Politique | Val de Marne | 14/09/2015
Réagir Par

Les villes du Val-de-Marne réclament « leurs millions »

Publicité

"Asphyxie budgétaire", "mort annoncée des services publiques", "patrimoine en danger"... Sur les sites Internet des villes du Val-de-Marne, les slogans alarmants se succèdent et se ressemblent, que les communes soient de gauche ou de droite, du PCF à LR en passant par le Modem, EELV ou le MRC, toutes mobilisées contre la baisse des dotations de l'Etat aux collectivités, à l'exception des seules villes PS. Le mot d'ordre commun ?

L’appel du 19 septembre lancé sous forme de pétition par le député-maire LR de Troyes, François Baroin, en tant que président de l’Association des maires de France (AMF).

« rendez-nous nos millions »

En cause : la baisse de 30% des dotations de l’Etat aux collectivités (DGF, Dotation globale de fonctionnement). « Cette baisse massive est sans précédent et concerne chaque commune ou intercommunalité, chaque habitant, sans exception. Souhaite-t-on que les services de proximité rendus au quotidien à 66 millions de Français disparaissent ou soient drastiquement réduits ? Souhaite-t-on renoncer aux investissements publics ? », questionne la pétition, avant de répondre « Plus d’eau pour votre douche. Plus d’équipements pour faire du sport. Plus d’écoles, de crèches et de cantines pour vos enfants. Plus de transports en commun pour aller travailler. Plus de collecte et de tri d’ordures pour une ville propre et saine. Plus d’entretien des espaces verts pour votre cadre de vie. Plus de lieux ou d’actions culturels pour vous distraire. Plus d’actions sociales en faveur des personnes en difficulté. Plus de vie associative pour favoriser les projets en commun… »

vitry

 

 

Sur leur site Internet respectif, les villes relaient la pétition ou publient la leur, et calculent chacune leur manque à gagner : 420 000 euros à Ablon-sur-Seine, « une perte cumulée qui correspond à une augmentation d’impôts de 11%« , calcule le maire LR, Eric Grillon, dans une lettre publiée dès avril et mise à la une. « 900 000 € de baisse en 2016 pour Arcueil, autant qu’en 2015, et autant encore annoncé pour 2017, faisant passer notre DGF, si ces choix étaient confirmés, de 4,2 millions d’euros en 2011 à 0,8 million d’euros en 2018 ! » évalue pour sa part le maire EELV d’Arcueil, Daniel Breuiller, qui prévoit de fermer symboliquement l’accueil de l’hôtel de ville ce jeudi 17 septembre et a déjà customisé les façades de sa mairie. A Fontenay-sous-Bois, tenue par le maire PCF Jean-François Voguet, l’addition est estimée à 6,5 millions d’euros. « Rendez-nous nos 8 millions! » demande-t-on à la mairie PCF de Bonneuil-sur-Marne,  en faisant la somme sur la période 2014-2017 et en proposant de signer une pétition spécifique à la ville. Idem à Vitry-sur-Seine où l’on réclame 24 millions d’euros sur la même période.

Photo Mairie habillée baisse dotations

Manifestations et fermetures de mairie

Même combat encore à Chennevières-sur-Marne où le maire Modem, Jean-Pierre Barnaud, a prévu d’aller mobiliser les habitants ce samedi 19 septembre, à partir de 10 heures devant la mairie puis dans le centre-ville commerçant. A Nogent-sur-Marne, le maire LR, Jacques JP Martin, appelle à manifester devant la mairie à 10 heures et prévient que ses services seront fermés à l’exception de la célébration des mariages. A Orly, la maire Gauche citoyenne Christine Janodet, estime que son budget 2016 sera  « de nouveau amputé de 1,2 millions d’euros« et organise un débat à l’hôtel de ville samedi à 10 heures. Pas d’exception non plus au Kremlin-Bicêtre, où la municipalité MRC indique s’inscrire pleinement dans la démarche initiée par l’AMF et prévoit de lancer une page Facebook pour mobiliser.

chenne

Seules les villes PS, solidaires du gouvernement, restent stoïques. « Le président de l’AMF dépasse son rôle. Tout le monde fait des efforts. Nous devons discuter avec le gouvernement pour évaluer l’incidence de la baisse des ressources sur l’économie alors que les collectivités représentent 70% de l’investissement public mais nous devrions aborder cette question avec plus de mesure que ne le fait aujourd’hui l’AMF. C’est justement la vocation de la création du fonds d’un milliard d’euros pour les investissements des communes qui a été proposée », pondère Jean-Jacques Bridey, député-maire PS de Fresnes. « C’est une opération politicienne menée par le président LR de l’AMF pour taper sur le gouvernement », dénonce de son côté Jonathan Kienzlen, secrétaire départemental du PS.

En attendant, la pétition lancée par l’AMF et relayée par les sites des villes a dépassé ce lundi 14 septembre le cap des 15 000 signatures et vise désormais les 25 000.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

10 commentaires pour Les villes du Val-de-Marne réclament « leurs millions »
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi