Société | Nogent-Sur-Marne | 27/11/2015
Réagir Par

Nogent-sur-Marne : retour sur le débat consacré à la radicalisation

Publicité

La radicalisation des jeunes, un sujet d'une intense actualité mais un peu tabou. A Nogent-sur-Marne, le Pôle jeunesse et la MJC Louis Lepage ont décidé d'ouvrir le couvercle. Première étape: un débat, qui s'est tenu ce jeudi 26 novembre mais était programmé de longue date, avant la seconde vague d'attentats 2015.

Objectif : en parler avec un maximum de publics, jeunes, parents, enseignants, proviseurs, éducateurs… pour expliquer,  échanger, partager, confronter les points de vue mais aussi donner des outils, inviter à signaler, rappeler les contacts ressource. Ce jeudi 26 novembre, une bonne centaine de personnes, dont une moitié de jeunes, ont répondu présents à la MJC.

Après une première partie de soirée consacrée à la projection du documentaire Engrenage : les jeunes face à l’islam radical, de Clarisse Feletin (voir ci-dessous) montrant dans le détail les processus de radicalisation et des témoignages de personnes qui sont revenues de Syrie, le débat réunissait la réalisatrice Clarisse Feletin, le professeur Abdelghani Benali, enseignant-chercheur en droit musulman à la Sorbonne Nouvelle et Fouad, qui a essayé en vain d’aller rechercher sa soeur Nora retenue à Alep, ce dont il témoigne de manière émouvante dans le documentaire. En raison de sa présence et du thème brûlant du débat, deux policiers avaient été dépêchés sur place pour sécuriser la soirée.

Dans la salle, les questions fusent rapidement. Qui est derrière ? Comment cela s’organise ? « Il y a des rabatteurs payés pour. Il y avait notamment un tchétchène aux yeux bleus qui séduisait les filles, leur faisant chacune croire à son amour« , raconte Fouad, dont la soeur est partie en Syrie à l’âge de 15 ans. « Ce n’est pas seulement l’amour mais l’envie de faire de l’humanitaire qui motive, lors que l’on est un peu plus âgée, défend une étudiante de Lyon, de passage dans la capitale. J’ai plusieurs copines qui sont attirées car elles voient des images de Musulmans attaqués, humiliés, et veulent leur venir en aide. »  « Il faudrait interdire la propagande sur les réseaux sociaux« , pointe un jeune. « Sur Facebook, la nudité est censurée mais pas l’appel au terrorisme« , regrette Fouad.

 

 

Que faire ? Comment réagir lorsque l’on constate autour de soi des jeunes qui commencent à se radicaliser ? « Signaler, sans hésiter », martèle Clarisse Feletin, qui rappelle le numéro vert mis à disposition par le ministère de l’Intérieur, le site Internet dédié… « Les commissariats sont désormais formés pour recueillir les témoignages de ce type et dans chaque département, une cellule de prévention de radicalisation a été mise en place qui fait le point tous les mois« , ajoute-t-elle.  Les signes ? « Se couper de ses amis, de sa famille… »

« Ne faudrait-il pas des Imams dont on est sûr ? Avec une sorte de label ? » Un voeu impossible à réaliser selon le professeur Abdelghani Benali, qui rappelle la foisonnante multitude de courants et l’absence d’institution capable de fédérer l’ensemble des Musulmans.

« Il faut des éducateurs, plus d’éducateurs », insiste un éducateur de Champigny-sur-Marne.

Rapidement, l’Education nationale, toujours attendue pour résoudre tous les problèmes de société, est interpellée. « A l’école, on m’a toujours demandé  d’où je venais. Je suis d’origine cap verdienne et c’est comme cela que l’on m’identifie, pas comme Française. Du coup, je ne sais plus très bien quelle est mon identité. Il faudrait plus d’éducation à la citoyenneté à l’école. On ne nous apprend pas à être des citoyens« , regrette une jeune fille. « Il y a aussi la famille qui doit transmettre, même une histoire douloureuse », tempère Clarisse Feletin. Que peut l’école dans la lutte contre la radicalisation ? Dans beaucoup d’établissements, la question reste ultra tabou. « Nous voulions faire précéder cette soirée d’une projection-débat dans  les lycées et collèges mais dès que nous avons évoqué cette question de la radicalisation avec les proviseurs, nous avons ressenti un blocage total, témoigne Anne-Laure Réveillard, animatrice coordinatrice du pôle éducation à l’image au sein de la MJC. Nous avons pris le problème autrement en proposant des séances pour apprendre à décrypter les images, c’est un moyen de lutter contre l’embrigadement qui sert contre toute approche sectaire », explique l’animatrice. Des premières séances d’éducation à l’image devraient se tenir dès février 2016, dans des classes de seconde du lycée Edouard Branly.

Derrière le premier thème du débat, la lutte contre la radicalisation, un autre sujet émerge, de lui-même, celui de la place de la religion dans la société, en particulier de la religion musulmane. « Moi j’ai un problème avec des signes ostentatoires de la religion, qu’il s’agisse d’une grosse croix, de la kippa ou du voile« , témoigne une participante. « Pourquoi ? Nous sommes bien dans notre religion, derrière notre voile, nous avons un grand coeur« , réagit au quart de tour une jeune fille, voilée de pied en cap avec des gants, entourée de plusieurs camarades également voilées. « Lorsque je sors avec mon voile, je me fais insulter. Dès que je le retire, on est tout gentil avec moi, confie l’étudiante lyonnaise, cela veut bien dire qu’il y a une stigmatisation des Musulmans. »

Le vivre ensemble se cultive partout

« Beaucoup de choses sont sorties, des gens jeunes, moins jeunes, de différents horizons, se sont parlés, ont échangé leur point de vue en se respectant », c’était l’objectif de cette première rencontre », se réjouit Jean-Baptiste Magnat, du Pôle jeunesse.  L’occasion en effet de mélanger des publics qui se croisent sans se voir. Même à Nogent, ville bourgeoise, les groupes ne se mêlent pas si facilement, entre les jeunes des cités du quartier des Maréchaux et les lycéens de Branly ou d’Albert de Mun. En forçant le trait, les premiers vont plus spontanément au pôle jeunesse quand les seconds ont davantage pris l’habitude de fréquenter la Mjc, emmenés dès leur plus jeune âge pour pratiquer une activité sportive ou culturelle. « Ce soir il y avait un peu les deux« , note aussi Nassima, du pôle jeunesse.

A voir et revoir : Engrenages, de Clarisse Felletin


Engrenage, les jeunes face à l’islam radical

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi