Pratique | | 12/02/2016
Réagir Par

Prévention légionelles : retour à la normale à Alfortville

Prévention légionelles : retour à la normale à Alfortville © djmilic

RAS, Rien à signaler. Tel est le verdict des analyses complémentaires menées jusqu’à présent dans les parties du réseau d’eau chaude du grand ensemble d’Alfortville au seins desquelles des suspicions de traces de légionelles avaient été signalées lors d’un contrôle de routine.

Une bonne nouvelle pour les habitants des1 Redoute des Petits Carreaux ; 4, 6, 8,10 Douanier Rousseau et 1, 2, 3, 4, 5 et 6 rue Modigliani qui ont retrouvé l’eau chaude. Reste seulement les 60 logements des  7-9-11 rue de Toulon et 2-4-4 bis rue de Grenoble dont l’analyse des prélèvements sont en cours. Pour ces derniers, les  douches du Palais des Sport, rue de Rome, restent à disposition ce vendredi de 7 heures à 9 heures et 18 heures 20 heures.

Selon les recommandations de l’Agence régionale de santé, le bailleur recommande de nettoyer, détartrer, puis désinfecter les embouts de la robinetterie (pommeaux de douche, flexibles…) équipant son logement et de laisser couler l’eau froide et chaude quelques secondes avant l’utilisation et au moins une fois par semaine au niveau des points d’eau qui sont peu utilisés.

Qu’est-ce que les légionelles et la légionellose ?

Pour précision, les légionelles (sortes de bactéries qui comprennent une cinquantaine d’espèces différentes dont la Legionella pneumophila responsable de la maladie de la Légionellose) sont naturellement présentes dans l’eau douce et se développent particulièrement entre 20 et 45 degrés dans les réseaux d’eau stagnante. Elles sont en revanche détruites à partir de 60 degrés. C’est pourquoi il est recommandé de régler son chauffe-eau à 60 degrés. La contamination ne s’effectue pas en buvant l’eau mais par inhalation des gouttelettes en suspension. Il n’y a pas non plus de transmission d’une personne à l’autre. La maladie peut prendre une forme bénigne (dans 95% des cas) proche d’une bonne grippe, il s’agit alors de la fièvre de Pontiac, ou une forme plus grave (généralement chez les personnes plus fragiles), la Légionellose – également appelée maladie du légionnaire, qui prend la forme d’une pneumonie.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Cet article est publié dans avec comme tags , Légionellose
Cet article est publié dans
7 commentaires pour Prévention légionelles : retour à la normale à Alfortville
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi