Publicité
Publicité : WELCOME 94 - l'évènement 2019 pour les entrepreneurs du Val-de-Marne
Gouvernance | Territoire T10 | 15/01/2016
Réagir Par

Le Conseil de territoire T10 s’installe ce vendredi 15 janvier

Le Conseil de territoire T10 s’installe ce vendredi 15 janvier
Publicité

Après le T12 (Grand-Orly Val-de-Bièvre Seine-Amont), installé ce mardi 12 janvier dans la bonne humeur à Vitry-sur-Seine, c’est au tour des 90 conseillers territoriaux de l’EPT 10 (13 villes riveraines du Bois de Vincennes ou de la Marne, à l’Est du département) d’élire leur exécutif ce vendredi 15 janvier à 15 heures en mairie de Champigny-sur-Marne.

Ici encore, peu de suspense sur le nom du futur président. 11 des 13 villes ayant une majorité de droite dont 9 avec des maires LR, la question s’est réglée en amont. Ce qui ne veut pas dire que les choses ont été simples, plusieurs maires étant candidats au départ.

Pour rappel, les 13 villes du T10 sont : Bry-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Charenton-le-Pont, Fontenay-sous-Bois, Joinville-le-Pont, Le Perreux-sur-Marne, Maisons-Alfort, Nogent-Sur-Marne, Saint-Mandé, Saint-Maur-des-Fossés, Saint-Maurice, Villiers-sur-Marne et Vincennes. Le T10 est l’un des 12 territoires de la Métropole du Grand Paris. Il est gouverné par 90 élus territoriaux issus des conseils municipaux des villes membres.

Jacques JP Martin devrait être élu président

Jacques-JP-MartinIn fine, le consensus s’est fait autour de la personne de Jacques JP Martin, maire LR de Nogent-sur-Marne, également président du Sipperec, l’élu a à son actif d’avoir été président de Paris Métropole en 2011, parmi les premiers maires de droite à intégrer ce syndicat d’étude initié par le maire de Paris en 2009 pour faire dialoguer ensemble la capitale et sa banlieue, et d’être le président de la communauté d’agglomération la plus importante du territoire qui n’en compte que deux, celle de Charenton – Saint-Maurice et celle de Nogent – Le Perreux. L’élu avait aussi fait campagne pour la métropole du Grand Paris avant de jeter l’éponge en vue de présider le T10. La venue de Patrick Ollier, député-maire LR de Rueil-Malmaison,  à ses voeux samedi dernier, quelques jours avant la primaire pour la présidence de la métropole du Grand Paris qui le départageait de Gilles Carrez, député-maire LR du Perreux-sur-Marne, a en revanche un peu fait grincer des dents. Entre les maires PCF de Champigny et Fontenay, et les élus LR et UDI, qui se connaissent bien, le dialogue est également établi dans de bonnes conditions depuis des années et l’ambiance devrait donc être aussi cordiale que lors de l’installation du T12. « Je proposerai une gouvernance partagée, dans l’esprit de Paris Métropole », promet le maire de Nogent.

A Champigny, François Cocq dénonce la gouvernance gauche-droite

Francois CocqUne gouvernance partagée, plébiscitée par les élus et qui semble s’imposer d’évidence sur les différents territoires de la métropole, mais qui a aussi quelques détracteurs. François Cocq, maire adjoint PG de Champigny-sur-Marne et conseiller territorial du T10, la dénonce dans une tribune cosignée avec Gabriel Amard (PG). « Le mélange des genres affiché dans ces intercommunalités, en effaçant toute majorité et donc toute opposition, développe la confusion chez l’électeur. Les mêmes qui feignent de s’opposer localement pourraient donc se retrouver dans la collégialité dans les EPCI ? Pour justifier ces alliances de circonstance, ils évoquent la nature de ces nouvelles intercommunalités : il faudrait selon eux que toutes les communes soient représentées dans leur diversité dans un exécutif pluraliste. Dire cela, c’est abandonner l’idée même de regroupements volontaires ou de projets, comme pouvaient l’être les intercommunalités issues des lois de 1992 ou 1999, au profit des découpages autoritaires de la loi NOTRe qui se font au service de la compétitivité et de l’efficience libérale. C’est aussi nier la logique des rapports de force qui structurent la politique comme nous l’a enseigné Machiavel. C’est enfin acter que les communes ne sont plus des lieux de souveraineté dès lors que ce qui peut se décider collectivement au sein de l’EPCI doit pouvoir s’imposer à la commune. Les mêmes arguent enfin que ces collectivités ne sont pas élues directement par les citoyens et ne représentent pas donc pas des cadres dans lesquels se dessineraient une majorité et une opposition. C’est prêter le flanc à ce que s’installe dès 2020 une double légitimité issue du scrutin direct entre les communes et les EPCI. C’est surtout nier aux citoyen-ne-s qui les ont élu-e-s dans leur ville la dimension de leur choix. C’est aussi s’arroger deux interprétations opposées du mandat qui leur a été confié en fonction de la structure dans laquelle il s’applique. Si tel devait être le cas, nous exigerions en tant que citoyens de voter à nouveau pour l’EPCI quand notre vote communal est ainsi détourné !« , dénoncent les deux membres du PG.

« Au sein des Conseils de territoire, les élus d’opposition des villes vont devoir avaler des couleuvres » pointait pour sa part il y a quelques semaines Gildas Lecoq, conseiller d’opposition UDI de Fontenay-sous-Bois, à l’époque élu au Conseil territorial. (il a démissionné depuis car cette fonction n’était pas compatible avec sa fonction de directeur de cabinet de la ville de Vincennes)

Un territoire à l’étroit ?

Peuplé de 502 700 habitants répartis dans 13 villes, le territoire T10 de la Métropole du Grand Paris a déjà commencé à travailler ensemble sur une large partie de son territoire (sa totalité moins Saint-Maur-des-Fossés et Maisons-Alfort) au sein de l’Actep (Association des élus de l’Est parisien), qui réunissait à la fois des villes du Val-de-Marne et de Seine-Saint-Denis (Rosny-sous-Bois, Neuilly-Plaisance, Neuilly-sur-Marne…). Un territoire élargi dont les élus auraient souhaité qu’il conserve son intégrité en tant qu’EPT mais qui s’est retrouvé coupé en deux, à la fois pour respecter les frontières départementales et pour caser dans un territoire les quelques villes isolées de Seine-Saint-Denis. Avec les villes du 93 en moins, Saint-Maur et Maisons-Alfort en plus, c’est donc un nouveau périmètre que devra s’approprier ce T10. Un périmètre un peu à l’étroit par rapport à ses voisins, même s’il dispose de quelques réserve foncière, du côté notamment de l’ex VDO (partagée entre T10 et T11) et du secteur Bry-Villiers-Champigny, et qui devrait se tourner à nouveau au-delà des limites du département, du côté du T9 dont plusieurs villes ont signé un Contrat de développement territorial avec des villes du T10 (le CDT Marne et Bois) et aussi du côté de la Seine-et-Marne (Marne la Vallée, Chelles…).

Séance d’installation

Le premier Conseil de territoire T10 se tient en mairie de Champigny à 15 heures ce vendredi 15 janvier. La séance est publique.

A lire aussi : 
Les 90 conseillers territoriaux, par ville, du territoire T10
Métropole du Grand Paris mode d’emploi
Retour sur le Conseil d’installation du T12 à Vitry

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

6 commentaires pour Le Conseil de territoire T10 s’installe ce vendredi 15 janvier
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi