Education | Val-de-Marne | 24/06/2015
Réagir Par

Encore plusieurs écoles mobilisées contre leur fermeture de classe

Encore plusieurs écoles mobilisées contre leur fermeture de classe

manif-enseignant-rentrée-2015-juinQuelques jours après la publication définitive de la carte scolaire de septembre 2015, une centaine d’enseignants et parents d’élèves d’une quinzaine d’écoles ont manifesté devant l’Inspection académique ce mardi 23 juin et menacent de perturber la rentrée.

« On a pas le choix de se mobiliser dès le premier jour de septembre si on veut que les choses changent pour l’année prochaine, prévient une mère dont l’enfant est scolarisé à l’école maternelle Michelet de Fontenay-sous-Bois. Déjà 158 élèves sont inscrits pour la rentrée. Il y a deux ans, nous avons eu droit à une ouverture de classe car l’effectif culminait à 161, aujourd’hui, ils veulent la supprimer à nouveau. Cette fermeture gonflerait les effectifs moyens des classes, notamment en moyenne section, pour arriver à 29/30 élèves. »

A l’école Paul Langevin, « la seule REP de Villejuif qui n’a pas obtenu gain de cause jeudi dernier » précise une mère d’élève, on réclame l’annulation de la fermeture d’une classe. « Cette année, 171 élèves étaient répartis dans 9 classes à Langevin. En septembre prochain, ils seront au moins 187… pour seulement 8 classes, soit une moyenne de 26,71 élèves par classe. On ne veut pas que de l’étiquette REP si les moyens ne vont pas avec car l’école perdra de son attractivité« , explique Ghislaine Guillet, directrice de l’école. « On a l’impression que le seuil de 24 élèves par classe maximum en REP n’est plus respecté« , regrette la mère d’élève.

manif-enseignant-rentrée-2015-juin

A l’école maternelle Françoise Dolto, à Fontenay-sous-Bois, la fermeture d’une classe ne passe toujours pas. Actuellement, l’école compte 6 classes, comptant 28 élèves en moyenne. « Avec la suppression d’une classe et déjà 161 élèves inscrits, 4 classes compteraient 32 élèves, et une classe 33. C’est un pur scandale« , regrette Sonia. A Maisons-Alfort encore, dans l’école Charles Péguy où 12 élèves souffrant de handicap sont scolarisés avec 156 autres enfants dans 8 classes, on réclame des moyens adaptés. « Nous avons été reçus deux fois par le DASEN (Directeur académique des services de l’éducation nationale), mais derrière, il ne se passe rien« , regrette Patricia Rochelemagne, directrice d’établissement. « On tient beaucoup à l’intégration des enfants handicapés, mais elle exige des moyens adéquates. »

A Créteil, l’école Chateaubriand, l’une des rares du Val-de-Marne à proposer des classes CHAM (Classes à horaires aménagés Musique), permettant à 97 des 235 élèves de l’école de bénéficier de cours de musique spécifique au Conservatoire de Créteil, s’inquiète du devenir de ce dispositif. « Il nécessite une organisation très compliquée en interne et nous étions tout à fait prêt pour la rentrée, mais avec une classe de moins, notre moyenne passe de 23,5 élèves à 25,7 élèves par classe« , explique Denise Thomas, directrice de l’école.

Une délégation d’enseignants et de parents a été reçue et de nouvelles annonces pourraient intervenir d’ici à la fin de la semaine prochaine.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi