Santé | Accueil Val de Marne (94) Saint-Maurice | 30/03/2016
Réagir Par

Inquiétudes sur la polyvalence auxiliaires puériculture/aides-soignantes à la maternité de Saint-Maurice

Inquiétudes sur la polyvalence auxiliaires puériculture/aides-soignantes à la maternité de Saint-Maurice

Le Comité technique d’établissement, qui doit réunir direction et syndicats des hôpitaux de Saint-Maurice se tiendra sous haute tension ce vendredi 1er avril.

La question qui fâche : un projet de polyvalence entre Auxiliaires de Puériculture (AP) et Aides-Soignantes (AS). « Le projet est proposé sans formation qualifiante et diplômante comme c’est le cas dans d’autres maternités« , dénonce David François, délégué CGT. Or il s’agit de deux professions bien spécifiques avec des référentiels d’activités et de compétences différents. Ce projet fait courir un risque de sécurité non négligeable aux bébés et aux mères. Le travail en salle de naissance pour les AS et en suite de couche et néonatalogie pour les AP est très spécifique. »

Le contexte de cette réorganisation qui vise à gagner en souplesse dans les plannings : un nombre d’accouchements qui va croissant, avec notamment l’accueil d’une partie des naissances auparavant prises en charge à l’hôpital Bégin de Saint-Mandé. « Le nombre d’accouchement ne cesse d’augmenter (+26,7% en 5 ans) et l’Agence Régionale de Santé prévoit plus de 3% d’augmentation par an pour les 4 années à venir. Les durées de séjours sont déjà réduites d’un tiers. Pour maintenir le haut niveau de qualité de notre maternité il faut impérativement créer de l’emploi. Les deux postes d’Aides-Soignantes récemment publiés ne suffiront pas. Tous les postes ne sont pas pourvus et il y a un turn-over important des AS en CDD », demande David François.

Lors du Comité Technique d’Etablissement du 10 mars les élus du personnel ont voté à l’unanimité une motion réclament l’arrêt du projet. Le sujet sera à nouvau suyr la table ce 1er avril. « Le CTE n’a qu’un rôle consultatif donc nous n’en attendons pas grand chose« , indique le délégué syndical. De actions pourraient voir le jour comme la distribution de tracts aux usagers, voire le lancement d’une pétition.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi