Publicité
Publicité: Forum Export 94
Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
Politique locale | Fontenay-sous-Bois | 04/12/2016
Réagir Par

Laurence Abeille joue le rassemblement no logo à Fontenay – Saint-Mandé – Vincennes

Publicité

Tenter le rassemblement de la gauche et des écologistes au-delà des partis politiques, tel est le pari de Laurence Abeille, députée EELV sortante de la 6e circonscription du Val-de-Marne, pour conserver son siège en 2017. Entretien.

C’est dans un mini restaurant bio de Vincennes, à deux pas du château, que la députée  écologiste a tenu sa conférence de presse de lancement de campagne ce jeudi 1er décembre, en compagnie de son suppléant Franck-Olivier Torro, président de l’association des Jardins suspendus et parmi les initiateurs de Vincennes en transition. Aux côtés également de ses soutiens actifs, dont quelques PS ou ex-PS…

En 2012, la députée a créé la surprise en remportant la circonscription de Vincennes Saint-Mandé Fontenay-sous-Bois, à droite depuis des dizaines d’années. Une victoire arrachée à moins de 1% d’écart de voix avec son concurrent, le député-maire sortant de Saint-Mandé, Patrick Beaudouin (LR), portée par une alliance dès le premier tour avec le PS et une vague rose puissante.

Durant ces cinq années à l’Assemblée, la députée a savouré quelques victoires, faisant voter une loi sur les ondes électromagnétiques ou certains amendements comme la végétalisation des toits plats des centres commerciaux. Elle a aussi encaissé des déceptions, vu des propositions rabotées dans leurs ambitions. Par rapport à la ligne du gouvernement, la députée s’est sensiblement éloignée au cours du mandat, allant jusqu’à voter contre certaines lois (déchéance de la nationalité notamment). Elle fait ainsi partie des parlementaires qui ont voté les motions de censure de gauche contre le recours au 49.3 pour faire passer la loi Travail.

En 2017, le contexte est pour le moins différent de celui de 2012. François Fillon, plébiscité par les participants aux primaires de droite, s’annonce grand favori de la présidentielle, et la vague bleue qui a changé de couleur beaucoup de collectivités locales depuis les municipales de 2014 puis les départementales et régionales de 2015, ne semble pas prête de se retirer. Un contexte nettement plus favorable à Patrick Beaudouin qu’en 2012, lui qui est un fervent soutien de François Fillon depuis le tout début des primaires. Autre changement, Laurence Abeille ne bénéficie plus, en tout cas pour l’instant, du soutien du PS, lequel s’apprête à investir Patrice Bédouret, secrétaire de la section PS de Fontenay-sous-Bois et ex-candidat aux municipales. D’ici début décembre, le collectif local de soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon devrait aussi investir un candidat qui respectera la charte législative de la France insoumise (qui prévoit notamment le respect d’une discipline de groupe dans le cadre des votes à l’Assemblée nationale). Une gauche éparpillée donc, qui reflète les dissensions au niveau national. Certes, la droite et le centre ne sont pas non plus unis dans cette circonscription, avec d’un côté Patrick Beaudouin (LR), qui revendique sa légitimité d’ancien député, et de l’autre Gildas Lecoq (UDI), qui défend le renouveau.

Le défi de la « repolitisation »

Dans ce contexte, et en l’attente de potentiels accords avec le PS, le Front de Gauche ou d’autres mouvements, la députée sortante table sur une campagne ouverte et concrète, en expliquant son travail parlementaire sur le terrain. « Il y a un fossé complet entre les citoyens, même ceux qui sont impliqués dans les associations, et le parlement. Depuis le début de ma mandature, j’organise des conférences débat thématiques pour expliquer ce que je fais, mais il faut aller encore plus loin. Si je suis réélue, j’aimerais par exemple proposer des initiatives pour inviter les gens à prendre part à la construction de la loi, proposer des amendements. Cela leur permettrait de mieux comprendre comme fonctionne la mécanique parlementaire, les rapports de force, les conditions de recevabilité…« , détaille la députée sortante. Pour « repolitiser » les citoyens, au-delà de l’esprit partisan, Laurence Abeille a choisi de faire équipe avec un néophyte de la politique, un de ces associatifs qu’on flèche désormais comme « société civile », dans les listes de candidats. Place donc à Franck-Olivier Torro, Vincennois tout juste quadra. Longtemps en charge d’animer le réseau de distribution des journaux du groupe Le Monde et aujourd’hui à son compte pour développer une micro-brasserie locale, il n’a jamais été encarté, même s’il se sent « plutôt à gauche et écolo ». Pour ce végétarien convaincu, l’investissement citoyen est passé par l’associatif, d’abord en initiant des jardins partagés grâce à l’association Les jardins suspendus, en poursuivant ensuite avec Vincennes en transition.

Franck-Olivier Torro

Ce passage au politique ne risque-t-il pas d’être perçu comme une récupération? « Lorsque j’ai annoncé la nouvelle au sein de mon association, certains l’on mal pris. Il y a un rejet du pouvoir centralisé. Les gens veulent agir mais pas qu’on leur dise comment. Ils se méfient beaucoup », reconnaît Franck-Olivier Torro. « Il y a une réelle tension mais si nous réussissons à expliquer, il peut en naître quelque chose de très intéressant, de constructif. A nous d’expliquer en quoi nous avons besoin de législation« , motive Laurence Abeille, qui envisage une campagne sans logo, même si la question des modalités de communication autour des étiquettes politiques n’est pas encore tranchée.

Le défi du rassemblement

Au-delà du défi de repolitisation du premier cercle des sympathisants, reste aussi à élargir l’assiette électorale à toutes les sociétés de la circonscription, des personnes âgées aux jeunes des quartiers. Sur ce plan, la parlementaire entend s’appuyer sur les liens créés au fil de la mandature, tant avec les anciens combattants que les associations militant pour diverses causes. Elle discute aussi avec les listes citoyennes locales, à l’instar du groupe Fontenay Citoyen, même si aucun accord n’a été conclu avec eux. « En 2012, nous avons soutenu Laurence Abeille et contribué à sa victoire. Durant son mandat, nous avons été déçus sur plusieurs points. Elle ne s’est par exemple jamais exprimée sur le contrôle au faciès, contrairement à la sénatrice Esther Benbassa, et a été davantage présente sur des questions comme les ondes électromagnétiques ou le foie-gras. Nous aurions aussi souhaité qu’elle vote la motion de droite contre le recours au 49.3 pour la loi Travail, c’était la seule qui pouvait aboutir. Nous avons néanmoins apprécié son travail avec les associations locales« , commente Nassim Lachelache, adjoint au maire Fontenay Citoyen, qui précise que pour l’heure, le groupe n’a pas pris de position par rapport aux législatives.

L’élue sortante a aussi lancé un « appel au rassemblement des forces de gauche, écologistes, démocrates et citoyennes » et bénéficie du soutien officiel de plusieurs PS, à l’instar de Philippe Leray, conseiller d’opposition à Saint-Mandé, ou d’ex PS comme Bernard Touati, qui a quitté le parti à la rose il y a deux ans et prévoit de créer un comité de soutien local, ou de Michel Morzière à Fontenay. Au PCF, quelques personnalités locales très connues à Fontenay, lui ont rendu une visite amicale lors de ses premières réunions, sans toutefois avoir officiellement rejoint la liste des signataires à l’appel au rassemblement. « Laurence Abeille est aujourd’hui la seule qui puisse rassembler suffisamment pour que la circonscription reste à gauche en 2017« , plaide Bernard Touati.

Les premiers signataires de son appel au rassemblement : Dominique Bargas (Fontenay), Yves-Marie Chenot, Bernard Touati (Saint-Mandé), Marion Perret-Blois (Fontenay), Pierre Jourdan (Saint-Mandé), Florian Bévoud (Fontenay), Philippe Cornelis (maire-adjoint de Fontenay), Sophie Cluzeau (Fontenay), Fabienne Binher (Maire adjointe EELV de Fontenay), Christophe Ribet, militant écologiste, Caroline Lahmek, association Pixiflore, Hélène Hary, militante associative, Colette Serent, Martine Heilmann, associative à Fontenay, Michaël Maire (EELV Vincennes), Marc Brunet (adjoint EELV à Fontenay), Michel Morzière (militant associatif, ex PS), Loïc Jugue (Fontenay), Anne-Marie Xambeu (Fontenay), Muriel Hauchemaille (Vincennes), Michel Tabanou (Fontenay socialiste, ex PS), Patrick Conan (Fontenay), Gabriel Sampaio (secrétaire local EELV Saint-Mandé Vincennes), Anne Vienney (Fontenay), Brigitte Arthur (Saint-Mandé), Pierre Viénot (Fontenay).

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement
et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
16 commentaires pour Laurence Abeille joue le rassemblement no logo à Fontenay – Saint-Mandé – Vincennes
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *