Logements | Charenton-le-Pont | 03/11/2016
Réagir Par

De l’art de reconvertir des bureaux en logements, exemple avec 3F à Charenton-le-Pont

De l’art de reconvertir des bureaux en logements, exemple avec 3F à Charenton-le-Pont
Publicité

90 logements allant du T1 au T3, une façade qui allie le passé tertiaire du bâtiment et la modernité des constructions récentes, et un immeuble creusé pour installer un jardin paysager au cœur des appartements…  L’immobilière 3F a inauguré ce jeudi 3 novembre une nouvelle résidence entièrement recomposée à partir d’anciens bureaux inoccupés à Charenton-le-Pont.

En bordure de l’autoroute A4, le bâtiment court sur 260 mètres et offre une vue plongeante sur la Seine. Construit dans les années 70, l’ancien bâtiment de 9500 m² accueillait des sociétés de services. Aujourd’hui, la moitié des 90 logements est encore disponible à la location. L’ensemble compte principalement des studios et des T2 (87% soit 78 logements), quelques T3 (8 logements, dont 3 réservés à la colocation), 2 T4 et 2 T5. « C’est la première fois que nous faisons une opération de si grande envergure dans d’anciens bureaux » , explique une porte-parole du bailleur social. « Car tous les bureaux ne font pas de bons logements, il faut s’assurer que l’opération soit techniquement faisable tout en tenant compte de nos critères plus traditionnels : la proximité avec les transports en commun, avec des zones commerciales, des services publics, … » , précise-t-elle. Le projet charentonnais comportait aussi quelques contraintes : d’abord, l’obligation de repenser la façade typique et austère des immeubles de bureaux ; ensuite, se protéger des fortes nuisances sonores de la A4 ; ou encore la nécessité de mettre le bâtiment aux normes (désamiantage, sécurité incendie, systèmes de chauffage, …). Une opération chiffrée à plus de 25 millions d’euros et qui aura duré près de 3 ans, de la signature de la promesse de vente à la livraison des premiers logements.

De l’extérieur, difficile d’imaginer des logements cosys derrière l’austère façade installée auparavant sur l’édifice. Une nouvelle façade en béton architectonique a donc été positionnée à 70 centimètres en retrait de l’ancienne façade, avec une finition en bardage bois qui la rend plus chaleureuse. Cet espace crée une séparation entre les deux façades, et donc entre la structure existante du bâtiment et les nouveaux appartements. Ces petites « loggias » accueillent jardinières végétalisées (irriguées par la récupération des eaux de pluies en terrasse), des platelages et des sous-faces. Un triple vitrage protège les habitants des nuisances sonores de l’A4. « Fenêtres fermées, on n’entend rien !« , assureMélanie, installée depuis début octobre dans la résidence et qui loue un T3 pour 1230 euros par mois avec parking. « Dans le privé, et dans la même rue, je n’aurais pas trouvé en dessous de 1500 euros. Avant, je louais un appartement privé qui donnait aussi sur l’A4 et même fenêtres fermées, c’était une catastrophe… » . Un jardin a également été creusé dans l’ancien bâtiment.

Plus de 3 millions de m² disponibles en Île-de-France

La réalisation de Immobilière 3F donne des idées aux élus locaux ou suscite en tout cas leur curiosité. « Comme toutes les villes proches de Paris, nous avons beaucoup de bureaux qui seront peut-être inutilisés un jour« , explique Max Staat, adjoint au maire EELV d’Arcueil Daniel Breuiller, en charge de l’urbanisme et du renouvellement urbain. « A Arcueil, nous n’avons pas encore identifié les immeubles qui pourraient être concernés. Mais c’est intéressant de visiter cette résidence et de commencer à prendre les informations. On ne veut pas être pris au dépourvu le jour où la situation se présente. » La résidence comptera toujours 2500m² réservés aux entreprises, ainsi que 2 commerces de 90m² et un parking souterrain de 68 places. Il a été dessiné par Alain Moatti du cabinet d’architecte Moatti-Rivière.

Selon un rapport de novembre 2014 de l’Observatoire régional de l’immobilier d’entreprise en Île-de-France (Orie), la région parisienne compte l’un des plus importants parc de bureaux en Europe avec 52,8 millions de m² recensés. 3,3 millions de m² de bureaux seraient inutilisés depuis au moins 4 ans. A l’horizon 2030, 5 millions de m² de bureaux devraient être disponibles. Immobilière 3F planche déjà sur deux projets similaires d’une soixantaine de logements chacun à Pantin et Montreuil (Seine-Saint-Denis).

55 bolivar

 

VUE FACADE QUAI AVANT TRAVAUX

55 bolivar

55 bolivar

55 bolivar

 

INAUGURATION-Charenton-3F

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi