Logements | Accueil Val de Marne (94) Vitry-sur-Seine | 22/06/2015
Réagir Par

Transparence et situation de la Semise à Vitry-sur-Seine : le président s’explique

Transparence et situation de la Semise à Vitry-sur-Seine : le président s’explique
Publicité

Michel Lepretre credit CasaL’heure est désormais aux explications entre le président de la Semise, société d’économie mixte de Vitry-sur-Seine à la fois aménageur, constructeur et gestionnaire de logements sociaux, et le groupe d’opposition Vitry en mieux (EELV et société civile).

Pour rappel, le groupe d’opposition a rendu public un rapport de la Miilos (Mission interministérielle d’inspection du logement social, désormais fusionnée avec d’autres instances pour constituer l’Ancols, Agence nationale de contrôle du logement social) daté de juillet 2014. Ce rapport critique sévèrement la gestion de la société d’économie mixte,  tant du point de vue de sa gouvernance, notamment de la transparence des informations mises à la disposition des administrateurs, que du service rendu aux habitants ou de sa gestion financière. En grande difficulté financière, la société a du recourir aux services de la CGLLS (Caisse de garantie du logement locatif social) Voir article détaillé.

Vitry Mieux réclame la démission de Michel Leprêtre

Après une première confrontation houleuse sur le sujet au conseil municipal du 13 mai,  lors duquel une subvention de 2 millions d’euros a été votée en faveur de la Semise pour contribuer à la renflouer, une seconde explication a suivi au conseil municipal du 10 juin, qui n’a pas convaincu le groupe écologiste; le quel dénonce également la décision d’augmenter de 8% le directeur actuel de la Semise. Dans un communiqué du mardi 16 juin, le groupe d’opposition présidé par Frédéric Bourdon a demandé au président de la Semise, Michel Leprêtre, par ailleurs président PCF de la Casa (Communauté d’agglomération Seine Amont), de démissionner. « Lors du conseil municipal de Vitry-sur-Seine du mois de décembre 2014 une note présentait la situation financière catastrophique de la Semise à partir du rapport de la Miilos, rendu public au mois de juillet précédent. La délibération portait alors sur un plan de rééquilibrage financier avec un apport minimum de 9 millions d’euros de la part de la ville, actionnaire majoritaire. Lors de la séance du conseil municipal du 13 mai 2015, le groupe Vitry en mieux a fait connaître des éléments du rapport de la Miilos qui étaient demeurés cachés au conseil municipal alors que ce rapport met en exergue de graves irrégularités et un manque de rigueur dans la gestion de la Semise. De plus ce rapport met en évidence la non-communication par le président de la Semise du précédent rapport de la Miilos datant de 2009 aux membres du conseil d’administration, ainsi que l’absence de présentation d’un budget prévisionnel durant 6 années consécutives. Enfin, lors du dernier conseil municipal du 10 juin, notre groupe a de nouveau dénoncé la rétention d’informations du président de la Semise. Des membres de notre groupe ont demandé par écrit il y a plus de 18 mois des procès verbaux de conseils d’administration qui leur ont été refusés ; le rapport de la Miilos n’a été remis aux membres du conseil d’administration que le 4 mai 2015, soit 10 mois après la réception du rapport par le président. Enfin, nous avons appris une augmentation du salaire du directeur de la Semise de 8%, alors que la situation de la Semise ne peut être stabilisée que par un appel au financement par les contribuables. Dans cet état de fait de manquements graves aux règles démocratiques et conformément aux revendications de notre groupe que le conseil d’administration de la Semise soit à l’image du pluralisme politique du conseil municipal, nous demandons à ce que le président de la Semise démissionne de sa fonction et qu’un nouveau conseil d’administration soit élu afin d’assurer un contrôle plus démocratique », motive le groupe Vitry en Mieux.

Michel Leprêtre s’explique

Michel Leprêtre a réagi ce vendredi 19 juin par une lettre ouverte au Conseil municipal de Vitry-sur-Seine. Le président de la Semise y affirme que le rapport de la Miilos, reçu à la Semise le 14 juillet 2014, a été retransmis « nominativement » à chaque administrateur  dès le 22 juillet 2014. « Au-delà du rapport définitif adressé dans sa totalité à  chaque administrateur  le 22 juillet 2014, j’ai également souhaité présenter de façon détaillée ce rapport et les premières actions réalisées dès le Conseil suivant, soit le 18 septembre 2014 », insiste le président de la Semise, indiquant que « le Conseil du 4 mai 2015 a pris acte de l’avancement du traitement des observations du rapport de la Miilos et des retours effectués auprès du préfet du Val-de-Marne. » Michel Leprêtre réfute également les accusations de non présentation du budget prévisionnel de la Semise à son Conseil d’administration durant six années consécutives. « Des délibérations des 2 avril 2009, 8 avril 2010, 10 décembre 2012, 18 septembre 2013, 17 décembre 2013, 8 septembre et 8 décembre 2014, présentent les hypothèses budgétaires de l’exercice à venir, ainsi que les budgets définitifs, les deux pour approbation par le Conseil d’administration« , poursuit l’élu.

Concernant le service rendu à la population, Michel Leprêtre défend les travaux d’investissement réalisés par la société d’économie mixte, citant en 2014 la finalisation des mises aux normes des ascenseurs,  différents travaux de sécurisation et résidentialisation des ensembles, la livraison des 139 logements de Concorde Stalingrad et encore la poursuite de l’aménagement du quartier Balzac qui devrait être achevé en 2017.  « Les résultats de notre dernière enquête de satisfaction, effectuée 10 mois après la mise en place de la réorganisation, révèlent que la satisfaction de nos locataires à propos de leur logement s’est améliorée de 8,2% et que les efforts marqués pour la propreté dans les parties communes a fait augmenter cette satisfaction de 13,4%« , souligne le président de la Semise.

Concernant la gestion financière, l’élu indique avoir pris les devants, après avoir été « alerté de façon éclairé en fin d’année 2012 de la situation financière très délicate de la Semise », précisant avoir alors arrêté les opérations de maîtrise d’ouvrage dont les montages financiers étaient déséquilibrés, maîtrisé la masse salariale avec le non remplacement des collaborateurs des fonctions support, contrôlé les frais de fonctionnement, mis systématiquement en concurrence les contrats et instauré des indicateurs et engagé la Semise dans un protocole de rétablissement financier auprès de la CGLLS. Et d’indiquer que la société a obtenu des résultats de 2 millions d’euros en 2013 et 2014, « sans dégradation des budgets de maintenance et d’entretien du patrimoine« , et avec plus de collaborateurs sur le terrain, soit 35 dès février 2013 contre 18 en 2012.

A propos des « 17 observations » et des « 30 constats« effectués par la Semise, Michel Leprêtre indique 22 ont fait l’objet de traitements et que 8 sont en cours de traitement. Concernant l’avenir, le président de la Semise projette l’action de la société d’économie mixte au niveau plus large de la Casa, dans le cadre du nouveau programme de rénovation urbaine (NPRU), ainsi que dans les villes de Villeneuve-Saint-Georges où elle a déjà réalisé des études.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

10 commentaires pour Transparence et situation de la Semise à Vitry-sur-Seine : le président s’explique
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi