Politique locale | Accueil Val de Marne (94) Villejuif | 18/09/2016
Réagir Par

A Villejuif, deux élus de la majorité claquent la porte du groupe de Philippe Vidal

A Villejuif, deux élus de la majorité claquent la porte du groupe de Philippe Vidal

Maire adjointe en charge des ressources humaine à Villejuif, Laurence Loudière annonce son départ du groupe Villejuif Notre Ville (VNV, de positionnement divers gauche) de Philippe Vidal, mais reste dans l’Union citoyenne, c’est à dire dans la majorité municipale – laquelle est désormais composée de trois groupes LR, UDI et DVG depuis le départ des écologistes. 

Un départ qui intervient alors que la gestion des ressources humaines des agents de la ville divise les composantes droite et gauche de la majorité municipale. Alain Lecavelier a également choisi de quitter le groupe divers gauche tout en restant dans la majorité.

Lundi 12 septembre, l’adjointe avait pourtant annoncé sa démission du Conseil municipal par mail, prévoyant de la confirmer le lendemain par courrier avec accusé de réception.  « Au regard de ma vie professionnelle, et des tensions politiques prégnantes dans notre commune, il ne m’est plus possible de poursuivre mon engagement », motivait alors l’élue. Une décision sur laquelle elle est revenue en fin de semaine après les réactions de soutien d’un certain nombre d’élus.

Jeudi 15 septembre, Paulo Nunes, président du du groupe VNV et Denis Vaillant, président de l’association Villejuif notre ville, avaient signé une tribune sur le site de leur groupe pour saluer  l’« engagement sans faille de près de 30 mois  » de l’élue aux RH,  imputant son souhait de démissionner à « un constat d’impuissance à améliorer le climat délétère entre les agents et l’autorité territoriale« , expliquant qu’elle se voyait « trop souvent privée des marges décisionnelles nécessaires à la mise en place des actions souhaitées en matière de politique de rémunération, de formation, de recrutement« . En bref, Laurence Loudière agirait contre son gré, contrainte par la majorité municipale. La tribune indiquait notamment que l’enquête demandée par l’adjointe pour faire la lumière sur des soupçons de discrimination envers des agents en raison de leurs convictions politiques, n’avait toujours pas reçu de suite favorable. « Depuis, les alertes en provenance des services n’ont pas cessé et de nombreux signes laissent penser que la situation de malaise s’est encore accrue, ainsi qu’en témoignent par exemple la longue absence du directeur général des services pendant l’été ou le rapport de la psychologue du travail. En outre, la lettre signée par les 17 élus issus des deux autres groupes de la majorité (ndlr, le groupe LR et le groupe UDI), avec des propos irrespectueux envers les agents, n’a reçu aucune désolidarisation publique de la part du maire, ce qui constitue un nouveau signal négatif envers le personnel et envers notre action commune avec Laurence aux Comité Technique et Comité d’Hygiène et Sécurité, et des Conditions de Travail« , poursuivait la tribune, qui reconnaissait toutefois « des difficultés relationnelles internes » au sein de Villejuif notre ville.

Au-delà de la gestion du malaise au sein des équipes de la commune, d’autres dossiers présentés par l’adjointe RH suscitaient un désaccord au sein du groupe politique divers gauche. « Nous sommes opposés à la proposition de modifier le modèle de régime indemnitaire pour quelques personnes seulement. S’il y a augmentation, nous souhaitons que cela bénéficie à tous les agents et pas seulement à certains de la direction.  Or, une proposition allant dans ce sens doit être votée au Conseil municipal. Nous nous y refusons », expose Philippe Vidal.

Vendredi 16 septembre, Laurence Loudière a démenti son souhait de démissionner du Conseil municipal mais a annoncé son départ du groupe VNV.  « Je quitte le groupe après que certains des membres n’ont eu de cesse de me demander de démissionner« , insiste l’élue. « Nous mettons tout en oeuvre depuis 2014 dans la municipalité pour améliorer les conditions de travail des
agents. De nombreux chantiers ont été lancés : la régularisation des conditions de travail des gardiens d’école, la réorganisation des services, la souscription à une offre sociale plus étendue et variée…« , cite l’adjointe, affirmant « sa pleine confiance dans la capacité de l’Union Citoyenne à éviter toute prise en grippe de l’intérêt général par des considérations politiciennes » et souhaitant « agir en dehors d’un carcan trop politique. »  Alain Lecavelier, membre du groupe VNV, a également claqué la porte.

Alors que la majorité municipale plurielle du maire LR Franck Le Bohellec était sortie fragilisée du départ des sept élus écologistes, ne comptant plus que 24 voix sur 45 dont 5 émanant du groupe VNV, ce départ réduit le poids de ce groupe divers gauche. Il ne compte désormais plus que 3 élus (contre 7 au moment de l’élection municipale). Arithmétiquement, il reste néanmoins arbitre. Difficile défi que de constituer une majorité droite-gauche… « J’y crois encore, d’ailleurs j’ai rejoint le mouvement Emmanuel Macron avec mes deux colistiers », lâche Philippe Vidal.

A lire aussi : 

A Villejuif, Jean-François Harel joue les jokers d’une majorité fragile

La majorité municipale plurielle a définitivement implosé à Villejuif

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
13 commentaires pour A Villejuif, deux élus de la majorité claquent la porte du groupe de Philippe Vidal
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi