Entreprendre | Val de Marne | 17/11/2016
Réagir Par

Les défis de Nicole Richard, nouvelle présidente de la Chambre des métiers du Val-de-Marne

Alors que Jean-Louis Maître, 66 ans et président de la Chambre des métiers et de l’artisanat (CMA) du Val-de-Marne depuis 16 ans, ne se représentait pas pour un nouveau mandat, c’est Nicole Richard, 53 ans, coiffeuse, gérante du salon Reflets de Coiffure à Fontenay-sous-Bois, qui a été élue à l’unanimité du nouveau bureau, ce lundi 7 novembre pour répondre aux préoccupations des 19 788 entreprises artisanales du département. 

Déjà engagée au sein de la CMA94 depuis dix ans, Nicole Richard était précédemment secrétaire du bureau durant sa deuxième mandature après d’abord présidé la commission formation professionnelle, qui reste l’une de ses priorités.

Formation des apprentis : des filières complètes

« C’est un sujet qui me tient très à coeur. J’ai commencé comme apprentie il y a 37 ans et racheté le salon pour lequel je travaillais il y a 16 ans. Aujourd’hui, tous mes salariés ont commencé comme apprentis et j’espère que je pourrais transmettre mon entreprise comme on me l’a transmise », témoigne-t-elle. Pour former les apprentis artisans du département, la Chambre des métiers et de l’artisanat s’appuie sur son CFA (Centre de formation des apprentis), qui comprend 6 filières (coiffure, esthétique, plomberie, électricité, art floral et vente) et peut accueillir un millier d’étudiants. « Et depuis cette année, nous avons obtenu deux nouveaux BTS en esthétique et coiffure, ce qui nous permet de disposer de filières complètes. Un jeue qui arrive chez nous peut ainsi y effectuer l’ensemble de son parcours« , indique la nouvelle présidente.

Réorganiser le Centre de formalités des entreprises

Au-delà de la formation, Nicole Richard entend également s’attaquer à la réoragnisation du CFE (Centre de formalités des entreprises). « Il est important de disposer d’un service performant pour accompagner les artisans dans leurs démarches d’inscription, de ne pas les faire attendre », insiste la nouvelle présidente, et aussi de bien communiquer pour qu’ils sachent que l’on est  leur service, d’accompagner ceux qui souhaitent s’insaller mais ne savent pas comment s’y prendre, notamment par des études de marché, et aussi de les mettre à l’honneur. » Parmi les outils de la CM94 pour valoriser ses artisans : la charte qualité, que la présidente souhaite continuer à pousser. « J‘ai cette charte qualité depuis dix ans et elle m’a beaucoup aidée en me permettant de progresser sur la formation des personnels, le matériel, le confort du client« , motive l’élue.

Maintenir le budget dans le contexte métropolitain et de resserrement des budgets des collectivités locales

Autre enjeu de taille : les finances. Alors que le soutien de l’artisanat n’est du plus du ressort du Conseil départemental, la Chambre des métiers va devoir composer sans la subvention de 100 000 euros qui lui était accordée, et essayer de récupérer l’équivalent auprès de la région. En outre, les collectivités locales, qui ont toutes vu leur dotation de l’Etat réduite, ont chacune pris des mesures d’économie. « Auparavant, nous organisions le Salon des métiers d’art en partenraiat avec la ville de Saint-Maur mais désormais, nous le prenons en charge à 100% », indique la nouvelle présidente.

Jean-Louis Maître : « Je resterai toujours un soutien de la CMA »

maitrePrésident de la CMA pendant près de 17 ans, et élu pendant 30 ans, Jean-Louis Maître, ne peut figurer dans l’exécutif de la chambre, ayant dépassé la limite d’âge, mais restera impliqué auprès du monde artisan. « Je serai toujours un soutien de la CMA et je reste vice-président national de la Mutuelle de retraite des artisans », indique l’ancien patron de la chambre, qui a vu la construction du CFA et conduit celle de son extension. Pour lui aussi, la formation des apprentis constituait un axe essentiel. « Nous avons visité tous les collèges pour présenter la formation des apprentis, à raison de 50 à 55 collèges chaque année« , se rappelle-t-il. Ses autres souvenirs marquants, parmi tant d’autres :  « La lutte contre la désertification des centres-villes en travaillant avec les communes pour installer des nouveaux commerces de bouches, les salons des métiers d’art… »

Composition complète du nouveau bureau

Au cpomplet, 25 lus  ont été installés pour cinq ans au Conseil d’adminsitration de la CMA 94, dont 10 sont membres du bureau :
• Présidente : Nicole Richard, coiffeuse, dirigeante de Reflets de coiffure à Fontenay-sous-Bois.
• 1e vice-président : Stéphane Lajoie, boucher, dirigeant de Boucherie del Païs à Thiais.
• 2e vice-président : Rachid Bouchama, plombier chauffagiste, dirigeant de Sistec à Villejuif.
• 3e vice-président : Philippe Debouzy, réparateur automobiles, dirigeant des Etablissements Debouzy à Noiseau.
• Trésorier : Serge Vormese, artisan taxi à L’Haÿ-les-Roses.
• Trésorier adjoint : Richard Céroni, maçon, dirigeant de l’Entreprise Céroni et Fils à Santeny.
• Secrétaire : Bruno Léger, bouchier-charcutier-traiteur, dirigeant du Plessis Gourmand au Plessis-Trévise.
• 1er secrétaire adjoint : Ludovic Grimont, boulanger-pâtissier, dirigeant de La Nogentaise à Nogent-sur-Marne.
• 2e secrétaire adjoint : Frédéric Godebert, plombier chauffagiste, dirigeant de F G Couverture à Choisy-le-Roi
• 3e secrétaire adjoint : Philippe Rigoutat, fabricant de hautbois et cors anglais, dirigeant de Rigoutat et Fils à Saint-Maur-des-Fossés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *