Education | Ormesson-sur-Marne | 10/03/2015
Réagir Par

Les écoliers d’Ormesson apprennent à gérer leur argent avec un banquier

Jeux-banque-école-ormessonVaut-il mieux prendre le sandwich à la carte ou la formule avec boisson, combien d’intérêts faut-il payer sur un prêt de 2 000 euros?  C’est à ce type de questions qu’ont répondu plusieurs classes des écoles Anatole France et André Le Nôtre d’Ormesson-sur-Marne,  coachées par un banquier dans le cadre d’une opération organisée par la Fédération française des banques.

Répartis en équipe de 4 à 6 personnes, les élèves, encadrés par leur enseignante et une banquière, se sont vite prêtés au jeu. On lance les dés, pioche une carte question, calcule… « C’était pas mal ! On a appris des choses qui nous seront pratiques. On n’est que des enfants, c’est bien d’être guidé par un banquier » lance Jessica, en CM2.

Voir aussi la réaction de la FCPE et des syndicats enseignants

Les élèves sont encadrés par un banquier et leur enseignant

Les élèves sont encadrés par  leur enseignant et un banquier

Une sorte de Monopoly  adapté aux réalités du quotidien. Au lieu d’acheter la rue de la Paix, on se plonge dans les dilemmes de la consommation courante, formule ou à la carte, marques ou premier prix… « Nous souhaitons aider les enfants à se familiariser avec les mécanismes bancaires ordinaires, simples, sans entrer dans le détail, motive Elodie, qui travaille dans une grande banque française depuis 2012. C’est important de comprendre que lorsqu’on veut s’offrir quelque chose, on doit parfois patienter, ou encore que lorsqu’on nous prête de l’argent, il doit être rendu, même à ses parents » estime-t-elle. Un moyen également de communiquer sur le rôle des banques et de valoriser leur image dès le plus jeune âge.

Lire aussi article précédent détaillant le principe du jeu et les questions-réponses.

Elodie-banque-ecole-ormesson

« Finalement, j’ai aussi appris beaucoup de choses. Mais peut-être que certains problèmes posés devraient être simplifiés pour les élèves les plus jeunes , commente Valérie  Verroye, qui enseigne depuis presque 15 ans à André Le Nôtre. Deux fois par an, ça serait vraiment bien »

Marie-Carole-Ciuntu-Banque-Ecole-Ormesson

Les classes d’Anatole France et d’André Le Nôtre font partie d’un panel de 40 classes sélectionnées pour participer à cette expérience pilote de la Fédération bancaire française, organisme qui défend les positions des banques du pays. Une expérience également menée dans d’autres pays dans le cadre de la Semaine de l’argent organisée par la Fédération des banques européennes. La maire UMP d’Ormesson-sur-Marne, Marie-Christine Ségui,  s’est pour sa part réjouie que cette expérience « qui existe déjà en Europe arrive en France par Ormesson. »

Originale, la formule semble avoir donné satisfaction à la majorité des participants. Un parent d’élève semblait cependant dubitatif à la fin des cours. « Ne devrait-on pas se concentrer sur l’essentiel? Il faut déjà savoir bien compter avant de penser à s’endetter… »

Lire aussi article précédent détaillant le principe du jeu et les questions-réponses.

6 commentaires pour Les écoliers d’Ormesson apprennent à gérer leur argent avec un banquier
  • Donc je peux demander à une syndicaliste de mon choix de venir expliquer le nécessité de défendre le droit des travailleurs, à un trader de venir expliquer à mes élèves les avantages du libre échange ou à un communicant de la FNSEA le bien fondé des OGM et des fermes usines.
    C’est rassurant de voir que l’école est devenue un moulin dans laquelle des non enseignants, non objectifs et partisans peuvent venir faire « cours »

    Inadmissible que cette intervention et de plus en dehors de toute nécessité vis à vis des programmes officiels !

  • Il n’y a rien de choquant dans ces interventions. Les élèves ont le droit d’apprendre les principes de l’économie. On est en 2015, et on vit dedans tout les jours : nous sommes dans la mondialisation et dans une économie libérale. Même les chinois, pourtant communiste ont compris qu’il ne pouvait pas rester enfermer sur eux-même et qu’il fallait qu’ils deviennent capitaliste. Je vous rappelle qu’il y a des interventions et des sorties scolaires qui peuvent choquer certaines personnes quotidiennement (exemple : un collège de la Roche sur Yon ou une classe de primaire de Binet-Freinet ont fait des sorties scolaire dans des mosquées ; à Versailles, intervention du travesti-poète David Dumortier !). Il y a aussi des instituteurs et des professeurs qui sont encartés et politisés extrême-gauche jusqu’aux yeux avec un discours dans les classes qui dépasse parfois les limites (surtout en histoire-géo). Ne voyez pas le mal quand il n’y est pas, les banquier ne sont pas tous de gros méchants qui mangent les enfants !

  • Visiter une mosquée fait partie prenante du programme d’enseignement, écouter un poème également et je ne crois pas que dans ces deux cas ce soit une organisation nationale des imams ou des LGBT ou des travestis qui se soient chargés de faire le cours. Vous tentez de caricaturer mon propos pour le discréditer…

    Les banquiers ne sont pas tous de vilains méchants, très certainement que ces individus sont au demeurant très sympathiques et tout à fait apte à intervenir face à des élèves (le doute subsiste tout de même…) de primaire, c’est ce qu’il représente qui n’a rien à faire dans une salle de classe. Un système de lobby n’a pas grand chose à voir avec l’enseignement, donc de fait, n’a pas sa place dans un/e école/collège… Déjà que nous devons nous battre pour que nos manuels ne soient pas rédigés par des chantres du libéralisme… Je suis enseignant en HG justement et choisir un manuel objectif devient le parcours du combattant tant les références à une OMC ou un FMI bienveillant, à une UE supra-démocratique sont légions… La neutralité sur ces institutions est très rare et cela pose problème pour la construction personnelle de la culture civique de nos élèves.

    Des profs d’extrême gauche (c’est quoi l’extrême gauche pour vous au juste ?) et bien entendu pas un seul de droite ou d’extrême droite qui ne déraperaient… subjectivité quand tu nous tiens…

    L’intervention de société privée à but marchand au sein d’une école est un véritable danger pour ce qu’il reste de notre socle républicain et de notre école pour tous.
    Qui a organisé cette « journée » ? Surement pas un enseignant car nous sommes logiquement capables d’expliquer comment fonctionne une banque à des élèves sans l’intervention d’un communiquant les représentants…

    Je vois poindre des débats entre la thèse de Darwin et des créationnistes dans nos écoles très prochainement au rythme où vont les choses.

  • Dans les écoles laïques de la République, je trouve que ce n’est pas normal de faire une sortie scolaire dans une mosquée (au même titre qu’une église, un temple ou une synagogue). Un auteur qui se travesti et qui lit sont oeuvre à une classe de CM1 par les propos suivant : «Si Mehdi met du rouge à lèvres, c’est “pour que les bises restent plus longtemps sur toi”, ensuite il a demandé aux garçons s’ils s’étaient déjà déguisés en filles : là aussi, je ne trouve pas ça normal ! voici le lien :
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2014/02/12/01016-20140212ARTFIG00374-travesti-dans-une-ecole-des-parents-tres-choques.php
    Sinon pour revenir au sujet de l’article, apprendre les principes de l’économie de façon pédagogique par des jeux en présence de l’intervenant et de l’enseignante, je ne pense pas que cela soit révoltant, au contraire. En plus tout le monde à l’air satisfait de cette expérience qui existe déjà en Europe.
    Quand je parlais des enseignants d’extrême-gauche : je pensais aux fonctionnaires communistes ou front de gauche qui sont anti-libéral au possible, qui font le silence sur le nombre de morts du communisme (bien plus que le nombre de morts du fascisme de Mussolini ou Hitler), qui ne s’attardent pas trop sur les Goulags, la répression de tout opposant politique, le contrôle de la presse et des médias dans ces pays qui sont finalement des dictatures. On a droit aussi à un apprentissage de la guerre d’Algérie où le FLN subit les tortures de la part des troupes Françaises, mais jamais l’inverse ! Le genre d’enseignants qui font grève tout les 4 matins, qui tracte devant leurs établissements et qui mélangent un peu trop politique et enseignement à mon goût.

  • Une formation sur la finance, cela ne semble pas faire partie du programme scolaire, sur le fond cela peut être instructif, encore faut il que les associations de parents d’élèves en soient informées. Alors cette opération s’apparente à une énième opération de communication de la part de notre édile, qui soigne son électorat de parents d’élèves ( élections départementales obligent ) déçus par la gabegie des rythmes scolaires et le double reniement de campagne, concernant le refus d’appliquer la réforme des rythmes et la non prise en compte du choix des parents majoritairement hostiles à l’école le samedi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *