Sécurité | Le Kremlin-Bicêtre | 26/01/2016
Réagir Par

Nouveau prolongement de l’Etat d’urgence, J-L Laurent dénonce une « politique de la trouille » inefficace

Publicité

Faut-il prolonger à nouveau l'Etat d’urgence de trois mois ? Le député MRC du Kremlin-Bicêtre, Jean-Luc Laurent s'en inquiète. "La sécurité oui, la trouille non", proteste l'élu dans un communiqué.

« En novembre, j’ai voté la prorogation de l’état d’urgence pour trois mois sans hésitation et je ne le regrette pas. J’ai observé l’usage qu’en faisait le gouvernement et j’ai bénéficié, comme tous les députés, du contrôle parlementaire effectué par la commission des lois de l’Assemblée nationale. Ce contrôle a permis d’évaluer l’activité de l’Etat et d’observer ensuite l’essoufflement, normal et prévisible, de l’état d’urgence. Au moment où le gouvernement devrait envisager une sortie anticipée comme le prévoit l’article 3 de la loi, le Président de la République vient d’annoncer une nouvelle prorogation législative pour trois mois, et sans doute trois de plus en perspective de l’Euro 2016″, dénonce le parlementaire qui souligne que l’état d’urgence n’est pas une « procédure de prévention » mais une « procédure de gestion de crise« .

« La prévention de ces futures, malheureusement probables, attaques repose sur le travail policier et judiciaire dans le cadre du droit ordinaire. Si le droit ordinaire ne suffit pas, malgré l’accumulation de lois anti-terroristes depuis trente ans, il faut le renforcer et je suis très favorable au futur projet de loi renforçant les pouvoirs de police et du parquet« , reprend l’élu.

« Ce n’est pas la procédure d’état d’urgence, qui est avant tout une procédure de maintien de l’ordre, qui va mieux protéger les Français. Au final, la seule bonne raison de prolonger l’état d’urgence, c’est la politique de la trouille. Non pas la peur légitime d’être frappé mais la trouille de devoir se justifier au lendemain d’une attaque terroriste. Face à la politique de la peur, face à la culture de mort des djihadistes, la vie doit l’emporter, la vie doit reprendre. Ce mot d’ordre est valable pour les Français comme pour les pouvoirs publics. L’état d’urgence, comme l’opération Sentinelle, ne doivent pas constituer des choix sans retour. La priorité doit être donnée à la sécurité réelle des Français, moins à la gestion psychologique et aux effets de communication« , conclut l’ancien maire du Kremlin-Bicêtre.

 

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi