Emploi | Orly | 12/01/2016
Réagir Par

Emplois de maintenance Air France à Orly, Laurence Cohen questionne le gouvernement

Emplois de maintenance Air France à Orly, Laurence Cohen questionne le gouvernement © Air France
Publicité

Quelles conséquences va avoir le plan Perform 2020 d'Air France sur les emplois à l'Aéroport d'Orly ? Voilà qui inquiète la sénatrice PCF Laurence Cohen qui vient de poser une question au gouvernement sur la situation de la maintenance aéronautique.

« Un transfert progressif des activités vers Roissy a lieu depuis les années 1990, ce qui représente une perte totale de 1 300 emplois dans la zone d’Orly, sachant que la perte d’un emploi direct induit cinq suppressions d’emplois indirects », pose l’élue, ajoutant « qu’une baie de décapage et peinture, la seule d’Air France, a récemment été supprimée. Cela oblige la société à sous-traiter, notamment en Irlande ».

« En outre, dans le cadre du plan « Perform 2020 », ce sont deux hangars de maintenance qui seraient amenés à fermer. Alors qu’Air France bénéficiait à Orly de tous les atouts possibles en termes d’infrastructures et de savoir-faire, de nombreux salariés s’interrogent sur les politiques en cours. Les activités de maintenance d’Orly sont vitales pour la survie de l’entreprise et nécessiteraient, selon les organisations de salariés, 1 000 nouvelles embauches, accompagnées de formations internes aux métiers concernés », plaide la sénatrice. « Les moyens existent, Air France ayant touché 109 millions d’euros au titre du crédit d’impôt compétitivité emploi« , pointe la parlementaire.

C’est dans ce contexte que l’élue a questionné le gouvernement afin de « connaître son rôle pour garantir la survie de la maintenance aéronautique d’Orly et, de fait, assurer le développement de l’emploi et des activités économiques dans le Val-de-Marne. »

 

 

« Avant, le site de maintenance d’Air France était le premier site industriel du département. Mais progressivement, on rend des hangars et on arrête la grosse maintenance comme par exemple la révision des coques. On externalise dans des filiales ou on délocalise dans d’autres pays comme le Maroc. C’est dommage car nous sommes en train de perdre un savoir-faire qui est précieux dans un aéroport et peut se valoriser auprès des autres compagnies », appuie Francis Martin, délégué CGT de la plate-forme d’Orly.

Dans le cadre de son plan Transform 2020,  Air France vise une baisse annuelle des coûts unitaires de -1,5% par an, soit 650 millions d’euros sur la période 2015-2017. « Pour atteindre cet objectif en prenant en compte l’inflation, le Groupe doit réaliser 1 130 millions d’euros d’économies de coûts sur cette période », motivait le groupe dans son communiqué présentant le plan Perform 2020.  Concernant la maintenance, le groupe précisait comme objectif : « l’ accompagnement de la croissance des activités rentables.« 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags Aéroport d'Orly, Air France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi