Maur-des-Fossés et de Boulogne-Billancourt.

A Cachan, les des trois puits d’exploration pour études de la ligne 15 Sud, avec celui de Saint-Maur-des-Fossés et de Boulogne-Billancourt.

Le défi est-il tenable? Deux paramètres importants conditionneront l’atteinte de l’objectif : la qualité de réalisation du chantier et les feux verts réglementaires et juridiques.

Côté technique, Philippe Yvin rappelle les incompressibles tout en misant sur l’innovation. « Chacune des gares constitue en soi un chantier considérable, évalué à 9 ans dans les métropoles comparables du point de vue des procédures environnementales et autorisations juridiques. Et une fois les tunneliers en place, ils ne pourront de toutes façons pas parcourir plus de 250 mères par mois. Cela ne veut pas dire que nous n’allons pas essayer de gagner du temps. Nous discutons actuellement avec les entreprises de BTP et celles qui auront à poser les rails pour voir comment ce chantier peut constituer un moment d’innovation essentielle pour les entreprises de génie civil, insiste le président de la SGP.  Notre capacité à innover sur ce chantier colossal constituera une carte de visite extraordinaire à l’exportation alors que de nombreux projets de métros automatiques sont actuellement en cours dans le monde entier. »

Notre capacité à innover sur ce chantier colossal constituera une carte de visite extraordinaire à l'exportation

Philippe Yvin, président du directoire de la SGP : « Notre capacité à innover sur ce chantier colossal constituera une carte de visite extraordinaire à l’exportation »

Thierry Huyghues-Beaufond, responsable des infrastructures et des méthodes constructives à la Société du Grand Paris, précise ces pistes de travail. « Il s’agit d’innover dans le mode opératoire lors du creusement et de la réalisation derrière le tunnelier de la future plateforme de voie. Au lieu de creuser le tunnel puis de réaliser les assises de voie, nous allons essayer de mener ces deux opérations de manière quasi-simultanée. » Au-delà de l’optimisation des interventions de tous les corps d’état dans le temps, Thierry Huyghues-Beaufond évoque également un autre axe d’innovation concernant la performance des bétons.

Au lieu de creuser le tunnel puis de réaliser les assises de voie, nous allons essayer de mener ces deux opérations de manière quasi-simultanée

Thierry Huyghues-Beaufond, responsable des infrastructures et méthodes constructives de la SGP : « Au lieu de creuser le tunnel puis de réaliser les assises de voie, nous allons essayer de mener ces deux opérations de manière quasi-simultanée »

Déjà 2-3 recours contentieux

Autres paramètres influant sur les délais : la délivrance dans les temps des autorisations réglementaires et l’absence de recours juridiques bloquant l’avancée des travaux. Sur le plan juridique, Philippe Yvin insiste sur la nécessité de concerter au maximum en amont. Et de citer les dizaines et dizaines de réunions qui se sont tenues sur le terrain pour parler du projet de métro avec les habitants ainsi que « l’approfondissement en amont de  l’impact environnemental des projets« . « Nous avons également mis en place un système de constat initial pour pouvoir évaluer l’impact du chantier, insiste le président de la SGP. « A Cachan, nous avons créé une maison du projet juste à côté de la gare qui met à disposition des habitants toute l’information concernant le projet au fur-et-à-mesure », complète Jean-Yves Le Bouillonnec, député-maire PS de Cachan et président du Comité stratégique de la SGP. « Mais il y aura toujours des recours, reconnaît Philippe Yvin. Actuellement, il y a quelques recours gracieux et deux-trois recours contentieux sur la ligne 15. »

Chantier Cachan Grand Paris Express 2

Même stratégie d’anticipation pour l’acquisition des parcelles. « Nous travaillons au maximum en amont pour que les procédures s’effectuent à l’amiable et que les DUP (Déclaration d’utilité publique) ne soient que résiduelles. » Alors que, au-delà des ouvrages en surface, le métro va sillonner sous la banlieue des milliers de propriétés, une évolution législative va aussi faciliter les choses. Il s’agit d’un amendement concernant la législation sur les tréfonds, qui permettra de faire passer le métro sous la terre grâce à la simple création d’une servitude, sans avoir à racheter des morceaux de parcelles, « car la loi veut que l’on soit propriétaire de son sous-sol jusqu’au centre de la terre« , rappelle Philippe Yvin. Cette modification juridique sera votée prochainement dans le cadre de la loi sur la transition énergétique et le décret a déjà été préparé en amont pour rendre la loi opérationnelle immédiatement. Ainsi, il suffira de notifier les propriétaires du passage du métro en-dessous de chez eux et de les indemniser en conséquence. Les sommes peuvent aller jusqu’à quelques centaines d’euros pour une parcelle.

 

 

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
11 commentaires pour Grand Paris Express : innover pour tenir les délais
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi