Politique locale | Villejuif | 05/02/2015
Réagir Par

Polémique et manif à propos de la Bourse au travail de Villejuif

Polémique et manif à propos de la Bourse au travail de Villejuif
Publicité

Bourse au travail Villejuif Credit Google Street MapUne nouvelle polémique enfle à Villejuif depuis que mercredi 28 janvier, lors de la conférence des présidents de groupes du Conseil municipal, une "annexe" du rapport introductif au Débat d’orientation budgétaire, ait indiqué qu’il était prévu de vendre le «16, rue Jean-Jaurès», correspondant au bâtiment de la Bourse au travail,

le « 55 rue de Verdun » (celui de la Croix Rouge) et de lancer l’étude d’un « City stade à Jacques Duclos » (Delaune).

« Bien entendu, rien de tout cela n’est vrai. Les projets de développement de Villejuif sur les terrains en friche sont étudiés par la Direction de l’Aménagement et de l’Urbanisme (DAU) sous la responsabilité de Natalie Gandais, adjointe à l’urbanisme. Le budget de cette direction pour 2015 a été arbitré dès le mois de décembre et validé par le maire. Il ne prévoit rien de tel. Nous proposerons peut-être un jour à la Croix Rouge un autre lieu, dans le cadre d’une opération d’aménagement de Villejuif, mais nous n’envisageons rien dans ce secteur pour le moment », réagissaient ensemble Natalie Gandais, première adjointe chargée de l’Urbanisme, et Patrick Stagnetto, conseiller municipal délégué aux espaces verts, membre du bureau du collectif Ile de France CGT USTM (métallurgie), et délégué syndical chez Citroën, dans un billet commun sur le site de l’Avenir à Villejuif, démenant également le projet de City stade.

Et de préciser que « le bureau de l’Union citoyenne (groupe majorité municipale) du 30 janvier s’est saisie de l’affaire » et qu« un démenti sera envoyé à tous les élus. Une enquête est lancée pour savoir comment ces 3 fausses nouvelles ont été substituées au budget validé de la DAU, s’il s’agit d’une erreur de copié-collé à partir d’une liste du domaine communal ou d’une véritable provocation destinée à alimenter l’opposition en cette période électorale ». En entendant, les deux élus prévenaient qu’ils iraient bien manifester aux côtés de la CGT  qui a appelé à un rassemblement ce vendredi 6 février à 18 heures devant la mairie de Villejuif.

 

 

Création d’un comité de défense et manifestation

La CGT, elle, a réagi en organisant la manifestation ce vendredi 6 février. « La Bourse du Travail de Villejuif rayonne sur les trois communes de Fresnes, l’Hay-les-Roses et Villejuif, c’est-à-dire un bassin de 60 000 emplois. Dans ces locaux s’organisent l’accueil, la défense, le conseil ainsi que la syndicalisation de milliers de salariés par an. L’Union Locale CGT a ainsi accueilli 250 salarié-e-s dans ses permanences «Droit du Travail» en 2014. Vendre ces locaux, c’est donc supprimer des droits aux travailleurs : le droit d’être conseillés et défendus face à son employeur, le droit de se syndiquer, le droit de s’organiser de manière collective… La CGT mènera le combat jusqu’au bout pour que ce projet n’aboutisse pas », prévient ainsi la CGT, qui annonce  la création d’un comité de défense de la Bourse en charge de fédérer et d’élargir, avec l’appui de tous les syndicats du territoire, les différentes initiatives à tenir, sous l’égide de Philippe Gicquiaux, ancien secrétaire général de l’Union Départementale CGT du Val-de-Marne.

Soutien des sénateurs PCF

« Céder ce patrimoine, et donc fermer la Bourse du travail, reviendrait non seulement à sanctionner les salarié-es de Villejuif, l’Hay les Roses et Fresnes, mais également à porter une grave atteinte à la démocratie« , dénoncent également les sénateurs communistes du Val de Marne, Christian Favier et Laurence Cohen, qui indiquent qu’ils se joindront ce vendredi à la manifestation.

La mairie de Villejuif dément la vente mais envisage une mutualisation

Dans un communiqué, la municipalité de Villejuif dément toute vente de la Bourse au travail tout en indiquant en revanche qu’elle étudie la vente de certains éléments de patrimoine municipal dont un inventaire est en cours. « Le fruit de ces ventes permettrait notamment de contribuer à rembourser une partie de la dette et à récupérer des marges de manoeuvre financières pour continuer à investir en faveur d’un service public de qualité« , motive-t-on à la mairie. La Bourse au travail ne sera pas fermée, rappelle la ville indiquant que le maire UMP, Franck Le Bohellec, est attaché à la défense de l’action syndicale. La mise à disposition du bâtiment à temps complet pourrait en revanche faire l’objet de discussions et des réunions seront organisées avec les intéressés conclut la ville.

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

25 commentaires pour Polémique et manif à propos de la Bourse au travail de Villejuif
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi