Histoire | Accueil Val de Marne (94) Créteil | 08/12/2016
Réagir Par

Deux rescapés de la déportation ont témoigné auprès des collégiens

Deux rescapés de la déportation ont témoigné auprès des collégiens
Publicité

Ecole après école, collège après collège, Roger Bordage et Maurice Cling, respectivement âgés de 91 et 87 ans, témoignent sans relâche, malgré leur âge, de leur expérience de la seconde guerre mondiale et de la déportation, pour transmettre directement leur parole, leurs souvenirs, aux plus jeunes. 

Ce mercredi 7 décembre encore, ils étaient en préfecture de Créteil pour rencontrer des lycéens et collégiens dans le cadre du Concours national de la résistance et de la déportation dont le thème est cette année : la négation de l’Homme dans l’univers concentrationnaire nazi. Chaque année, les élèves de troisième et des lycées de toute la France sont invités à participer à ce concours,  seuls ou à plusieurs,  à travers des travaux ou des œuvres littéraires, artistiques et audiovisuelles.

Né en 1925, Roger Bordage, résistant, a été arrêté à 17 ans, par la police franquiste en essayant de passer en Espagne avec quelques camarades pour rejoindre les Forces Françaises Libres. Il sera déporté dans le camp de Sachsenhausen où il travaille pour les usines aéronautique Heinkel. «Arrivés dans le camp, nous avons vu la mort dans les yeux des prisonniers. D’abord on vous prive de tous vos effets personnels, ensuite on vous remet un uniforme. Vous n’avez plus de nom, on vous donne un matricule et il faut le connaître par cœur en Allemand. Ensuite, un prisonnier avec un peu de pouvoir, le Kapo, vous apprend à obéir aux ordres en Allemand. C’était du dressage», décrit Roger Bordage, se souvenant que le pouvoir nazi avait estimé à 9 mois l’espérance de vie d’un détenu à raison de travail forcé et de malnutrition. Un système scrupuleusement organisé de «mort par le travail».

Maurice Cling, lui, a été arrêté en mai 1944, alors collégien de quatrième à l’école Lavoisier de Paris. Lui a du porter l’étoile jaune imposée aux Juifs. Interné au camp de Drancy avec son frère et ses parents, il est déporté à Auschwitz puis à Dachau. Il sera seul de sa famille à en revenir.

Malgré les années, les anecdotes des deux rescapés rappellent à ces jeunes qu’ils avait leur âge et leur insouciance dans les années 1940. Les élèves sourient lorsque Roger Bordage rappelle avec quelle impertinence il a répondu à l’officier allemand qui l’interrogeait dans une geôle de Bordeaux, sur ses liens avec la Résistance. «Qu’est-ce que ça peut vous foutre, foutez-moi sur la gueule qu’on en termine!» Des rires aussi lorsque Maurice Cling relate le jour où il a été arrêté en plein contrôle à l’école. Au professeur qui lui demandait ce qu’on lui voulait, le jeune homme répondit qu’il n’en savait rien mais qu’il était bien content de partir…

«Ce qui nous a permis de survivre, c’est l’entraide. Un hiver j’ai été puni et l’on m’a demandé de rester au garde à vous dehors alors qu’il faisait -30 degrés. Je serai mort si mes camarades ne m’avaient pas gardé du pain et des couvertures», se rappelle Roger Bordage.

«C’est quelque chose que l’on ne peut et que l’on ne veut pas oublier, dix ans après mon retour d’Auschwitz, j’ai commencé à témoigner dans les classes pour faire comprendre ce qu’était ce système. Toute ma vie est liée à cette expérience», témoigne Maurice Cling.

«C’est extrêmement fort, la façon dont ils racontent nous permet de nous mettre à leur place, d’éprouver de l’empathie. Je pense que c’est important d’entendre ces personnes qui ont vécu cette période, ça participe du devoir de mémoire», réagit Mattéo, élève de terminale au lycée polyvalent Jean Macé à Vitry-sur-Seine. «Ce-sont des témoignages réels, c’est différent de ce qu’on peut lire dans les manuels d’histoire et c’est plus authentique que ce que l’on voit dans les film», ressent aussi Eolia du collège Henri Matisse à Choisy-le-Roi.

A présent,  des professeurs d’histoire-géographie des établissements scolaires du département vont travailler avec leurs élèves jusqu’au mois de mars pour participer au concours national de la Résistance et de la Déportation. «Les vingts élèves de ma classe sont prêts, ils savent que cela va occasionner du travail en plus mais ils sont consciencieux et après cette rencontre je crois que ça va être beaucoup plus parlant», motive Eloïse Dolley, enseignante au collège Barbusse à Alfortville.

Plus d’informations sur le concours.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

10 commentaires pour Deux rescapés de la déportation ont témoigné auprès des collégiens
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi