Exposition | Accueil Val de Marne (94) Nogent-Sur-Marne | 29/11/2016
Réagir Par

De Nogent-sur-Marne à Grande Synthe, le Récho relie les peuples par la cuisine

Télécharger dans votre calendrier
  • De Nogent-sur-Marne à Grande Synthe, le Récho relie les peuples par la cuisine
  • Du 24 novembre au 15 décembre
  • MJC Louis Lepage 36 boulevard Galliéni
    Nogent-Sur-Marne
  • Gratuit 0 EUR
De Nogent-sur-Marne à Grande Synthe, le Récho relie les peuples par la cuisine © Alice Barbosa

Aller à la rencontre des réfugiés en recourant au langage de la cuisine, tel est le défi relevé par l’association le Récho (Refuge, Chaleur, Optimisme), dont le siège est basé à Nogent-sur-Marne. 

A l’origine du projet, deux amies, Vanessa Krycève et Elodie Hué, toutes deux chefs cuisine indépendantes. L’idée : débarquer dans les camps de réfugiés avec un food-truck, faire à manger sur place et proposer de cuisiner ensemble. « L’objectif est de réduire l’étrangeté de l’autre en s’appuyant sur le langage de la cuisine », explique Elodie Hué. Début 2016, les deux copines étoffent leur équipe et créent l’association à dix filles, dont quatre cheffes cuistot mais aussi des photographes, comédiennes… Leur objectif se précise : s’installer durant un mois sur le camp humanitaire de Grande Synthe, dans le Nord.  Une collecte sur Kisskissbankbank permet de récolter un peu plus de 32 500 euros, de quoi investir dans un foodtruck d’occasion ainsi que des accessoires, tandis que des partenariats sont noués pour récupérer ce qui manque.

C’est ainsi paré, entouré d’une soixantaine d’autres bénévoles, que l’équipage est arrivé au camp de La Linière à Grande Synthe le 15 août, pour en repartir le 7 septembre. A l’époque, un petit millier de réfugiés vivent sur place. Durant trois semaines, les pêchues cuisinières ont confectionné quelques 150 repas chaque midi, installant tables et barbecue autour du camion. L’après-midi, des ateliers cuisine, qui rassemblaient entre 10 et 50 personnes, étaient organisés avec les réfugiés volontaires, pour confectionner entre 250 et 300 repas du soir, mêlant les cultures culinaires autour d’une base végétarienne. « Au début, nous avions surtout des hommes,  les femmes, moins nombreuses, restaient en retrait. Mais progressivement, nous avons été dans les lieux réservés aux femmes et enfants pour lier aussi avec elles, et à la fin du séjour, il y avait une réelle mixité autour de la table. La confiance s’est installée. Les hommes se mettaient même à chanter« , témoigne Elodie Hué. Au sein de cette population, à 80% kurde, les habitudes se prennent, et au bout de quelques jours, le camion, qui tourne sur les différents lieux de restauration du camp, est attendu. « Lorsque nous arrivions le midi, c’était assez calme. Les gens se lèvent tard car ils essaient de passer en Angleterre chaque nuit.  L’ambiance s’animait progressivement. Un jour sur deux, c’étaient eux qui proposaient le menu l’après-midi. Nous avions pris soin de regrouper des épices de leur culture pour pouvoir les réaliser. Certains sont devenus des fidèles et sont venus aider chaque jour. Nous avons beaucoup échangé, en Anglais, en Français, partagé beaucoup d’histoires », détaille Elodie Hué. Pour garder contact, une page Facebook a été créée. Depuis, certains ont réussi à passer en Angleterre. Parmi les plus assidus aux ateliers cuisine, deux ont aussi décidé de rester en France, pour travailler dans la restauration…

Désormais, le Récho s’est fixé un nouvel objectif : faire un tour d’Europe des camps de réfugiés, qui va passer aussi par le nouveau centre de Paris, dans le 18e, peut-être aussi par le futur centre d’Ivry-sur-Seine, avant d’aller en Belgique, en Allemagne… et aussi de repasser par Grande Synthe.

En attendant, l’association donne à voir son travail grâce aux photographies réalisées par Alice Barbosa, l’une des dix membres de l’association, montrant aussi bien les moments de convivialité que les ateliers ou encore une série de portraits polaroids mis en scène par leurs sujets. Une exposition  visible à la MJC Louis Lepage de Nogent-sur-Marne, jusqu’au 15 décembre.

Pour suivre l’aventure du Récho : https://lerecho.com/

Benevoles Recho MJC Nogent Novembre 2016

Un bénévole, Elodie Hué, Alice Barbosa, Vanessa Krycève

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Un commentaire pour De Nogent-sur-Marne à Grande Synthe, le Récho relie les peuples par la cuisine
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi