Histoire | | 07/05/2015
Réagir Par

Une page d’histoire ivryenne : Jean-René Bonnefoix, fusillé le 10 aout 1942

Une page d’histoire ivryenne : Jean-René Bonnefoix, fusillé le 10 aout 1942

jean-rené-fusillé-livre-ivry-bonnefoixTout a commencé lors d’un cours sur les noms des rues d’Ivry-sur-Seine. Alors en CE2, Nicolas Bonnefoix répond fièrement à sa maîtresse que “Jean-René Bonnefoix est son arrière grand-père“.

A l’époque, l’enfant n’en sait pas plus. C’est seulement à quarante ans, l’âge à laquelle Jean-René a été fusillé au Mont Valérien par les Allemands,  qu’il se décide à enquêter pour comprendre les raisons ont mené son aïeul au peloton.

Photos de familles, photos de police, actes d’Etat civil… Nicolas Bonnefoix  trouve même des lettres de rappel du patron de son arrière grand-père, alors ambulancier pour la ville, dénonçant une attitude “nonchalante” et des absences répétées au travail. La famille, elle, se tait. Et il faudra de longs mois pour que “Janoux”, son grand père et le fils de Jean-René, accepte d’ouvrir sa mémoire. Il deviendra le héros du livre de Nicolas Bonnefoix.

Janoux raconte. L’histoire de cette famille au coeur de la banlieue rouge, sa sœur militante aux Jeunesses communistes arrêtée et emprisonnée. Il se souvient des allées et venues des amis de son père au domicile familial, qui se taisent dès que l’adolescent approche…

Sans avoir trop de détail, Janoux comprend et Janoux veut, lui aussi, résister. Pendant que son père cache des armes et des tracts dans son ambulance, Janoux sabote la production de son usine, destinée aux Nazis. Mais un jour, Jean-René est arrêté, emprisonné.  Il sera fusillé au Mont Valérien le 11 août 1942. Janoux raconte aussi  l’attente, l’espoir de la famille, suspendue à une éventuelle libération.

Très documenté (photos de famille, municipales, …) le livre permet aussi de comprendre comment la guerre s’est déroulée en banlieue parisienne, se souvient des bombardements d’Ivry, de Vitry, d’Alfortville, de Charenton, campe les familles déchirées qui se recousent grâce à la solidarité des voisins, en reconstruisant leurs chemins, leurs rues, leurs villes.

Disponible en libraire depuis le 4 mai, Jean-René, fusillé le 11 août 1942, est édité chez Les Éditions de l’Atelier (18 euros) en partenariat avec la ville d’Ivry-sur-Seine. Nicolas Bonnefoix sera en dédicace ce vendredi 8 mai dans les salons de la mairie suite aux commémorations du 8 mai 1945. Il se rendra ensuite dans les écoles pour raconter.

A Ivry, rendez-vous a été donné à 10h30 pour un dépôt de gerbes au carré militaire du cimetière Monmousseau où est prévu un fleurissement de la tombe de Jean-René Bonnefoix (13, rue Gaston Monmousseau). A 11h :rassemblement devant l’hôtel de ville et cérémonie devant la stèle de la résistance et de la déportation (parc Maurice Thorez).

A lire aussi : Les Fusillés, un ouvrage collectif, également publié aux Editions de l’Atelier, qui recense le parcours de centaines de fusillés de 1940 à 1944.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans , avec comme tags culture, , , littérature
Cet article est publié dans ,
Aucun commentaire pour Une page d’histoire ivryenne : Jean-René Bonnefoix, fusillé le 10 aout 1942
    Ajouter une photo

    N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    A lire aussi