Initiative | Cachan | 20/09/2016
Réagir Par

L’association Cachan Soleil veut créer une centrale solaire citoyenne

L’association Cachan Soleil veut créer une centrale solaire citoyenne © Federico Rostagno
Publicité

Une centrale solaire citoyenne en ville, telle est la proposition de l'association Cachan Soleil. Comment ça marche ? En  équipant les toits des maisons de panneaux photovoltaïques pour

revendre l’électricité produite au réseau général d’énergie, le tout chapeauté par une société de type coopérative où chaque citoyen impliqué a son mot à dire. Pour présenter son projet, l’association organise une réunion publique ce vendredi 23 septembre, à 20 heures à la Maison Cousté.

« C’est un projet qui suit une méthodologie précise, celle de la charte des centrales villageoises » , explique Benjamin Blanc, président de l’association Cachan Soleil et à l’initiative du projet. « Et c’est ce qui fait sa force : c’est un modèle qui marche déjà dans une vingtaine de villes en France. En Ile-de-France,   5 sont en projet aux Lilas, à Ville-d’Avray, à Paris (2) et  nous l’espérons à Cachan. L’idéal serait d’être prêt, tous au même moment, pour mutualiser les achats » , précise Benjamin Blanc qui a déjà rencontré des élus locaux pour évoquer le projet et qui sera reçu le 3 octobre par le maire PS de Cachan, Jean-Yves Le Bouillonnec.

« L’idéal serait de ne bénéficier d’aucune subvention publique »

« Mais l’idéal serait de ne bénéficier d’aucune subvention publique. L’investissement des particuliers est le modèle sur lequel repose ces centrales. Il faut préciser que le but n’est pas de gagner de l’argent, mais plutôt d’en économiser. Plusieurs habitants du quartier des Lumières, où est née cette idée, se sont montrés déjà intéressés » , reprend le président de Cachan Soleil. Coachés par l’association Energie Partagée, les centrales villageoises essaiment en France ces derniers mois : une cinquantaine de projets sont en gestation, et de plus en plus dans la partie nord de la France. Le projet de Cachan, lui, en est encore au stade embryonnaire : « il y a beaucoup de travail, d’un point de vue juridique, mais aussi d’un point de vue technique. On veut d’abord montrer aux Cachanais que le projet est réalisable » .

 

 

Concrètement, l’équipement d’une dizaine de toits équivaut à environ 300000 euros de travaux, et génère 114000Kw/h par an… dans les régions les plus ensoleillées de France. Plus d’informations sur la démarche centrales villageoises en ligne. Pour Cachan, rdv est donné à la Maison Cousté ce vendredi 23 septembre à 20 heures.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans , avec comme tags Cachan, Energie solaire, Initiatives, nature

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi