Administration | Accueil Val de Marne (94) L'haÿ-les-Roses | 04/02/2016
Réagir Par

Promu à Brest, le sous-préfet Ivan Bouchier livre ses souvenirs « intenses » du Val-de-Marne

Promu à Brest, le sous-préfet Ivan Bouchier livre ses souvenirs « intenses » du Val-de-Marne

Promu sous-préfet de L’Haÿ-les-Roses à l’été 2011, Ivan Bouchier quittera ce soir le Val-de-Marne pour la Bretagne où il a été nommé sous-préfet de Brest. De ce morceau de banlieue parisienne où il a pris attache après un parcours autour du monde, de Moscou à la Corse en passant par la Savoie, le Tarn et Garonne ou le Pas-de-Calais,  le haut-fonctionnaire gardera quelques souvenirs forts.

Sans doute est-ce les moments les plus éprouvants qui remontent en premier. Interrogé sur ses souvenirs les plus intenses, le sous-préfet se remémore d’emblée des opérations de police, parfois « physiquement intenses » lorsque « nous sentions la volonté de tenir tête à l’Etat », parfois humainement, comme les évacuations de campements de Roms au petit matin. « C’était une nécessité pour des raisons de salubrité et ces évacuations sont préparées avec des propositions de relogement provisoire, mais arriver avec des forces mobiles à 6 heures de matin et faire face à des situations humaines douloureuses est compliqué. »

La cinquantaine de visites du MIN de Rungis, du cassage de la tête de veau à 4 heures du matin au petit-dej en brasserie à 8 heures, le sous-préfet ne s’est en en revanche jamais lassé, qui a accompagné sur ce marché de gros, ministres, président de la République et délégations étrangères. « On pourrait penser que de telles visites sont répétitives mais le MIN regroupe tellement de filières avec chacune leurs problématiques complexes qu’aucune visite ne se ressemble. Avec le ministre de l’Outre-mer, nous nous sommes intéressés à l’ananas Victoria et la noix de cajou, avec un autre c’était la filière du fromage, ou encore les fleurs… » De quoi donner envie de se lever à son successeur lorsque le réveil sonnera à 3 heures pour accompagner une personnalité…

« J’ai eu aussi des moments très constructifs avec les élus, aussi bien dans les dossiers d’urbanisme, de politique de la ville, avec notamment l’Anru 1 et 2, et aussi plus récemment en lien avec le projet du grand Paris Express, dont huit gares de la ligne 15 Sud sont situées dans notre arrondissement« , se souvient le sous-préfet.  Des discussions pas toujours faciles, notamment lorsque survient la question du logement. « Toute la difficulté est de faire appliquer la loi sans être cubique, en faisant comprendre aux élus qu’il faut faire un peu plus de logements ici, et aussi aux services de l’Etat qu’il faut rapprocher les points de vue. »

« En quatre ans, le visage de l’arrondissement a complètement changé, du MIN de Rungis au Kremlin-Bicêtre et son nouveau quartier autour de la médiathèque. »  D’autres projets attendent désormais Michel Bernard, son successeur (voir portrait) qui prendra ses fonctions le 22 février, comme le lancement opérationnel du territoire T12 (qui comprend l’arrondissement de l’Haÿ et une partie de celui de Créteil) ou encore la Cité de la gastronomie.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Cet article est publié dans avec comme tags ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi