Sécurité | Val-de-Marne | 20/11/2015
Réagir Par

Sécurité en ville après les attentats : préfet et élus ont fait le point en Val-de-Marne

Sécurité en ville après les attentats : préfet et élus ont fait le point en Val-de-Marne

Maires, parlementaires et président du Conseil départemental du Val-de-Marne ont planché avec le préfet Thierry Leleu sur la sécurité en ville, suite aux attentats du vendredi 13 novembre, en compagnie de la rectrice d’Académie, Béatrice Gille, ainsi que de l’évêque de Créteil, Mgr Santier.

Un peu plus tôt dans l’après-midi, les députés avaient voté à la quasi-unanimité le prolongement de l’état d’urgence pendant trois mois (voir article), qui permet des  réquisitions de personnes, instauration de couvre-feu, perquisitions d’habitants et de locaux, assignation à résidence… en plus des mesures de protection liées au plan vigipirate alerte attentats (mesures de protection autour des écoles, lieux de culte, centres commerciaux…). L’interdiction de manifestation sur la voie publique, initialement prévue jusqu’au jeudi 19 novembre midi,  avait également été prolongée jusqu’au dimanche 22 novembre minuit par un nouvel arrêté préfectoral le 18 novembre (voir article). De nouvelles consignes, notamment concernant les manifestations sur la voie publique, devraient être connues dès ce dimanche 22 novembre, date à laquelle prendra fin l’arrêté en vigueur.

Plus de patrouilles, de contrôle de sacs et d’identité, de caméras

En termes de moyens, 100 militaires sont venus en renfort dans le département pour patrouiller devant les écoles, les établissements recevant du public et les quartiers sans police municipale.

Dans les écoles, qu’elles soient publiques, privées, confessionnelles ou non, des patrouilles fréquentes seront effectuées aux heures d’entrée et de sortie de classes.  Les personnes extérieures qui s’y rendront devront ouvrir leur sac et montrer leur identité.  Certains maires ont pris des mesures supplémentaires comme l’interdiction aux parents d’accompagner leurs bambins jusqu’à la classe en maternelle, une précaution que d’autres ont arrêté, à Arcueil par exemple, en raison du stress pour les enfants. Les sorties scolaires sont interdites, hormis les sorties régulières (cantine, gymnase, piscine) qui n’empruntent pas les transports en commun.

Des crédits d’Etat, pour faciliter notamment l’installation de vidéosurveillance dans les communes désireuses, doivent être débloqués.

Côté transports, près d’un millier d’agents armés ont été mobilisés par la RATP et la SNCF pour le réseau d’Île-de-France. L’aéroport d’Orly est également mis sous surveillance et l’ensemble des vols, y compris les liaisons intérieures à l’espace Schengen, sont soumis aux contrôles les plus stricts.

Policiers et militaires patrouilleront également dans les centres commerciaux de Créteil Soleil, Belle-Epine, Thiais Village, Vache Noire et Okabé avec possibilité de contrôle des sacs. Les centres devront également doubler la présence des vigiles.

Les sites Seveso du Val-de-Marne, comme par exemple les dépôts pétroliers,  sont en cours d’inspection.

Coopération et attentes des maires

Le préfet a également fait appel « au civisme et au discernement » des élus locaux et de la population pour signaler au corps préfectoral les lieux et individus sensibles et suspects. Il a assuré de la disponibilité des services de la préfecture pour aider les maires a y voir plus clair quand les dossiers sont flous, appelant a ne pas céder aux rumeurs trop rapidement. Les élus locaux doivent également mettre toutes leurs ressources matérielles et humaines a disposition des services de l’Etat si besoin, ainsi que relayer les différents messages officiels pour empêcher d’éventuels mouvements de panique dans la population.

Certains élus se sont pour la part déclarés « démunis » face aux questions de leurs administrés. Difficile en effet de bien doser. « Certains nous accusent d’être liberticides, d’autres considèrent que nous n’en faisons pas assez », confiait il y a quelques jours un directeur de cabinet. « Nous avons expliqué lors de cette réunion que nous  étions à l’écoute de leurs besoins pour leur apporter l’aide nécessaire« , insiste Thierry Leleu. Faut-il sécuriser davantage les conseils municipaux, pour éviter des drames comme la tuerie de Nanterre (perpétrée en 2002 par une personne isolée et mentalement fragile) ?  Quid des  manifestations populaires comme les Marchés de Noël,  les questions des élus sont nombreuses, avec des réponses qui varient. Certains préférant annuler, d’autres au contraire maintenir. « Dès le vendredi soir, nous avons sécurisé les équipements publics en augmentant les barrières, vérifié les systèmes d’alarme, augmenté la présence de la police municipale aux abords des établissements et recruté des vacataires pour renforcer les effectifs de protection. Dans le même temps, nous avons été une des rares villes à maintenir notre marché dès le weekend et le marché de Noël du dernier weekend de novembre se tiendra bien« , cite Vincent Jeanbrun, maire LR de L’Haÿ-les-Roses. « Les maires sont mobilisés et prendront les mesures spécifiques qu’ils jugent utiles« , insiste Christian Favier, président PCF du Conseil départemental.

15 perquisitions et 5 assignations à résidence

Dans le Val-de-Marne, la police a procédé à 5 assignations à résidence  à Villecresnes, Fresnes, Bonneuil-sur-Marne, Vitry-sur-Seine et Thiais.  Les habitants concernés doivent pointer quatre fois par jour dans le commissariat de leur ville.

70 blessés pris en charge dans les hôpitaux du Val-de-Marne

Le Val-de-Marne, qui compte son lot de blessés et plusieurs personnes tuées,  a aussi contribué à la prise en charge de 70 blessés via ses différents hôpitaux notamment Henri Mondor.

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans , avec comme tags Attentats à Paris,
6 commentaires pour Sécurité en ville après les attentats : préfet et élus ont fait le point en Val-de-Marne
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi