Santé | Accueil Val de Marne (94) Villeneuve-Saint-Georges | 04/07/2016
Réagir Par

L’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges assainit ses finances mais reste fort endetté

L’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges assainit ses finances mais reste fort endetté

La Chambre régionale des comptes a rendu public son rapport d’observations sur la gestion de l’hôpital public intercommunal de Villeneuve-Saint-Georges, le CHIV Lucie et Raymond Aubrac.

Cette étude consistait à vérifier si les 13 recommandations préconisées à l’issue d’un précédent rapport publié en 2012, portant principalement sur des questions financières et comptables,  avaient été suivies d’effet. En avril 2014, un document sur la dette des établissements publics de santé avait en effet relevé que le CHIV était l’un des centres hospitaliers de la région les plus endettés parmi ceux disposant d’un chiffre d’affaires  supérieur à 70 millions d’euros. Les conclusions de ce nouveau rapport sont positives, même si quelques recommandations n’ont été à ce stade que partiellement suivies. Il apparaît notamment que le CHIV est sur le point de se désengager totalement de ses emprunts toxiques et que ses reports de charge, qui dépassaient les 0,5%, est en passe de revenir en-deçà du seuil d’alerte de 0,2%

L’endettement reste en revanche important, en raison de la réhabilitation-extension de l’hôpital et de la création de son pôle femme-enfant. La Chambre régionale des comptes avait pointé en 2014 que le financement de l’opération serait difficile à réaliser, compte tenu de la situation financière de l’établissement, et avait recommandé à l’établissement de veiller à ce que son plan de financement s’articule avec le plan global de financement pluriannuel, afin de mettre en adéquation sa capacité de financement. « Or, l’endettement a fortement progressé au cours de la période examinée, pointe le rapport. Aussi, compte tenu de la faiblesse de la CAF brute, telle qu’indiquée dans ce tableau, la CAF nette se retrouve donc négative, de manière non négligeable. » Si cette recommandation n’a pas été suivie, elle est néanmoins devenue sans objet car entre temps, le pôle femme-enfant a été réalisé. Il ne s’agit donc plus d’un projet puisque l’investissement a été mené à bien.

Le CHIV Lucie & Raymond Aubrac sert 350 000 habitants du Val-de-Marne et de l’Essonne en gastroentérologie, gériatrie, maladies infectieuses, ophtalmologie, chirurgie ORL et
maxillo-faciale, obstétrie. Avec l’ouverture récente de son nouveau pôle femme-enfant (PFE), l’établissement s’est fixé pour objectif de passer progressivement de 2 500 à 3 000 accouchements annuels. En 2014, pour une capacité de 555 lits et places actifs, le CHIV a réalisé 164 570 journées d’hospitalisation, presqu’autant de consultations externes (hors urgences), soit 130 000 et il a enregistré près de 91 000 passages aux urgences, chiffre le rapport. L’établissement compte 1 933 agents, dont 295 médecins, pour un budget de 147 M€.

Télécharger le rapport 2016

Télécharger le rapport de 2012

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Cet article est publié dans avec comme tags CHIV, Emprunts toxiques, Essonne, Hôpital,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi