Entreprises | Rungis | 01/12/2015
Réagir Par

Le MIN de Rungis met 1 milliard sur la table

Un plan d’investissement d’1 milliard d’euros et l’exportation de son modèle à l’international avec la construction de plusieurs marchés de gros à l’étranger, telle est la stratégie 2016-2025 annoncée par la Semmaris, la société qui exploite le MIN (Marché d’intérêt national) de Rungis. 

Ce milliard d’euros sera porté à la fois par la Semmaris et les 1200 entreprises qui peuplent le plus gros marché de gros de France. Objectif : soutenir la croissance à long terme du MIN  et faire rayonner son modèle à l’international. « La prolongation jusqu’en 2050 de la mission de la Semmaris nous a permis de débloquer nos capacités d’investissement et d’offrir aux 1 200 entreprises du site la visibilité nécessaire au développement compétitif de leurs activités. La Semmaris engagera 510 millions d’euros dans ce plan ambitieux », annonce Stéphane Layani, président de la Semmaris. En février dernier, la Semmaris (détenue pour un tiers par l’Etat, un tiers par la foncière Altarea-Cogedim, 13% par la ville de Paris, 5,6% par le Conseil départemental du Val de Marne, 4,6% par la Caisse des dépôts et les 10% restants par des petits porteurs) s’est en effet vue reconduite dans son exploitation du MIN jusqu’en 2050 (voir article).

Tous les secteurs devraient bénéficier de cette nouvelle manne. Au programme : la construction de 264 000 m², la démolition de 132 000 m² et la réhabilitation de 88 000 m². Les premiers chantiers concerneront la construction d’un nouveau bâtiment pour le sous-secteur porc ; la restructuration du secteur horticulture et décoration ; la création d’entrepôts pour des acteurs de la logistique du dernier kilomètre ; la réhabilitation d’entrepôts plus anciens ; l’adaptation du marché physique aux nouveaux besoins logistiques, à la marée et aux fruits et légumes notamment ; la poursuite des engagements en termes de développement durable et d’empreinte écologique.

A l’international, un nouveau concept de mise sous licence vient d’être initié à Dubaï et bientôt à Moscou. Trois phases principales en sont les composantes : faisabilité et conception du projet ; assistance à la réalisation du projet ; assistance à l’exploitation avec licences de marque et de logiciels. (A lire aussi : Le MIN de Rungis vend son savoir-faire à Saint Petersbourg) « Nous avons noué un partenariat de collaboration avec Dubaï qui se traduira par la construction d’un marché de gros de plus de 300 hectares ; une plateforme régionale au service de l’alimentation de toute la zone. Ce premier contrat de licence, d’une durée de 15 ans pour un montant minimum de 21 millions de dollars d’honoraires, sera une fantastique vitrine du savoir-faire de la Semmaris en termes d’ingénierie et de gestion. Un projet comparable est en voie de finalisation sur la région de Moscou », se réjouit Stéphane Layani.

Déployé sur 234 hectares, le MIN de Rungis accueille 1 200 entreprises employant 12 000 salariés et commercialise chaque année quelques  2,4 millions de tonnes de produits pour un chiffre d’affaires total de plus de 8,8 milliards d’euros. La Semmaris, société exploitante du marché, compte pour sa part 210 collaborateurs et a réalisé en 2014 un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros.

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags MIN de Rungis, Stéphane Layani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *