Publicité
Politique locale | Villejuif | 18/09/2016
Réagir Par

A Villejuif, deux élus de la majorité claquent la porte du groupe de Philippe Vidal

Maire adjointe en charge des ressources humaine à Villejuif, Laurence Loudière annonce son départ du groupe Villejuif Notre Ville (VNV, de positionnement divers gauche) de Philippe Vidal, mais reste dans l’Union citoyenne, c’est à dire dans la majorité municipale – laquelle est désormais composée de trois groupes LR, UDI et DVG depuis le départ des écologistes. 

Un départ qui intervient alors que la gestion des ressources humaines des agents de la ville divise les composantes droite et gauche de la majorité municipale. Alain Lecavelier a également choisi de quitter le groupe divers gauche tout en restant dans la majorité.

Lundi 12 septembre, l’adjointe avait pourtant annoncé sa démission du Conseil municipal par mail, prévoyant de la confirmer le lendemain par courrier avec accusé de réception.  « Au regard de ma vie professionnelle, et des tensions politiques prégnantes dans notre commune, il ne m’est plus possible de poursuivre mon engagement », motivait alors l’élue. Une décision sur laquelle elle est revenue en fin de semaine après les réactions de soutien d’un certain nombre d’élus.

Jeudi 15 septembre, Paulo Nunes, président du du groupe VNV et Denis Vaillant, président de l’association Villejuif notre ville, avaient signé une tribune sur le site de leur groupe pour saluer  l’« engagement sans faille de près de 30 mois  » de l’élue aux RH,  imputant son souhait de démissionner à « un constat d’impuissance à améliorer le climat délétère entre les agents et l’autorité territoriale« , expliquant qu’elle se voyait « trop souvent privée des marges décisionnelles nécessaires à la mise en place des actions souhaitées en matière de politique de rémunération, de formation, de recrutement« . En bref, Laurence Loudière agirait contre son gré, contrainte par la majorité municipale. La tribune indiquait notamment que l’enquête demandée par l’adjointe pour faire la lumière sur des soupçons de discrimination envers des agents en raison de leurs convictions politiques, n’avait toujours pas reçu de suite favorable. « Depuis, les alertes en provenance des services n’ont pas cessé et de nombreux signes laissent penser que la situation de malaise s’est encore accrue, ainsi qu’en témoignent par exemple la longue absence du directeur général des services pendant l’été ou le rapport de la psychologue du travail. En outre, la lettre signée par les 17 élus issus des deux autres groupes de la majorité (ndlr, le groupe LR et le groupe UDI), avec des propos irrespectueux envers les agents, n’a reçu aucune désolidarisation publique de la part du maire, ce qui constitue un nouveau signal négatif envers le personnel et envers notre action commune avec Laurence aux Comité Technique et Comité d’Hygiène et Sécurité, et des Conditions de Travail« , poursuivait la tribune, qui reconnaissait toutefois « des difficultés relationnelles internes » au sein de Villejuif notre ville.

Au-delà de la gestion du malaise au sein des équipes de la commune, d’autres dossiers présentés par l’adjointe RH suscitaient un désaccord au sein du groupe politique divers gauche. « Nous sommes opposés à la proposition de modifier le modèle de régime indemnitaire pour quelques personnes seulement. S’il y a augmentation, nous souhaitons que cela bénéficie à tous les agents et pas seulement à certains de la direction.  Or, une proposition allant dans ce sens doit être votée au Conseil municipal. Nous nous y refusons », expose Philippe Vidal.

Vendredi 16 septembre, Laurence Loudière a démenti son souhait de démissionner du Conseil municipal mais a annoncé son départ du groupe VNV.  « Je quitte le groupe après que certains des membres n’ont eu de cesse de me demander de démissionner« , insiste l’élue. « Nous mettons tout en oeuvre depuis 2014 dans la municipalité pour améliorer les conditions de travail des
agents. De nombreux chantiers ont été lancés : la régularisation des conditions de travail des gardiens d’école, la réorganisation des services, la souscription à une offre sociale plus étendue et variée…« , cite l’adjointe, affirmant « sa pleine confiance dans la capacité de l’Union Citoyenne à éviter toute prise en grippe de l’intérêt général par des considérations politiciennes » et souhaitant « agir en dehors d’un carcan trop politique. »  Alain Lecavelier, membre du groupe VNV, a également claqué la porte.

Alors que la majorité municipale plurielle du maire LR Franck Le Bohellec était sortie fragilisée du départ des sept élus écologistes, ne comptant plus que 24 voix sur 45 dont 5 émanant du groupe VNV, ce départ réduit le poids de ce groupe divers gauche. Il ne compte désormais plus que 3 élus (contre 7 au moment de l’élection municipale). Arithmétiquement, il reste néanmoins arbitre. Difficile défi que de constituer une majorité droite-gauche… « J’y crois encore, d’ailleurs j’ai rejoint le mouvement Emmanuel Macron avec mes deux colistiers », lâche Philippe Vidal.

A lire aussi : 

A Villejuif, Jean-François Harel joue les jokers d’une majorité fragile

La majorité municipale plurielle a définitivement implosé à Villejuif

13 commentaires pour A Villejuif, deux élus de la majorité claquent la porte du groupe de Philippe Vidal
  • Tout cela est pitoyable…..

    Quant à PH VIDAL, qu’il rejoigne MACRON n’est pas en soi une surprise….La politique RH et budgétaire villejuifoise est dans la « droite » ligne de ce que porte l’opportuniste MACRON

  • Ferme t-on les yeux et tire-t-on un trait sur nos convictions pour être politiquement correct et ne pas faire de vague, ou maintenons-nous nos convictions en dénonçant les dérives y compris en éclaboussant la majorité ! j’ai choisi, et bien que nous ne soyons que 3, notre groupe restera fidèle à ses convictions.

  • Le départ de deux membres du groupe VNV , mais qui restent dans la majorité le Bohellec-Vidal-Obadia ne changent donc rien à la situation politique en ville, de plus en plus désastreuse. Quelques informations complémentaires et une brève analyse de la situation critique de cette « majorité » ici :
    http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article621
    Notre groupe tient à exprimer sa solidarité à Mme Loudière face aux difficultés qu’elle a éprouvées dans le groupe VNV , et ne peut qu’approuver son engagement d’oeuvrer à « éviter toute prise en grippe de l’intérêt général par des considérations politiciennes ». Sa première tache sera donc de s’opposer fermement aux tentatives de licenciement du directeur général des services, parfaitement injustifiée et fort couteux pour les fines de Villjuif : cf http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article622.

    En savoir plus sur http://94.citoyens.com/2016/a-villejuif-deux-elus-du-groupe-de-philippe-vidal-claquent-la-porte,18-09-2016.html#zUdpSVFEQ6sEZoTf.99

  • Réaction du groupe VillejuifNOTREville par Paulo NUNES, Président du groupe Politique VillejuifNOTREville

    Vendredi 16 septembre 2016, à l’occasion du bureau politique hebdomadaire, Franck Le Bohellec me remet en main propre 2 courriers distincts m’informant du départ du groupe politique VillejuifNOTREville de Laurence Loudière et d’Alain Lecavelier. Laurence Loudière indique dans ce courrier qu’elle souhaite que Le Maire continue de lui déléguer les ressources humaines, les affaires juridiques ainsi que les affaires générales.

    Notre groupe regrette ces 2 départs car ils représentent une réelle perte de compétences et de richesses dans nos débats. Néanmoins, ces deux départs marquent aussi la différence d’appréciations et de gestion des dernières dérives de gouvernance de l’union citoyenne : les uns (le groupe actuel composé de Philippe Vidal, Alain Caporusso et Paulo Nunes) préfèrent l’anti conformisme et usent de leur liberté de parole et d’actions pour critiquer et être un contre-pouvoir face aux dérives constatées (ATSEM, limogeage du DGS ou encore enquête interne suite à la « chasse aux sorcières » comme mentionnée dans le Parisien), d’autres (Laurence Loudière et Alain lecavelier) prônent ne pas faire d’éclats en dehors de l’UCV, cherchant alors comme solution le dialogue en interne à l’UCV qui malheureusement s’avère très peu efficace car pas entendu.

    Le groupe VNV ne choisit donc pas d’être dans l’union citoyenne par opportunisme politique mais bien pour défendre ses convictions dans un mode de gouvernance partagé : amélioration des finances de la ville et désendettement, instauration d’un réel dialogue social et d’une politique RH volontaire et épanouissante pour les agents, développement économique, une action sociale efficace en ces temps où les inégalités se creusent, une réelle mixité sociale et la réussite scolaire pour tous les enfants de Villejuif.

    Ainsi, dans la soirée du lundi 12 septembre 2016, Laurence Loudière a présenté par mél au maire ainsi qu’au groupe VNV sa démission du conseil municipal. Force est de constater qu’elle a changé d’avis mais n’a plus souhaité s’adosser à un groupe et à son mode de fonctionnement. Nous le regrettons mais l’actons aussi.

    L’élément déclenchant ce départ a été un rapport que l’exécutif souhaite voir passer au comité technique d’octobre prochain, rapport concernant la création d’un régime indemnitaire pour un cadre recruté en septembre 2016. Notre position a toujours été de considérer que la révision des régimes indemnitaires doit se faire de façon collective avec les organisations syndicales et non pas spécifiquement et au cas par cas. Cette pratique est déjà la 3ème de ce genre depuis 30 mois et nous continuons à la dénoncer et à la refuser. Le groupe VNV s’y est opposé notamment en bureau politique et a demandé à engager une révision collective en 2017. Face à ces dérives de gouvernance et aux injonctions finalement contradictoires entre l’exécutif et son groupe (avec ces tensions internes) ceci a déclenché le départ de VNV de Laurence Loudière. Bien évidemment, il y a d’autres points d’achoppement en internes, la plupart étant plus souvent sur la forme que sur le fond. Ces différences ont été trop importantes pour que Laurence Loudière veuille continuer dans le groupe VNV, comme Alain Lecavelier d’ailleurs qui a marqué sa solidarité et son indépendance vis-à-vis des postures du groupe.

  • Monsieur Vidal et madame Loudière fleurtaient main dans la main, il n’y a pas si longtemps… visiblement les vacances se sont mal terminées ?

  • A Villejuif un nouveau Charlataniste n’est pas une surprise Quil Rejoingne a bande à Macro
    Charlataniste ou Collabo – Charlatan QU’ILS S’EN AILLENT TOUS DU CONSEILLE MUNICIPAL de VILLEJUIF pour gagner doit utiliser le 49-3!!

  • – Union Citoyenne pour Villejuif ?
    – Ouahahahaha….

  • Toute une bande d’opportunistes n’ayant en commun que l’arrivisme et les petits intérêts personnels décident de faire liste commune… la suite on la connait : délabrement, magouilles, gestion désastreuse, règlement de comptes… et le pire est sans doute à venir. Franchement les cocos c’était pas terrible, mais la prochaine fois je préférerai quand même leur cohésion à cette bande de loufoques!

    • Renseignez-vous cher Monsieur !
      La liste Cordillot a éclaté en 3 groupes qui ne votent presque plus jamais pareil sur les votes importants. Ils ne votent plus pareil d’un groupe à l’autre, ils ne votent plus pareil non plus au sein de chaque groupe. Le groupe Parti de Gauche – MRC n’était qu’un groupe technique : c’est normal. Le PS est très divisé, à Villejuif comme au niveau national : c’est normal. Plus surprenant : sur les questions logements-urbanisme, le groupe PCF est quasiment cassé en deux, Mme Cordillot y apparaissant comme de plus en plus isolée.
      Il n’y a donc aucun risque de retour d’une « liste pas terrible ».

      En fait il n’y a plus que 2 groupes cohérents :

      – le bloc de droite le Bohellec-Obadia, très caporalisé en Conseil municipal, cimenté par le « pacte de favoritisme » sur l’affaire de la Halle des sports (voyez ici : http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article624 ) même si, dans la base des listes de droite, beaucoup sont tristes de la rupture de l’Union citoyenne et de la rechute dans le favoritisme immobilier. Mais le choix de le Bohellec-Obadia est d’aller vers un exécutif exclusivement de droite, alors que la ville est de gauche qu’ils ont été élus sur une liste d’union trans-courants.

      – le groupe l’Avenir à Villejuif, uni aux cotés de Natalie Gandais par un profond accord sur le programme pour Villejuif, grâce à un an de travail participatif avant les élections, et une gestion très collégiale de ses délégations. Il capte une partie des déçu-e-s de la liste Vidal et apparaît comme la seule alternative crédible pour Villejuif.

      Voyez ici : http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article554 .

      • Merci pour votre leçon pédagogique et ce que je dois apparemment comprendre… Mais vous pouvez toujours tenter de théoriser ou partir dans de vaines justifications, moi tout ce que je vois, et je ne veux pas vous accabler c’est que l’Histoire, la petite ou la Grande retiendra que vous avez fait alliance avec la droite et qu’aujourd’hui vous êtes roulé dans la farine. On peut broder ce que l’on veut, le constat est là. Moi ce que je retiens c’est qu’aujourd’hui la ville est gérée de manière bien plus désastreuse que sous l’ancienne municipalité battue par une liste de circonstance mariant la carpe et le lapin, composée essentiellement d’arrivistes, de personnes ayant un compte à régler, pour intérêts personnels le tout dans une cuisine politicarde. Une responsabilité que vous refusez d’assumer préférant les explications hasardeuses : les méchants c’est les autres, nous on était les gentils alors l’alternative crédible… laissez moi sourire, surtout avec les ex Vidal dont les motivations personnelles étaient le miroir de leur chef de file…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *