Exposition | Accueil Val de Marne (94) Charenton-le-Pont | 02/12/2016
Réagir Par

A Charenton-le-Pont, Brikx réinvente le street-art avec des Légos

A Charenton-le-Pont, Brikx réinvente le street-art avec des Légos

Les Légos fascinent à tout âges. La preuve avec l’artiste charentonnais Brikx, qui en a fait un nouvel art de la rue.

Plus jeune, Brikx s’est plutôt exprimé sur les murs  des rues et du métro à coup de tags et de graffitis, à la hussarde. « Je me suis formé avec la rue. J’ai rencontré beaucoup d’acteurs de ce milieu et partagé des expériences qui m’ont aidé dans la connaissance des couleurs, des matières, des formes… De mon côté, je transformais beaucoup de choses comme des objets du quotidien en lumières ou des tambours de machine en meubles. J’ai toujours été axé sur la création. Puis, je me suis marié, j’ai eu des enfants, ce qui change un peu la donne sur le principe underground et illégal. On ne sort plus à 3 heures du matin pour aller redécorer le métro. Et ce n’était plus ma vision. Mais j’ai toujours trouvé un appel intéressant de la rue. C’est une valeur de communication, une belle toile géante d’exposition où tout le monde peut en profiter », témoigne l’artiste.

brikx debut

Graffiti de Brikx, réalisé en 1997 Paris Bastille « Devil Squaly » Pinceau

Redonner un visage aux noms de rue

Les petites briques en plastique, il est tombé dedans grâce à ses enfants justement.  « Mes enfants jouaient avec et je me suis dis que c’est une matière intéressante. On peut en faire énormément de choses. En 3D, on peut créer des arbres, des voitures, des animaux. J’ai voulu les mettre en lien avec l’art et il y a environ trois ans, je me suis mis à chercher avec des amis, qui sont dans le numérique, comment travailler sur une photo grâce à la numérisation, pixellisation et ces petites briques. Le lien avec la rue est venu très rapidement. En voyant toutes ces plaques de rue commémoratives, j’ai souhaité y mettre des visages. De mon point de vue, mon travail n’a pas de côté détériorant », défend Brikx. 

Ainsi s’est-il déjà inspiré de la plaque commémorative du 52 avenue de Gravelle à Charenton-le-Pont, où est mort le poète surréaliste Paul Eluard, de la rue Edmond Nocard de Saint-Maurice, qui rend hommage à ce vétérinaire, ou encore de la rue Henri Guérin de Charenton, nom d’un ancien maire de la ville, précurseur de la transfusion sanguine… Le choix des sujets se fait au fil de ses déambulations. « Henri Guérin par exemple,  père fondateur de la transfusion sanguine, je trouvais important de mettre un visage sur cette grande figure. »

Le quadra a aussi ses envies du moment. « Ma prochaine exposition se fera sur les années 90 et plus particulièrement l’année 96 : avec des portraits d’Harry Potter, Jacquouille, Zidane… J’ai aussi parfois des commandes privés comme celle du portrait de Winston Churchill. »

brikx 4

Portrait de Zidane par Brikx

Les oeuvres de Brikx seront exposées ce samedi à l’agence Virginia Immo, au 68 rue de Paris, à Charenton (vernissage ce vendredi à 18 heures). Elles seront ensuite accrochées à l’espace Art et Liberté de la ville dans le cadre du 64ème salon de Charenton, du 19 janvier au 11 février 2017, qui réunira plus de 200 artistes franciliens.

 

Brikx.fr

brikx

Steve Jobs, le cofondateur d’Apple, par Brikx

brikx 8

Jacquouille (Christian Clavier) et Winston Churchill, par Brikx

 

 

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans , avec comme tags , , Salon de Charenton, street-art, vernissage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi