Logements | Accueil Val de Marne (94) Ivry-sur-Seine | 01/12/2015
Réagir Par

Le logement social à Ivry-sur-Seine divise les élus du Val-de-Marne

Le logement social à Ivry-sur-Seine divise les élus du Val-de-Marne

Alors qu’Ivry-sur-Seine frôle les 40% de logements sociaux, le versement d’une subvention départementale pour financer de nouveaux projets HLM dans la ville a divisé les élus du Conseil départemental lors de la Commission permanente de ce lundi 30 novembre, suscitant une réaction courroucée des élus PCF.

La délibération proposait une subvention de 3,3 millions d’euros pour contribuer au financement d’un ensemble d’opérations de construction et réhabilitations de logements sociaux dans plusieurs villes du Val-de-Marne. Voir détail ci-dessous.

 

Dans cet ensemble de projets, deux opérations ont fait tiquer les élus LR, celles concernant du logement PLAI (très social) à Ivry-sur-Seine. Ils se sont donc abstenus sur la délibération, étant favorables aux autres opérations. « En Ile-de-France, tout le monde s’accorde à «déplorer» l’insuffisant niveau de construction de logements, en particulier pour permettre l’accès au logement social des centaines de milliers de demandeurs de logement. Expliquant son vote, la droite départementale manifeste son opposition à la réalisation à Ivry-sur-Seine, de deux projets comprenant respectivement 39 et 18 logements locatifs sociaux, au prétexte que cela développera la paupérisation de la population. Dans un contexte de dégradation de l’emploi, d’extension de la précarité et de la baisse du pouvoir d’achat des familles, cette volonté d’interdire la construction de logements locatifs sociaux est malheureusement conforme aux politiques constamment proclamées et menées par la droite départementale contre les réponses publiques d’intérêt général. A l’inverse, si des mesures coercitives devaient s’imposer en matière de construction de logements, c’est en premier lieu en direction de ces 20 villes, toutes dirigées par un maire de droite, qui refusent malgré la loi, de produire une offre suffisante de logements sociaux, contribuant ainsi au départ de nombreux jeunes et familles contraints d’essayer de se loger ailleurs« , ont réagi Lamya Kirouani et Pascal Savoldelli, conseillers départementaux PCF dans un communiqué, à la sortie de la Commission permanente.

« Ivry-sur-Seine compte déjà 40% de logements sociaux. Pour faire de la mixité sociale, il faut donc arrêter de construire plus de logements très sociaux mais y développer du logement intermédiaire, de l’accession sociale à la propriété, ainsi que réhabiliter l’existant. C’est ce que nous préconisons dans les villes qui ont déjà plus de 40% de logements sociaux. Nous étios en revanche d’accord avec les autres projets, mais comme il n’était pas possible de voter par projet, nous nous sommes abstenus« , défend pour sa part Olivier Capitanio, président du groupe LR au sein du Conseil départemental, indiquant être en cohérence avec la position de Manuel Valls ainsi qu’avec celle l’avis technique des services de l’État à propos du PLHI (Plan local d’habitat intercommunal). Alors que le PLHI  prévoit que les constructions neuves d’Ivry-sur-Seine se répartiront pour moitié entre accession à la propriété et pour moitié en logement social, l’avis technique des services de l’Etat a en effet indiqué qu’Ivry devrait plutôt diminuer son taux de PLAI pour éviter de renforcer la paupérisation. « Nous sommes en désaccord avec cet avis technique. Il y a 5 000 demandeurs de logements à Ivry-sur-Seine », indique-t-on au cabinet du maire d’Ivry. Les élus PS ont pour leur part voté avec les élus Front de Gauche.

Détail de la subvention de 3,3 millions euros

Concernant les opérations hors PRU, une première subvention de 778 857 €  porte sur six opérations de logements sociaux à Ivry-sur-Seine, Bonneuil-sur-Marne, Villecresnes, Créteil et Rungis, ainsi que des réhabilitations de logements. Les nouveaux logements se répartissent entre 56  PLS (logement intermédiaire) à Bonneuil et Créteil, 81 PLUS et 21 PLAI (logement très social) à Ivry-sur-Seine. En contrepartie, le Conseil départemental disposera au sein de ces logements neufs d’un contingent de 20 logements dont 8 réservés aux ménages hébergés à l’hôtel et 12 aux agents départementaux. A Rungis, le projet concerne une résidence sociale de 33 logements PLAI pour personnes atteintes de lésions cérébrales. La résidence sera composée de 58 logements au total, répartis en 33 logements pour résidents handicapés (T1) et 25 autres pour les accompagnants. Une seconde subvention de 895 530 € concerne des opérations de requalification portant sur 389 logements à Champigny-sur-Marne, Ivry-sur-Marne, L’Hay-les Roses et Villeneuve-Saint-Georges.

Dans le cadre du périmètre de renouvellement urbain, une aide de 657 183 € concerne la reconstruction de 123 logements sociaux (72 PLUS et 51 PLUS CD) à Alfortville et au Grand Ensemble à Bonneuil-sur-Marne. Une aide de 812 500 € concerne la réhabilitation de 625 logements sociaux situés dans les quartiers du Chaperon Vert à Arcueil, des Bleuets à Créteil et du Grand Ensemble à Vitry-sur-Seine. Enfin, une aide 174 655 € concerne des opérations de résidentialisation de 403 logements sociaux situés dans les quartiers du Grand Ensemble à Alfortville, du Bois l’Abbé à Champigny-sur-Marne et du Grand Ensemble à Vitry-sur-Seine.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
3 commentaires pour Le logement social à Ivry-sur-Seine divise les élus du Val-de-Marne
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi