Société | | 02/10/2016
Réagir Par

Nogent-sur-Marne sort la carotte et le bâton pour éduquer à la propreté

Nogent-sur-Marne sort la carotte et le bâton pour éduquer à la propreté

“887 tonnes de déchets par an. Dépôt sauvage, ça suffit !” Voilà le coup de gueule de la ville de Nogent-sur-Marne. Pour illustrer son propos auprès des habitants, la commune a dressé durant quelques jours une installation spectaculaire sur la place de la mairie, donnant à voir l’intégralité des objets ramassés dans les rues en une semaine, des canapés aux vieux matelas en passant par le frigo défaillant.

Ironie du sort, certains habitants ont du reste profité de ce tas géant pour y glisser une vieille étagère, quand d’autres au contraire y récupéraient un objet… “Le ramassage des dépôts sauvages représentent l’équivalent de 1,3 tonne par jour”, indique M. Roussel, de l’entreprise Nicolas, en charge du ramassage des encombrants. “Depuis la mise en place de la collecte des encombrants  sur RDV, cela a permis de réduire de 40% le tonnage de ce ramassage organisé, car auparavant, les gens qui savaient qu’il y avait ramassage des encombrants dans tel ou tel quartier venaient exprès y déposer leurs affaires. Cela n’empêche pas en revanche le dépôt sauvage à tout moment, surtout dans certains sites comme les impasses un peu discrètes”, poursuit le spécialiste.

Dans les rues passantes, c’est plutôt les mégots qui font tâche. “Nous évaluons chaque trimestre le niveau de non-propreté des rues grâce à des indicateurs fournis par l’association Apvu (Association des villes pour la propreté urbaine) et cela représente 48% des déchets jetés par les passants“, explique Carole Delcroix, responsable au service technique de la ville. Pour témoigner de cet état de fait, la commune avait dressé une haute colonne en plastique remplie de tous les mégots ramassés durant une semaine par les collégiens du Pôle jeunesse.

cigarettes megots nogent

Afin de faire passer le message, la ville a décidé d’actionner la carotte et le bâton. Ce samedi, tous les passants qui passaient devant la mairie étaient gentiment sensibilisés par les installations et des animations les invitant à vérifier leurs compétences en tri sélectif ou à confectionner un sac de course avec juste une paire de ciseaux et un vieux tee-shirt… sans avoir à faire un seul point de couture.  “Et cette semaine, 20 classes sont venues participer aux ateliers, du CP au CM2”, indique Camille Maudry, conseillère déléguée à l’environnement. Dans la rue, des mini-cendriers portatifs étaient également proposés à tous les fumeurs, pour y déposer leur mégot en attendant de trouver une poubelle.

tee-shirt sac

Pour fabriquer un sac à partir d’un vieux tee-shirt, couper les manches et le col en V pour en faire un Marcel, faire des franges en bas, puis nouer les franges de façon serrée pour constituer le fond du panier.

Un arrêté et déjà 6 verbalisations

Côté bâton, la municipalité a pris le 19 septembre un arrêté de salubrité publique. Celui-ci rappelle qu’il est interdit de jeter sa cigarette, son chewing-gum ou ses emballages et papiers divers en dehors des poubelles, laisser déféquer ou uriner son chien en dehors des emplacements prévus à cet effet, et encore se débarrasser de ces encombrants en dehors des modalités prévues. Il précise ensuite les contraventions encourues par les contrevenants, à savoir des amendes allant de 68 à 450 euros. Télécharger l’arrêté. “Pour l’instant, nous avons effectué 6 verbalisations, indique Caroline Delcroix. 3 pour déjection canine et 3 pour dépôt sauvage. Mais dans tous les cas, il s’agissait de récidive. Sinon, nous essayons d’abord de faire de la pédagogie.”

animation dechets nogent

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
20 commentaires pour Nogent-sur-Marne sort la carotte et le bâton pour éduquer à la propreté
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi