Emploi | Val de Marne | 21/09/2015
Réagir Par

Plus d’emploi aidé, moins de plans sociaux mais plus de chômage partiel en Val-de-Marne

Publicité

Plus de 5600 emplois aidés signés en 2014 dans le Val-de-Marne, des plans sociaux en baisse de 20%, une reprise des contrats de professionnalisation mais une diminution des contrats d'apprentissage, moins de plans sociaux mais plus de chômage partiel... la situation de l'emploi dans le Val-de-Marne comme ailleurs reste fragile.

6607 emplois aidés en 2014, objectif 6 668 en 2015

Dans le détail, 1524 personnes ont été embauchées en emplois d’avenir, destinés aux jeunes de moins de 25 ans sans qualification, soit 97% de l’objectif 2014 dans le Val-de-Marne, s’est réjoui le préfet Thierry Leleu ce lundi 21 septembre, à l’occasion de son compte-rendu des activités de l’Etat au Conseil départemental. Un tiers de ces bénéficiaires  habitent en quartier prioritaire politique de la ville. Des embauches qui ont contribué à limiter la croissance importante du chômage des jeunes. Par ailleurs, 807 personnes ont été embauchées en contrats initiative emploi (CIE) dans le secteur marchand, qui concernent les personnes en difficulté pour trouver un emploi, et 3 276 en CAE (Contrat d’accompagnement dans l’emploi) dans le secteur non marchand, représentant un total de 5607 emplois aidés dans le département. En 2015, l’objectif annuel pour le Val-de-Marne est de 6668 contrats aidés.

Reprise du côté des contrats de professionnalisation mais baisse des contrats d’apprentissage

Après la forte baisse  des contrats de professionnalisation en 2012-2013, la campagne 2013-2014 a enregistré une stabilisation avec 3 101 contrats signés dans le Val-de-Marne, indique le rapport d’activité de l’Etat, avec un tiers des recruteurs dans le secteur du commerce.  « Au premier semestre 2015, le Val de Marne a enregistré 1 288 entrées en contrats de professionnalisation soit une augmentation de 5,05 % du nombre de contrats signés sur la même période comparé à 2014. Les jeunes de moins de 26 ans représentent 71,04 % des contrats enregistrés« , indique le rapport d’activités de l’Etat. Le nombre de contrats d’apprentissage a en revanche diminué de 6 %, entre 2012-2013 et 2013-2014, représentant  4 706 entrées.

80 contrats de génération signés en 2014

En 2014, 80 accords générationnels ou plans d’action ont été signés par les entreprises du Val-de-Marne. Cette démarche a généré 288 aides financières accordées par Pôle Emploi, principalement dans les entreprises de moins 50 salariés, chaque aide correspondant à une embauche.

 

 

Moins de plans sociaux mais plus d’activité partielle

En 2014, les entreprises du département ont connu moins de restructurations qu’en 2013, souligne le rapport. « Au total, 56 procédures concernant potentiellement 1 530 suppressions d’emploi ont été portées à la connaissance de l’administration« . Ce qui représente une diminution de 20% du nombre de procédures et de 33 % du nombre de suppressions d’emploi. Les entreprises ont en revanche recouru plus massivement à l’activité partielle. « Les services de l’Etat ont reçu 177 demandes d’autorisation préalable à l’activité partielle au profit de 155 établissements contre  128 demandes pour 101 établissements en 2013« , chiffre le rapport. Ces demandes ont donné lieu à 916 002 heures d’activité partielle, soit augmentation de 384 %  par rapport à 2013.

Un peu plus de 100 millions d’euros aux entreprises dans le cadre du CICE

Concernant le soutien aux entreprises via le CICE (Crédit d’impôt pour la compétitivité de l’emploi), le préfet a indiqué que 7 666 entreprises en avaient bénéficié à titre d’une imputation sur les impôts, pour un montant total de 59 millions d’euros, et que 6 240 avaient bénéficié d’une restitution immédiate de 44 millions d’euros. Malgré les demandes récurrentes du président PCF du Conseil départemental, Christian Favier, et d’autres élus comme le maire EELV d’Arcueil, Daniel Breuiller, le préfet n’a pas en revanche détaillé la répartition de ces montants pour des raisons de « secret fiscal« . « Le rapport d’étape montre que le dispositif a protégé l’emploi dans les entreprises les plus fragiles et, en ciblant les bas salaires, que cette mesure profite aux salariés les moins qualifiés », a simplement indiqué le préfet. Les imputations de crédit d’impôt recherche (CIR)  se sont élevées quant à elles  à un peu plus de 36 millions d’euros en 2014, concernant  248 entreprises.

Près de 7000 chômeurs supplémentaires

 

Près de 7000 personnes (6 910 exactement) ont rejoint Pôle Emploi en 2014, dans les catégories A, B, C (chômage partiel ou complet), une progression un peu plus faible qu’en 2013 (7 490 personnes). Fin 2014, 100 580 chômeurs (catégories A, B, C) étaient au chômage dans le Val-de-Marne selon les chiffres de la Direccte. Cette progression concerne surtout les plus de 50 ans, : +14,4% pour les catégories A,B,C en 2014 contre +13,8% en 2013, soit concrètement 2 730 personnes. Au total, le nombre d’emplois salariés dans le département était estimé à 356 645 par l’Insee au quatrième trimestre 2014.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi