Urbanisme | Accueil Val de Marne (94) Charenton-le-Pont | 25/11/2016
Réagir Par

Après la Zac Bercy-Charenton, place au CIN Charenton-Bercy

Après la Zac Bercy-Charenton, place au CIN Charenton-Bercy © Apur

Bercy-Charenton ou Charenton-Bercy ? Dans ce quartier de Charenton-le-Pont et du douzième arrondissement de Paris, enclavé entre l’autoroute A4 et les voies ferrées, et coupé en deux par le périphérique, l’ordre des mots a son importance.

Car Bercy-Charenton, c’est à Paris, et Charenton-Bercy, c’est à Charenton-le-Pont. Ces deux sites, situés chacun d’un côté du périphérique et appelés un jour à converger grâce au prolongement de la rue Baron Leroy parisienne jusqu’à Charenton, font actuellement l’objet de deux gros projets de développement urbain. Côté Paris, une zac de 70 hectares a été créée (voir tous les détails sur le site dédié), au sein de laquelle est notamment prévue la création de plusieurs passerelles au-dessus des rails pour reconnecter le quartier proche de la Seine de celui qui touche le bois de Vincennes. Côté Charenton-le-Pont, un Contrat d’intérêt national (CIN) a été signé ce jeudi 24 novembre à la mairie, qui porte sur un périmètre de 10 hectares. Au programme : du logement, des équipements, des bureaux, de l’aménagement paysager et des transports.

Bercy Charenton zac et CIN

Tout le monde autour de la table pour  réinventer ce quartier enclavé mais formidablement situé

Le CIN, imaginé par Thierry Lajoie, président de Grand Paris Aménagement (ex AFTRP), est destiné à faire travailler ensemble l’Etat et les collectivités locales dans le cadre des grands projets d’aménagement, de manière moins coercitive que les OIN, dans lesquelles l’Etat prend la main sur la maîtrise des sols. Objectif de ce CIN de Charenton Bercy : réorganiser un territoire totalement saturé, entre l’A4 et ses 280 000 passages de véhicules par jour, les voies ferrées qui mènent aux gares de Bercy et gare de Lyon et sont accompagnées de nombreuses infrastructures techniques de la SNCF, les emprises de  l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) et divers entrepôts.

Signataires du CIN : l’État, la ville de Charenton-le-Pont, l’Établissement public territorial Paris Est Marne et Bois et Grand Paris Aménagement. En plus des signataires, d’autres partenaires privés ou publics sont aussi associés à la table des discussions : AP-HP, SNCF, La Martiniquaise, Immobilière Carrefour, Tikéhau (le nouveau propriétaire du centre commercial Bercy 2), Ibis et Ibis Budget, l’EPFIF, I3F, RL et SNI. Tous seront associés à la réflexion et se réuniront au minimum deux fois par an.

« Cela fait plus de dix ans que la mairie essaie de réunir tout ce beau monde« , se réjouit Thierry Lajoie. Chacun, avec ses propres objectifs, a intérêt à jouer collectif. La ville, d’abord, qui veut se moderniser tout en préservant son attractivité.«Le CIN est l’outil nécessaire pour développer, dans l’intérêt premier des habitants, tout le potentiel dont dispose le quartier de Bercy à Charenton. Celui-ci fédérera les acteurs publics et privés pour donner un nouveau souffle à ce secteur en le transformant en un quartier moderne, apaisé avec un urbanisme à taille humaine mêlant logements, bureaux et services de proximité», se réjouit Hervé Gicquel, maire LR de Charenton-le-Pont. Pour les propriétaires fonciers publics (SNCF, AP-HP), céder du terrain permet de continuer à investir sur d’autres projets. Quant aux privés, certains comptent bien rester se développer sur place.  « On est très heureux de la signature de ce CIN, car nous avions déjà identifié ce problème d’enclavement à Charenton. Mais notre magasin est très performant et on pense à investir pour le rendre d’autant plus important« , explique Caroline Jannel, directrice régionale des opérations de Carrefour Property, foncière du groupe Carrefour. L’hypermarché constitue en effet de la locomotive du centre commercial Bercy 2 situé dans le quartier.

« Avec les CIN, c’est l’esprit métropolitain qui se construit« , se félicite Jean-François Carenco, préfet de la région Île-de-France. « Ce contrat permet également de renforcer les échanges avec la ville de Paris « , pointe pour sa part  Thierry Leleu, préfet du Val-de-Marne.

L’un des sites de l’appel à projets Inventons la métropole

Ce site de 10 de hectares fait aussi partie de la soixantaine de sites retenus dans le cadre du projet Inventons la métropole du Grand Paris, qui vise à inviter des groupements de promoteurs, urbanistes et architectes à réinventer des sites de la métropole. Sur les 10 hectares, 1,25 hectares sont mobilisables à très court terme dans le cadre de cet appel à projet. Voir la fiche très détaillée qui a été réalisée par l’Apur pour dessiner le portrait de ce territoire.

C’est le deuxième CIN signé en Val-de-Marne, après celui du Val-de-Bièvre. Ce jeudi 24 novembre, trois CIN étaient signés dans le Grand Paris. Les autres ont été signé à Clamart (Hauts-de-Seine) et à Argenteuil (Val d’Oise). Deux autres CIN devraient voir le jour en Val-de-Marne,  dans le secteur des Ardoines, à Vitry-sur-Seine, et dans le secteur de Bry, Villiers, Ormesson et Sucy, au niveau des emprises de l’ex-VDO.

signature-CIN-Bercy-Charenton

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
9 commentaires pour Après la Zac Bercy-Charenton, place au CIN Charenton-Bercy
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi