Commerce | Vitry-sur-Seine | 25/11/2015
Réagir Par

Pour le gérant de Plein Ciel à Vitry-sur-Seine : la librairie n’est plus un commerce rentable

Pour le gérant de Plein Ciel à Vitry-sur-Seine : la librairie n’est plus un commerce rentable
Publicité

Alors qu'une pétition a été lancée pour que la librairie Plein Ciel de Vitry-sur-Seine, dont le gérant s'apprête à partir en retraite, reste un commerce de livres, ce dernier, Jean-Pierre Pouzol, revient sur la difficile équation économique de ce secteur.

Retraité officiellement depuis avril, Jean-Pierre Pouzol,  63 ans, continue de travailler pour tenir la boutique en l’attente d’un repreneur, mais jusqu’à quand ? Le gérant n’exclut pas de mettre la clef sous la porte et de liquider l’affaire pour rejoindre sa famille partie s’installer dans le Nord et dont il est séparé toute la semaine depuis plusieurs mois.

Depuis la mise en vente, quelques rares libraires se sont montrés intéressés, mais rien n’est signé. « Le dernier libraire qui s’est présenté il y a trois semaines a fait demi-tour« ,  constate le gérant, petit fils du fondateur de cette institution culturelle de la ville, qui existe depuis 1932.

A lire aussi : Une pétition pour sauver la librairie Plein Ciel à Vitry-sur-Seine.

 

 

« Je travaille 50 heures par semaine et perds de l’argent à venir bosser »

« Ce n’est plus un commerce rentable« , convient tristement le gérant. « La librairie ne gagne plus d’argent depuis cinq ans.  Nous sommes passés de 10 employés dans les meilleures années à 6 aujourd’hui », détaille -t-il.  Bon an mal an, l’établissement réalise tout de même un demi-million d’euros de recettes, presque à l’équilibre, mais difficilement.  «  En l’état actuel, il faudrait diminuer le prix du loyer par deux et réduire de moitié les effectifs pour pouvoir survivre. » Comme l’ancienne librairie Lenfant mise en liquidation judiciaire en 2014, Plein Ciel n’échappe pas à la baisse de ventes des journaux, de la papeterie et de la carterie, les trois autres secteurs d’activité de cette librairie généraliste. « Quand Lenfant a fait faillite, je n’ai même pas vu ma clientèle augmenter« , s’étonne encore Jean-Pierre Pouzol. Aujourd’hui, le gérant veut raccrocher. « Je travaille 50 heures par semaine et perds de l’argent à venir bosser alors qu’avant nous gagnions notre vie. Si je léguais la boutique à mes enfants, ce serait un poison pour eux, je n’y pense même pas.« 

Pharmacie et boucherie halal sur les rangs

Si les libraires ne se bousculent pas au portillon pour reprendre l’affaire, d’autres types de commerces ont fait part de leur intérêt, à l’instar de la pharmacie voisine qui pourrait alors s’agrandir pour proposer un centre de santé. Une boucherie halal est également sur les rangs. Faute de libraire, c’est à eux que l’actuel patron de Plein ciel vendra la boutique, étant autorisé à le faire.

Si la municipalité a fait savoir qu’elle était prête à participer pour éviter la disparition de cette unique librairie généraliste (voir article précédent), elle ne dispose pas de beaucoup d’outils pour le faire. La préemption du bail commercial entraînerait des frais trop importants, qui impliquerait la reprise complète des stocks et de la gestion de la boutique en attendant de trouver preneur, et il n’est pas possible pour une commune d’accorder une subvention à une entreprise privée repreneuse car cela constituerait de la distorsion de concurrence. Tout en se déclarant attentive, la commune a donc des moyens assez limités pour intervenir. Jean-Pierre Pouzol, lui, n’en attend pas grand chose, et se montre perplexe vis-à-vis de la pétition. « Qu’est-ce qu’ils y connaissent au commerce ? Qu’ils fassent un chèque alors. Les allocations rentrée données aux familles impactent chaque année notre chiffre d’affaires sur la période, sans parler du déplacement du marché derrière l’église« , s’agace le commerçant. Parmi les signataires de la pétition, certains ont aussi suggéré de lancer une opération de crowdfunding pour trouver des financements.

Mais si Plein Ciel disparaît avenue de l’Abbé Derry, il ne restera plus de librairie généraliste à Vitry-sur-Seine, malgré ses 88 000 habitants. Restera heureusement Tome 47, la librairie dédiée à la bande dessinée, créée en 2013 avenue Guy Môquet.

 

A lire aussi : Une pétition pour sauver la librairie Plein Ciel à Vitry-sur-Seine.

 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans , avec comme tags Boucherie, culture, Halal, Librairie, pétition, pharmacie, Préemption, Vitry-sur-Seine
17 commentaires pour Pour le gérant de Plein Ciel à Vitry-sur-Seine : la librairie n’est plus un commerce rentable
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi