Justice | | 14/01/2016
Réagir Par

Rassemblement de soutien devant le TGI de Créteil aux parents d’élèves attaqués en diffamation

Rassemblement de soutien devant le TGI de Créteil aux parents d’élèves attaqués en diffamation

C’est au TGI (Tribunal de Grande Instance) de Créteil que sera jugé ce vendredi 15 janvier la plainte en diffamation contre deux parents d’élèves de la Fcpe, par d’autres parents d’élèves. Ces derniers avaient été exclus de la Fcpe de l’école Langevin-Wallon de Fontenay-sous-Bois en février 2014 pour avoir appelé à suivre la Journée de retrait de l’école (Jre)  lancée par Farida Belghoul pour s’opposer à l’ABCD de l’égalité* entre les filles et les garçons, une position incompatible avec les valeurs de la fédération de parents d’élèves.

Afin d’informer les autres parents que ces personnes avaient été exclues et ne pouvaient se prévaloir de la fédération pour appeler à la Journée de retrait de l’école, la Fcpe avait affiché un mot avec les noms des parents exclus sur les grilles de l’école. Un affichage que ces derniers ont décidé d’attaquer en diffamation en septembre 2014, poursuivant en justice Stéphanie Michel, présidente de la Fcpe de l’école et Emmanuel Chareix, administrateur de la Fcpe Val-de-Marne.  Entendus par la juge d’instruction en décembre 2014, (voir mobilisation à l’époque) ils ont été mis en examen pour diffamation et le procès se tient ce vendredi 15 janvier à 13h30 au TGI de Créteil.

Entre temps, les deux élus Fcpe ont reçu de nombreux soutiens, jusqu’à celui de la ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, et une pétition réclamant la fin des poursuites judiciaires a obtenu en ligne plus de 3300 signatures.

Ce vendredi 15 janvier, le comité de soutien des deux parents d’élèves a appelé à un rassemblement à 13h30 devant le Palais de justice de Créteil.

* Pour rappel du contexte, l’ABCD de l’égalité est un dispositif expérimenté en 2014 par l’Education nationale pour lutter contre la formation des inégalités entre garçons et filles dès le plus jeune âge, en agissant sur les représentations des élèves. Pour l’Education nationale, il ne s’agissait pas de nier les différences biologiques entre les sexes mais de lutter contre les inégalités sociales qui en découlent. Ce programme s’appuyait sur l’article 121.1 du code de l’Education.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF. Déjà abonné ? Cliquez ici.
Aucun commentaire pour Rassemblement de soutien devant le TGI de Créteil aux parents d’élèves attaqués en diffamation

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Ajouter une photo
Ajouter une photo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.