Société | Joinville-le-Pont | 18/01/2016
Réagir Par

A Joinville, les croix gammées taguées à la cité Barbusse pourrissent l’ambiance

Des étoiles de David, des croix gammées, les mots « nazis » et « jihad » : les habitants la résidence Espérance de la cité HLM Henri-Barbusse, à Joinville-le-Pont, se sont réveillés ce vendredi 15 janvier avec ces nauséabondes inscriptions gravées, sûrement à la pointe, sur l’une des portes de leur ascenseur. 

Des inscriptions qui contribuent à pourrir l’ambiance dans la cité, déjà en prise avec des incivilités récurrentes ces derniers mois. « Quelques jeunes squattent régulièrement en bas des tours jusque tard le soir » , relève une habitante.  « Il y a beaucoup d’allées et venues, par moments, de personnes que l’on ne connaît pas, dans les halls du quartier » , note un jeune homme. C’est l’immeuble E qui concentre apparemment les problèmes, selon les habitants, et c’est dans celui là qu’ont été apposées les inscriptions sur l’ascenseur. Il y a quelques mois, à l’occasion des festivités du 14 juillet, des jeunes avaient tiré des feux d’artifices en bas des immeubles et une fusée avait déclenché un feu sur un balcon, raconte un autre locataire.

Pour les habitants, c’en est trop. Une vingtaine d’entre eux se sont constitués en collectif pour faire remonter à la mairie et à la préfecture les problèmes rencontrés. Depuis cet été, ils sont partis à la rencontre de leurs voisins pour recueillir leurs témoignages et leurs propositions et ont déjà rencontré les services de la mairie. « La maintenance des parties communes était l’un des points les plus soulignés par les habitants, et sur ce point, on constate déjà une très nette amélioration depuis quelques mois » , reconnaît l’une des membres du collectif, qui prépare désormais un courrier pour le préfet. « Les choses vont s’arranger, espère un locataire. Mais ces inscriptions sont symboliques, et dans le contexte actuel, elles font peur! »

« Ces inscriptions sont intolérables » , dénonce de son côté Olivier Dosne, maire LR de Joinville-le-Pont, qui se rend ce matin sur les lieux. « Nous avons effectivement une recrudescence de petite délinquance depuis plusieurs mois, reconnaît l’édile, et avons été reçus par le préfet sur ce sujet quelques jours avant les attentats de novembre. »

Lors de ses voeux à l’office HLM de la ville, le maire a annoncé qu’il irait jusqu’à recourir aux expulsions, après avis de ses avocats. « C’est malheureux mais il faut sortir le bâton pour faire peur. Nous avons déjà convoqué deux familles pour leur rappeler leurs obligations. En parallèle, nous les accompagnons avec des travailleurs sociaux pour identifier les fragilités extrêmes dont elles peuvent être victimes. Nous avons également lancé un plan de vidéosurveillance avec déjà des premières caméras et travaillons avec le collectif qui s’est monté dans la résidence » , témoigne Olivier Dosne.

quartier-henri-barbu-sse-joinville

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

4 commentaires pour A Joinville, les croix gammées taguées à la cité Barbusse pourrissent l’ambiance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *