Environnement | Nogent-Sur-Marne | 27/09/2016
Réagir Par

Déprivatisation des bords de Marne : après Chennevières, ça bouge à Nogent-sur-Marne

Déprivatisation des bords de Marne : après Chennevières, ça bouge à Nogent-sur-Marne
Publicité

L'empêchement d'accéder aux bords de Marne dans plusieurs villes du département, contraire à la loi en dehors de quelques exceptions, agace plus d'un usager. Après Chennevières-sur-Marne, où un promeneur a décidé de mettre les pieds dans le plat, c'est au tour de Nogent-sur-Marne de bouger.

A Chennevières-sur-Marne, où un hôtel a carrément annexé une partie de la rive, un promeneur en colère, Raymond, a écrit à VNF (Voies navigables de France), la région et le département pour protester, obtenant la confirmation par les deux collectivités que cela n’était effectivement pas normal tandis que VNF réagissait en demandant à la ville de Chennevières de s’intéresser à la question. Voir notre article du 12 septembre. « Nous avons encore reçu un courrier de VNF ces jours-ci », confirme-t-on au cabinet du maire de Chennevières, où ce dossier ne figure toutefois pas encore au-dessus de la pile. Depuis, la mobilisation s’organise. Une association, Sucy environnement et transition, qui souhaite, parmi ses actions, développer un circuit pédestre en boucle depuis le pont de Bonneuil-sur-Marne jusqu’au pont de Chennevières,  et une autre personne, qui organise des randonnées en bord de Marne, se sont d’ores et déjà associées au promeneur pour mener des actions communes.

Situation identique à Nogent-sur-Marne

Pendant ce temps là, à Nogent-sur-Marne, Annie Lahmer, conseillère régionale EELV, a également écrit à VNF, à la région et au maire de Nogent, pour dénoncer une situation analogue derrière le chemin de l’île de Beauté, où certaines propriétés vont également jusqu’à la rivière. « Tout ce que je demande est que l’on fasse respecter la loi », indique l’élue. Un état de fait, qui , à Nogent, a une explication historique, indique le maire LR de la ville, Jacques JP Martin. « Historiquement, l’île de beauté était une vraie île, non viabilisée pour avoir des chemins de halage. L’actuel chemin de l’île de Beauté était en effet un bras de la Marne.  Aujourd’hui, le PLU (Plan local d’urbanisme actuel) ne prévoit pas de voie publique à cet endroit car le passage que nous avons aménagé est celui du chemin de l’île de Beauté, mais je suis prêt à discuter avec VNF de la situation et les ai du reste sollicités à cet effet« , précise l’élu. « Il y a quelques années, nous avons eu pour projet de créer une continuité entre la promenade depuis Joinville et le chemin de l’île-de Beauté, en créant un passage en bois au-dessus de la Marne derrière les anciennes cabines de bain, au niveau de l’immeuble (ndlr, du 13-15 bd de La Marne), mais cela a provoqué un tollé général des habitants de l’immeuble et nous avons renoncé« , poursuit l’élu. (Voir article de l’époque sur ce projet).

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

11 commentaires pour Déprivatisation des bords de Marne : après Chennevières, ça bouge à Nogent-sur-Marne
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi