Grands projets | Territoire T12 | 03/04/2016
Réagir Par

Un Contrat d’intérêt national pour la vallée scientifique de la Bièvre

Publicité

Le Contrat d'intérêt national (CIN) de la Vallée scientifique de la Bièvre, devrait être prochainement signé entre l'Etat, les collectivités locales  et les grands acteurs scientifiques du secteur. 

Le CHU du Kremlin-Bicêtre à la sortie de Paris (lié à l’université Paris Saclay), l’Institut Gustave Roussy de Villejuif, parmi les premier pôles européens de soin et de recherche contre le cancer (également en collaboration avec Paris Saclay), plusieurs centres de l’Inserm, des établissements des laboratoires Sanofi, le Centre Chirurgical Marie Lannelongue (CCML) au Plessis-Robinson,  le Centre des sciences du vivant du CEA de Fontenay-aux-Roses… autant d’institutions dédiées à la recherche santé dans le sillon de la Bièvre, comme une étape avant l’Essonne et les pôles de Saclay et Evry où convergent le siège de l’université Paris Saclay, les campus de Polytechnique, Centrale, ENS Cachan… mais aussi des centres de l’Inserm, du CNRS, le CEA, le genopole..

Avant le CIN, le CDT

Une thématique scientifique fédératrice que les villes concernées ont traduite, dès la fin des années 1990, par la création d’une Conférence territoriale de la Vallée Scientifique de la Bièvre, dans le  prolongement de réflexions conduites par le Conseil de développement du Val-de-Marne et l’ENS de Cachan, puis par la signature d’un CDT commun, Campus sciences et santé,  en octobre 2013. Destinés à doper les logements autour des futures gares du Grand Paris Express, les CDT (Contrats de développement territorial) avaient été initiés en même temps que le projet de métro périphérique. Signés entre l’Etat et plusieurs villes, ils planifient un quota de logements et fixent des objectifs de développement économique et urbain sur du moyen terme, à partir d’une vision partagée par plusieurs communes – lorsque cela est possible. Sur la vingtaine de CDT prévus dans le Grand Paris,  Campus sciences et santé fut le premier signé, témoignant de la volonté des villes d’avancer sur le sujet. Quasi-exclusivement val-de-marnais, le CDT Campus sciences et santé comprend à la fois les 7 villes de l’ancienne communauté d’agglo du Val-de-Bièvre (Arcueil, Cachan, Fresnes, Gentilly, L’Haÿ-les-Roses, Le Kremlin-Bicêtre et Villejuif) ainsi que Bagneux (Hauts-de-Seine), il s’inscrit dans un Schéma de développement territorial (SDT) plus large englobant le Val de Bièvre côté Hauts de Seine. Il s’inscrit également dans le Grand Paris multipolaire annoncé fin 2015 par Manuel Valls. Lors de la création des territoires de la Métropole du Grand Paris (MGP), la question fut posée de constituer un territoire dédié à la Vallée de la Bièvre, comprenant à la fois ses composantes Val-de-Marne et Hauts-de-Seine, mais la proposition ne fit pas florès du côté des Hauts-de-Seine.

Le CIN fixera la méthode

Imaginés par Thierry Lajoie, président de Grand Paris Aménagement (exAgence foncière et technique de la région parisienne – AFTRP) dans un rapport  rendu en septembre 2015,  les CIN ont pour objectif de fixer la méthode pour que collectivités, institutions et Etat travaillent ensemble à l’aménagement du territoire, en s’accordant sur les opérateurs, les méthodes de gouvernance et les outils de l’Etat sollicités. Perçus de manière moins coercitive que les OIN (Opérations d’intérêt national, dans lesquelles l’Etat prend la main sur la maîtrise des sols) par les collectivités, ils peuvent contenir en leur périmètre une OIN sur un site spécifique. Ce sera le cas du CIN Pôle santé / Vallée scientifique de la Bièvre qui comprendra une OIN sur la zac Campus Grand Parc de Villejuif. Le planning est déjà fixé. Le CIN qui devrait être signé en mai portera sur une première phase concernant la période 2016-2022, indique la préfecture de région Paris Ile-de-France dans un communiqué faisant suite au comité de pilotage de ce CIN, le premier examiné en Ile-de-France. Un tempo qui correspond à la date de mise en service de la ligne 15 Sud du Grand Paris Express.

Développements universitaires et hospitaliers et opérations d’urbanisme

Concrètement, le CIN aura pour objectif de développer un pôle de santé de rayonnement international en s’adossant « aux acteurs universitaires, hospitaliers ainsi qu’aux grandes opérations d’urbanisme du territoire », explique la préfecture. Concernant l’université, est concernée Paris Saclay, via le pôle santé de l’université Paris Sud, avec notamment l’extension de la faculté de Bicêtre et la construction d’un Pôle universitaire interdisciplinaire de santé (PUIS) au sein de la ZAC (future OIN)  Campus Grand Parc de Villejuif. Concernant les hôpitaux,  l’Institut Gustave Roussy est en première ligne, qui constitue le noyau dur de la zac Campus Grand Parc de Villejuif (future OIN). L’IGR prévoit de poursuivre son extension en repensant l’installation de ses activités de recherche pour les associer aux activités pré-cliniques. Il installera également un bioparc de 10 000 à 15 000 m2 (dans sa première phase) pour accueillir de l’activité économique, en complément de l’hôtel d’entreprises Villejuif Biopark déjà existant,  et en articulation avec la réalisation du bioparc adossé au pôle du CEA à Fontenay-aux-Roses. Le CIN vise aussi « le renforcement des plateformes utiles au développement de la recherche académique et privée, avec les projets initiés sur le centre CEA de Fontenay-aux-Roses (infrastructures nationales en biologie/santé du PIA Idmit et Neuratris) et par Gustave Roussy (réalisation de la nouvelle plateforme préclinique PRECAN)« , précise la préfecture. Les opérations d’urbanisme, elles, consisteront à développer de nouveaux morceaux de ville en associant équipements économiques, scientifiques et publics tout en boostant le logement au passage pour répondre aux objectifs en la matière. Est principalement concernée la commune de Villejuif avec l’OIN Campus Grand Parc sur 80 hectares. Voir article détaillé.

Les membres de ce premier  CIN seront l’État, le territoire T12 (Grand Orly Val-de-Bièvre Seine-Amont), les villes de Villejuif, Le Kremlin-Bicêtre, Cachan et Chevilly-Larue,  la Conférence des projets de la Vallée Scientifique de la Bièvre, la région Île-de-France, le département du Val-de-Marne, le pôle santé de l’Université Paris-Saclay, le CEA (Commissariat à l’énergie atomique),  l’Inserm, l’Institut Gustave Roussy de Villejuif, l’APHP (en particulier l’hôpital Bicêtre), le Centre chirurgical Marie-Lannelongue (CCML), l’association Cancer Campus, la Sadev94, la CCI du Val-de-Marne, le groupe Sanofi, le pôle de compétitivité régional MEDICEN et l’ARS (Agence régionale de santé) d’Île-de-France.

 

 

A lire aussi :

Sadev94 restera aux commandes de l’Opération d’intérêt national (OIN) Villejuif Campus Grand Parc

Manuel Valls dessine son Grand Paris multipolaire

CDT Campus sciences et santé: le Val de Bièvre s’engage sur quinze ans

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi